09/02/2018

Au pied de mon père (9, à suivre)

Hank Vogel, Au pied de mon père.jpg- Quel est ton prénom, tête de nœud? C’est un ordre!

- Ça suffit maintenant! crie la serveuse... A ce tarif, nous allons finir par nous retrouver toutes en taule.

Elle me fixe dans les yeux et corrige:

- Pardon, tous... Et, d’après ma mère, le système carcéral repensé et réorganisé par nos sœurs n’est guère plus merveilleux... Pour l’amour du ciel, faites donc ce qu’elle vous demande.

- Tout de suite? je murmure.

- Oui, tout de suite.

- Devant vous aussi? C’est que... c’est que... Et si quelqu’un se pointe?

Juliette vient à mon secours, en quelque sorte.

- Il ne s’agit pas de ton petit zizi mais du sobriquet que tes zinzins t’ont attribué, m’explique-t-elle.

- Ah bon!

Elle s’adresse à la serveuse:

- Verstehst du jetzt pourquoi, sans la spécification des êtres et des objets, les mecs ont tendance à fantasmer et perdent souvent les pédales?

A moi:

- Ce n’est pas un nom d’origine biblique, j’espère?

Merde! Comment le saurais-je? Je n’ai jamais ouvert ce bouquin-là...

- Tu as besoin de ton ordi pour ça?

On dirait qu’elle devine tout cette salope.

Et si... et si... je décidais enfin de mentir? Il n’est jamais trop tard de changer son fusil d’épaule.

Au royaume de la femme, cachotteries et mensonges ne sont-elles monnaies courantes? Le camouflage de l’âge est quasi un exercice quotidien.

- Roméo! je crache presque du fin fond de mes entrailles.

- Roméo? s’interroge Juliette, à voix basse. Dommage! Ça ne m’évoque rien.

A haute voix, à la serveuse:

- Maintenant que tu as rempli ton rôle de bonne samaritaine, tu peux retourner derrière le comptoir, au lieu de rester là plantée comme une girafe effarée.

Vexée, la jeune femme se retire illico presto et disparaît de notre vue.

Zut! De nouveau seuls. Comme sur une île déserte. Les chaises et les tables à la place des cactus et des cocotiers.

Trop longtemps éloigné des gens de la ville et des médias, j’ai perdu le sens du combat et de la confrontation.

Face à une femme provocante, j’ai l’impression de me trouver dans les arènes de Rome, à l’époque des vrais césars. Sans bouclier ni épée. Sans filet ni trident. Totalement désarmé, à la merci d’une tigresse affamée de chair et de sexe.

Cool Raoul! Relax max! Retire ton nez du trou du robinet, gros dadais! La fontaine ne risque pas de déborder. Juliette, comme la lune, a certainement un côté caché mais pas forcément mal éclairé ou mal intentionné.

Alors, inspiré par une force inconnue mais géniale, avec l’aide de ma gestuelle, je lui dis:

- Si tu veux mon bras, voici ma main. Si tu veux ma jambe, voici mon pied. Si tu veux, mon corps, voici ma tête. Si tu veux mon âme, voici mes yeux. Si tu veux briller comme un soleil, permets-moi de tourner autour de toi comme une planète. Celui qui veut est déjà entré dans le sillage de Dieu.

Juliette tombe des nus.

Va-t-elle tomber dans les pommes? Quelle misère pour ma poire!...

15:55 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Bien le bonjour Cher Monsieur Hank oups lapsus concernant le terme increvables je pensais à exécrables
Ceci étant s'il y a bien un terme qui me fait rire c'est celui de lange inclusive
Aussi après avoir lu j'en viens à me demande su le robinet masculin n'est pas la parfaite image pour représenter celle ci /rire
A l'époque de Noé on pouvait faire croire tout ce qu'on voulait aux gens et c'est pas mieux avec les réseaux sociaux
Quand aux mots franglais pour paraître intelligent ,au vu des résultats permettez moi d'en douter!!!!
Tout bon début de journée pour Vous Cher Monsieur
EP Hier on m'a dit que je faisais partie du 2 pour cent des humains possédant les yeux verts qui sont parait il d'origine balkanique
Et c'est marrant car plus je me dis que je ne veux plus rien chercher plus on me donne des réponses à des questions pourtant bien visibles comme la couleur des yeux m'ayant complètement échappé
Faut jamais dire fontaine je ne boirai plus de ton eau surtout quand par mariage on est originaire du même lieu que le père de Bérurier

Écrit par : lovejoie | 10/02/2018

Un apsus n'est rien d'autre qu'un lapsus, nous répétait souvent un prof dont le nom m'échappe. Certainement, il devait être un type normalement sympa.

On se souvient plus facilement des flatteurs et des salauds que des autres. Santé mentale oblige ! ou ?

Bonne journée, chère Lovejoie.

Écrit par : Hank Vogel | 10/02/2018

Je Vous remercie Cher Monsieur Hank oui mais le salaud a un avantage sur d'autres c'est le seul a savoir s'entourer d'amis sincères !!!!
Et lui au moins sait cultiver sa propre liberté d'être alors que d'autres n'oseront jamais
On peut débattre des heures sur le mot salaud ,rien n'est ni blanc ni noir
Et si je dis je tue une mouche qui depuis 2 heures excitée par l'ambiance orageuse ne cesse de me piquer ,que serai je pour ceux vagissant encore dans les langes maternels ? rire
Bel après midi et bonne -soirée pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 10/02/2018

Les commentaires sont fermés.