El Pirata (18, à suivre)

Imprimer

El Pirata, Hank Vogel.jpgL’affaire est close. Pour lui. Pour moi: peut-être. Tout déprendra de celle qui voudra obstinément vivre avec moi. Juive, chrétienne, musulmane ou de n’importe quelle autre confession, aussi sophistiquée!

Il ne se prend pas pour la queue d’une poire, le tartuffe, ajouterait ma concierge portugaise, en pensant à moi forcément.

Bref!

Nous nous apprêtons à passer à mon avenir...

Micmac aurait-il une nièce à placer, lui le marié tardif sans progéniture? je m’interroge.

Ma parole, c’est une obsession chez ce Mec-là! s’énerverait intérieurement la pauvre rescapée du Mozambique.

Il faut donc que je vous parle d’elle. C’est plus fort que moi, elle est entrée dans mes pensées par la porte du sexe.

Je m’explique, je me justifie, je m’expose...

- Dites la vérité, toute la vérité, rien que la vérité!

- Oui, Madame la Juge. Mais une fois à poil, vous aurez sûrement envie de coucher avec moi.

- El, El! L’équilibre de votre prénom ne vaut pas celui d’une paire d’ailes. Vous vous envolez facilement pour trois fois rien en risquant ainsi de vous disperser et de vous perdre dans les sphères du temps. Revenez su terre! Soyez terre-à-terre! Presque à terre comme un cabot. Et personne n’osera vous arracher le moindre poil.

- C’est encore à voir! Mais pour vous satisfaire intellectuellement, je vous obéis à la lettre.

Donc:

Comme mon passé visite constamment mon présent, chatouillé régulièrement par mon futur, l’actualité mérite la primauté.

Re donc:

Un après-midi d’automne, la Libérienne, fort libertine aux heures creuses, en train de laver à quatre pattes les escaliers du quatrième étage, se redresse brusquement et me balance à la figure:

- Sale obsédé du troisième! Tu as fini de mater mes fesses ou tu préfères que je te fasse sentir la vraie chaleur de l’été indien?

- Je... je... j’admirais... votre labeur, je bafouille.

- Labeur, labeur! On ne me tartine pas avec du beurre, moi! Si ton machin n’a aucune difficulté à se mettre au garde à vous, alors tu n’as qu’à te pointer chez moi ce soir, vers neuf heures. Trois coups de sonnette, ni plus ni moins. Compris?

- Con... compris!...

Lien permanent 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel