17/01/2019

Flash-back (5, à suivre)

Flash-back, Hank Vogel.jpg- Tu t’excites trop pendant les tournages. On dirait que tu prends ton pied dès que le clapman annonce la scène.

J’en ai trop dit ou pas assez. L’homme de l’éclairage et des images en mouvement se fige à mes yeux tel un arrêt sur image, un laps de temps. C’est un individu à part qui se contente d’admirer les autres, surtout les acteurs en en pleine action, pour jouir, seul dans son coin, à l’abri de toute lumière.

- Allons au bistrot! C’est moi qui raque, voulez-vous? je propose à haute voix.

Tout le monde est forcément d’accord!

La production est pauvre mais le réalisateur est très généreux. Voire parfois trop. Il vide ses poches et promet un avenir certain.

Ainsi fonctionne le cinéma d’auteur. On est prêt à vendre son âme au diable pour quelques heures de gloire dans un ciné-club. Universitaire si possible, où l’intelligence semble être encore fraîche et riche en pardons.

Les vieux cons, eux, préfèrent s’endormir devant leur téléviseur. Après avoir avalé en bavant quelques spots publicitaires.

D’où la jeunesse d’un côté et la vieillesse de l’autre. La rupture entre générations commence-t-elle à vingt ans et à la maison?...

Quand Christian s'exprimait!

09:35 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.