26/02/2018

Mes voisines concubines (11, à suivre)

Mes voisines concubines, Hank Vogel.jpg- Et la deuxième fois, poursuit Pierrette, il offre une rose à la belle odalisque puis l’aide à s’allonger.

Pas connes ces gonzesses! me dis-je, tout caqueux. Elles sont peut-être plus instruites que moi.

- Ça t’étonne? dit-elle.

- Concernant quoi?

- Tout et rien.

- Je ne comprends pas.

- Tu es sérieux ou tu plaisantes?

- Ne fais pas attention à elle, intervient Rosetta. Elle est de mauvaise humeur à cause d’une histoire bête et méchante qui ne mérite pas d’être racontée.

Elle s’adresse à sa copine:

- S’il te plaît, ma chérie, oublie tout ça et vas chercher plutôt la pasta al forno e la bragiola que j’ai préparées...

- La bragiola! je m’exclame en faisant les yeux ronds.

- Tu aimes?

- J’adore! C’est mon plat préféré.

J’ai l’impression de manger chez mes vieux mais en meilleur compagnie. Forcément, ils ne sont pas là avec leurs éternelles questions et remarques. Comme: est-ce que tu suis régulièrement tes cours? Tu bricoles toujours chez ton Juif écossais deux fois par semaine? Quand est-ce que tu trouveras un boulot mieux rémunéré? Pourquoi tu t’accroches toujours à elle? Ce n’est pas une fille pour toi. Tiens-toi droit! Mange moins vite, tu n’as pas un train à prendre, que nous sachions! Tu t’es lavé les mains au moins? Les coudes, pour l'amour du ciel! Og så videre e ancora e ancora.

Quel régal! On bouffe, on boit et on divague. Les soucis partent en fumée et les rêves arrivent au galop. Adieu tabous et marabouts, tous les jardins sont libres d’accès...

22:36 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Bien le bonjour Cher Monsieur Hank suite a l'avant dernier paragraphe on voit que les rôles sont mal distribués
Certains diront nos parents eux ne disaient pas un mot A table seules les infos de radio Lausanne semblaient retenir leur attention
Ne dit on pas qu'un enfant n'a jamais les parents dont il rêve alors que pour ceux n'en ayant pas ce sera tout le contraire
Alors que pour d'autres pour fuir la corvée de vaisselle devenue idée fixe qui a elle seule pouvait leur donner des boutons il valait mieux manger en vitesse et quitter la table encore plus vite
Etre parent ,quel métier ingrat /rire
Dynamisant mardi pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 27/02/2018

A Alexandrie comme à Genève, mes parents n'écoutaient jamais la radio, ils préféraient lire... et à table, les enfants avaient le même droit à la parole que les adultes. La démocratie a toujours régné au sein de notre famille.

Quant à la corvée de vaisselle, c'est le premier diktat qui m'a fait mal aux oreilles en Suisse.

Mais les parents de Charly, c'est une toute autre histoire...

Bonne journée, chère Lovejoie.

Écrit par : Hank Vogel | 27/02/2018

Je Vous remercie Cher Monsieur Hank Vos vidéos familiales reflètent vraiment l'entente familiale qui régnait chez Vous
Hélas tout le monde n'a pas pu profiter de ce genre d'éducation
et rien ne sert de comparer
Les filles devaient être mises très vite au parfum pour trouver maris /rire
La famille était un leurre pour beaucoup qui ont compris très vite que pour grandir le plus important c'était de se mettre au turbin le plus rapidement
Quand à la corvée de vaisselle dés 3 ans c'était pour permettre à l'enfant toujours dans la lune de se concentrer sur le moment présent
Et en cas de casse adieu la Semaine de Suzette !!!!!
Toute belle fin de journée pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 27/02/2018

Les commentaires sont fermés.