El Pirata (2, à suivre)

Imprimer

El Pirata, Hank Vogel.jpgMais comme les mirages et les miracles ne durent qu’un laps de temps, le flic patenté qui est en lui se réveille et m’ordonne:

- Permis de conduire, passeport ou carte d’identité!

- Je ne conduis pas et je n’ai nullement l’intention de traverser la frontière, je lui explique sincèrement. Surtout qu’il est de plus en plus difficile de la distinguer.

- Alors nom et prénoms... ou l’inverse...

- El Pirata.

- Ça, je le sais déjà.

- Alors pourquoi me forcez-vous à le répéter?

- Répéter quoi?

- Mon nom et mon prénom ou, si vous préférez, mon prénom et mon nom de famille.

- Soyez précis dans vos allégations!

- Allégations?

- Affirmations, confessions, déclarations, preuves, alibis...

- Vous me soupçonnez déjà?

- De quoi?

- D’avoir braqué mon propre héritage.

- Je ne comprends rien à vos salades.

- Moi non plus aux vôtres.

- Sur ces entrefaites, commençons par le commencement. Nom?

- Pirata.

- Prénoms?

- Un seul... El.

- Avec un seul L aussi? Je suppose.

- Forcément. Si j’étais né fille, mes parents m’aurait sûrement baptisé Elle, Elléa, Ellen, Ellia, Ela, Else, Ely, Eole, Erelle, Evaëlle ou...

- Vous êtes espagnol?

- Qu’est-ce qui vous pousse à penser ça?

- El pirata veut bien dire le pirate en espagnol, non?

- Tout à fait!

- Donc?

- Le coup de mon père fonctionne toujours.

- Soyez plus explicite! Je ne suis pas un intello, moi!

- Pourtant, votre langage semble vous trahir parfois.

- Comme le rouge à lèvres sur les lèvres d’une donzelle.

- Vous voyez? Notre éducation est un gros boulet que l’on tire derrière soi toute sa vie. Et nos apparences le fruit de nos arrangements.

- Seriez-vous philosophe?

- Nous le sommes tous aux heures creuses de notre existence ou quand nos petits colonels jouent aux paresseux.

- Les petits colonels? Quels colonels?

- Le côlon et le rectum.

Le brigadier ou le sous-brigadier sourit. Puis il grimace tel un gamin curieux de connaître la suite.

Petite marche arrière, au sens figuré. Je reviens à mon paternel:

- Le Vieux a toujours été un original. Tantôt communiste, tantôt anarchiste. On dirait que le Bon Dieu l’a fait venir sur terre pour emmerder son prochain. Bien que d’une générosité et d’un courage hors-norme. Envers les souffrants et les démunis. Contrairement à la plupart des hommes politiques et de mes concitoyens, c’est quelqu’un qui ne supporte ni l’injustice ni hypocrisie. Dans sa jeunesse, à deux ou à trois reprises, il a changé de nationalité et transformé son patronyme, camouflant ainsi les traces de ses véritables origines ancestrales. Par déception ou par peur? Mystère! Fuyait-il la brigade des stupéfiants ou celle des mœurs? Je ne crois. Ma seule drogue et mon seul défaut sexuel, si l’on peut appeler ça un défaut, c’est la masturbation à outrance depuis que tu as trébuché chez ton curé! criait-elle souvent à ma mère lorsqu’il vivait encore avec elle. Quant à ma chère maman, elle est à l’opposé de son mari. La pauvre, elle n’a pas eu la chance de parfaire ses études faute de moyens financiers et de volonté, peut-être. Mes grand-parents maternels étaient des gens fauchés, terriblement fauchés, et entièrement soumis aux règles fascistes de leurs patrons.

- Ce ne serait plus possible de nos jours, glisse le policier, sûr de lui.

- Miroir aux alouettes, je poursuis pour le contrarier. Si tu est intelligent, téméraire et habité par la vérité, n’hésite pas à défoncer la porte blindée de tous les tribunaux. Par contre, si tu es très instruit mais peu vaillant, continue de mener ta vie tranquille de fossoyeur de drapeaux et de pancartes décapités. Pendant que tes frères et sœurs luttent pour la bonne cause. Tu as deux voies devant toi, choisis celle qu’il te semble la meilleure pour tes convictions. Ainsi me parla mon énigmatique procréateur, le fameux matin avant sa disparition... Il a eu l’audace de me prénommer El, uniquement pour embêter sa belle-mère qui détestait les Espagnols. Il faut avoir une sacré dose de je ne sais quoi pour agir de la sorte...

Lien permanent 2 commentaires

Commentaires

  • Bien le bonjour Hank .je vous remercie Hé oui que Vous leu Vous les juifs n'ont pas peur d'affiche haut et clair leurs opinions
    Si Dieu nous a fait à son image il n'y a pa lieu de s'inquiéter pour lui faire remarquer qu'il a aussi tendance à dépasser les bornes !!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Et pourquoi le prier tous les jours puisqu'il sait d'avance ce qui nous convient le mieux
    Que de temps perdu à dialoguer avec le Diable qui lui aussi sait prendre toutes les apparences
    Ceci étant c'est préférable de prendre l'avion quand on voit les conducteurs de voitures se faire se faire sortir de leur véhicule pour être tabassés par des abrutis et ce aussi Suisse
    Nous vivons une période d'agressivité comme jamais depuis longtemps -exacerbée par la chaleur et le stress
    Encore merci pour Vos écrits qui sont une véritable cure de jouvence et ce n'est pas une flatterie je Vous rassure
    Toute belle journée dominicale pour Vous Cher Hank

  • Merci pour vos encouragements, l'enfant terrible que j'étais se réveille parfois en moi.

    Je peux le dire maintenant sans prétention, comme le prétendait Sartre, j'écris comme je respire. Surtout que ma respiration n'est pas toujours au zénith.

    Bon dimanche à vous, chère Lovejoie.

Les commentaires sont fermés.