El Pirata (15, à suivre)

Imprimer

El Pirata, Hank Vogel.jpg- Alors accouche finalement ce qui bouillonne dans ton ventre.

Sans la moindre hésitation, je lui demande prestement:

- Veux-tu m’épouser?

Joslyn me regarde fixement, étrangement, un sacré bout de temps, dans l’espoir que je change d’avis peut-être ou que je reformule la question autrement. Mais comment? Puis elle me déclare ironiquement:

- C’est certainement la meilleure plaisanterie que j’ai entendue ces deux dernières années... voire trois, voire quatre, voire cinq... Monsieur me baise à fond, me viole presque, à l’aube de mes seize ans, me laisse tomber comme une vieille, sale et puante chaussette... Pas un coup de fil! Pas une lettre! Pas une carte postale! Ni le moindre signe de la part de son meilleur ami! Rien! Strictement rien. Tout le monde avait disparu. Et voilà qu’il se pointe au crépuscule de mes espérances matrimoniales, la queue entre les jambes, et me propose le summum des arrangements... Les souvenirs et toi, vous ne devez pas être très copains, hein? Tu te souviens au moins de l’endroit où tu m’as dépucelée quasi de force? Non, bien sûr!...

- Si, je conteste. C’était dans la chambre de tes vieux. Dans la grosse armoire où tu te cachais souvent quand tu était toute gamine... Et puis c’est faux, tu fabules, Joslyn, je ne t’ai pas défloré brutalement mais, au contraire, avec beaucoup de douceur et de précaution. Quant au reste... si tu n’as plus eu de mes nouvelles, ce n’est pas de ma faute mais de celle de ton cher père.

- Qu’est-ce mon père vient faire dans notre histoire? Tu ne l’as rencontré qu’une seule fois.

- Deux fois. La deuxième: j’étais seul avec lui. Il m’a menacé. Avec un pistolet.

- Quel pistolet? C’est impossible.

- C’était pourtant un parabellum.

- Je te répète: c’est impossible! Mon père déteste les armes à feu...

- Sauf le parabellum de ton grand-père... Je te répète à mon tour: ton père m’a menacé avec un pistolet...

- J’ai de la peine à te croire.

- Alors fouille dans son bureau. A fond. Avec un peu de chance, tu finiras bien par trouver la pièce à conviction.

- On se croirait dans un film policier.

- Si au moins!

- Que veux-tu insinuer?

- Tout est plus concluant au cinéma.

- Tu as raison... archi raison...

Subitement, Joslyn me foudroie du regard. A-t-elle l’intention de me gifler? Comme lors de notre tout premier rendez-vous. Aussitôt, mon cœur se met à battre la chamade.

Instinctivement, je pose ma main sur ma poitrine en murmurant:...

Lien permanent 6 commentaires

Commentaires

  • Bien le bonjour Cher Hank ,ne dit on pas que la laideur au contraire de la beauté ne vieillira jamais
    Josline a une réaction fort justifiée
    Une bonne paire de claque à celui qui bouzille une vie de femme $ tout jamais
    Le viol souvent suivi d'un avortement balayera tous les beaux souvenirs
    On reste marquée à vie et sans s'en rendre compte Et une fois le viol accompli le destin réservera tous les coups tordus pour lesquels la religion interdisait de juger et de dénoncer
    Nous devions être la servante du mâle
    Et je Vous avouerai ma parade ,quand cela sentait trop vinaigre je fuguais et personne n'y compris jamais rien pourquoi/rire
    Bon appétit Cher Hank et toute belle suite de samedi

  • Le viol, comme la fessée d'ailleurs, est un crime souvent banalisé par les bien-pensants. Pour eux, la femme violée n'est qu'une fabuleuse et le violeur un homme piégé.

    Et la justice dans tout ça?

    Bon appétit et bel après-midi, chère Lovejoie.

  • Bien le bonjour Cher Hank ,je Vous remercie En effet on peut se poser la question mais n'oublions pas qu'à l'époque du Patriarcat ,les hommes avaient tous les pouvoirs
    Il ne fallait surtout pas salir le nom de famille
    Mais Vous parlez justice avec raison et elle intervint bien des années plus tard Ceux ayant commis l'irréparable sont tous morts d'une maladie incurable et dans d'horribles douleurs
    La justice divine on y croit ou pas mais me concernant je sais que si d'un côté on me veut de la malveillance des aides se présentent pour n?aider à continuer sans ne prendre la tête
    Il a suffit que le chien se remette à aboyer pour que quelques voisins veuillent venir nettoyer mon balcon ressemblant de plus ne plus à un champs de mauvaises herbes ,comme quoi /rire
    Excellent dimanche pour Vous Cher Hank

  • Malgré tout le respect que j'ai envers celui qui se trouve au-delà du bien et du mal, je ne fais pourtant confiance qu'à mon ange gardien qui, lui, n'hésite pas à combattre et à punir mes ennemis.

    Bon appétit et bel après-midi dominical, chère Lovejoie.

  • Bien le bonjour Cher Hank.je Vous remercie Vous avez raison, nos anges gardien veillent au grain
    Mais le Vôtre a sans doute la tâche plus facile que le mien car très impulsive il arrive trop souvent en retard pour freiner mes ardeurs /
    IL a réussi à freiner mes déplacements mais il a oublié ceux de mes doigts/rire
    Très bon début de semaine pour Vous Cher Hank

  • Ayez encore confiance en lui! En lui seul! Car il n'y que lui qui puisse vous conduire vraiment aux tréfonds de votre jardin secret.

    Excellent lundi, chère Lovejoie.

Les commentaires sont fermés.