15/12/2017

Ils se sont tant aimés (33, à suivre)

Hank Vogel, Ils se sont tant aimés.jpgAprès avoir bu, mangé et fumé une cigarette, les deux hommes reprirent leur travail.

Au bout d’un quart d’heure de silence, Youri dit à Guennadi:

- Heureusement que je n’aurais pas à faire ça toute ma vie, c’est un boulot fatiguant et abrutissant. Je félicite vivement mes parents de m’avoir poussé à poursuivre mes études. Sans eux, je serrais maintenant en train de ramasser merde après merde...

- Quelle chance tu as! fit Guennadi.

- Oh oui! Je remercie tous les soirs le ciel pour ça.

- Tu es croyant?...

- Au fait, tu n'as toujours pas répondu à ma question.

- Concernant quoi?

- Tu as la mémoire courte! Concernant le libre arbitre.

- Toi d’abord à la mienne.

- Reformule-la plus explicitement.

- Comme tu es compliqué! Soit! Crois-tu en une puissance divine?

- Pourquoi puissance divine et non pas tout simplement Dieu?... De quoi ou plutôt de qui as-tu peur?

- Je n’ai peur de personne.

- Si tu as peur de tes amis communistes qui ne rêvent que de la queue de Marx et des couilles de Lénine...

- Mesure tes paroles, camarade! Sinon tu finiras par te retrouver dans un lieu plus lugubre que celui-ci, avec des rats et de drôles d’oiseaux...

16:03 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |  Facebook | | | |

13/12/2017

Ils se sont tant aimés (32, à suivre)

Hank Vogel, Ils se sont tant aimés.jpgA mon avis, parmi les hommes, il y a deux types d’individus très particuliers: les calculateurs et les spontanés. Ceux qui pèsent le pour et le contre avant d’agir et ceux qui agissent sur le champ comme s’ils venaient d’être piqués par un essaim d’abeilles en délire. Ceux qui critiquent tout et rien mais qui ne dévoilent jamais leurs profondes convictions et ceux qui s’en foutent de tout mais qui pourtant, au nom du respect des espèces, se refusent d’écraser la plus insignifiante des créatures, telle que la mouche à merde.

Guennadi faisait partie de la seconde catégorie.

A priori! En principe!

Car il arrive souvent que dans certaines circonstances tragiques, l’être humain, pour sauver sa peau ou son âme, ou les deux à la fois, n’hésite pas à passer au camp adverse.

La tête haute ou, comme un chien, la queue entre les jambes. Question d’orgueil ou de caractère!

Mais laissons pour l’instant de côté ce paragraphe houleux qui pourrait hanter notre si chère mémoire, tant avide d’espace et de liberté, et replongeons dans les entrailles de la terre...

15:05 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer |  Facebook | | | |

11/12/2017

Ils se sont tant aimés (31, à suivre)

Hank Vogel, Ils se sont tant aimés.jpgGuennadi enleva son casque, se gratta la tête et dit à Youri:

- Je refuse de philosopher dans un pareil endroit et le ventre creux. La lumière du soleil et la nature sont mes meilleures conseillères. Pas toi?

- Magistrale astuce pour s’esquiver face à une difficulté primordiale! fit le stagiaire. Mais la plus incommensurable des questions finit toujours par trébucher...

- Cesse de tout intellectualiser, camarade-intello! Trop d’études, c’est indigeste pour le moral... En vérité, j’ai tout simplement envie de pisser et d’avaler un bol d’air pur pour me rafraîchir peut-être les idées mais surtout pour permettre à mes poumons de mieux fonctionner...

- Dans la grotte comme dans le désert...

- Stop! La ferme! C’est l’heure de la pause. Remontons à la surface voir les copains!...

17:14 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer |  Facebook | | | |

09/12/2017

Ils se sont tant aimés (30, à suivre)

Hank Vogel, Ils se sont tant aimés.jpg- C’est-à-dire?

- La famille de l’autre est une forêt vierge pleine d’animaux sauvages. A la moindre inattention, tu risques d’être piqué, mordu ou bouffé tout cru... et de te perdre à jamais.

Guennadi posa sa pelle dans un coin et dit à son collègue:

- Tes lectures sont aussi sombres que cette gallérie, tu ferais mieux d’en choisir d’autres.

- ...

- A moins que tu adores broyer du noir, c’est pourquoi tu es venu te distraire ici. N’est-ce pas, petit camarade?

L’étudiant jeta son outil de travail par terre et rétorqua avec une pointe de mépris:

- Non, camarade-ouvrier, je n’adore nullement broyer du noir. Par contre toi, tu confonds tout. Vu le timbre de ta voix, tu m’as quémandé mon avis et je te l’ai donné, offert sans vergogne sur un plateau d’argent. Il s’agissait humblement de mon propre point de vue. Cela ne concerne que moi. Éventuellement d’autres misérables ou incrédules comme moi. Mais je m’en balance éperdument... Je sais bien que les livres, comme les journaux, ont une grande influence sur les individus, surtout sur les prolétaires, mais que fais-tu du libre arbitre et de l’attention? As-tu une idée? Ne serait-ce qu'une vague pensée?...

21:14 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer |  Facebook | | | |

08/12/2017

Ils se sont tant aimés (29, à suivre)

Hank Vogel, Ils se sont tant aimés.jpgLe lendemain matin, à la mine, Guennadi qui était en train de remplir une berline, demanda à Youri, un étudiant stagiaire rattaché à son équipe:

- Toi que tu as beaucoup lu, surtout des livres de philosophie, que penses-tu du mariage?

Et le jeune homme, sans hésitation, lui répondit:

- Mathématiquement, il faut être deux. Pour l’instant. L’être humain est si multiple, si imprévisible... Il s’agit de la plus subtile des institutions créée par l’homme. Commode pour l’état, fouineur et calculateur. Rassurante pour le citoyen, naïf ou malin. Mais pour moi, c’est de front un contrat d’achat, de vente et de location pour une durée indéterminée... Une fois la bague au doigt, ou à l’orteil comme dans le sud de l’Inde, l’heureuse élue est considérée comme une propriété privée entourée d’un mur, d’une muraille ou et d’un fil barbelé. Idem pour le chanceux élu. Sous les regards de deux familles qui s’observent souvent en chiens de faïence. Et qui, à la moindre tentative d’escapade ou de non-subordination aux règles conjugales de la part de l’un des soi-disant éternels tourtereaux, trop visible à l’œil nu, par ordre des patriarches ou par pressions des commères... ces deux clans ne tarderont pas à se maudire mutuellement et c’est le début de la fin garantie... Moralité: ne te balade jamais seul dans la toundra sans arme ni boussole.

- C’est-à-dire?...

12:02 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer |  Facebook | | | |

06/12/2017

Ils se sont tant aimés (28, à suivre)

Hank Vogel, Ils se sont tant aimés.jpgZoïa s’endormit sur ses deux oreilles ce jour-là. Car elle faisait confiance au destin.

Quant à Guennadi, il se retourna des centaines de fois dans son lit avant de fermer les yeux pour la nuit.

Pour la tartineuse, cette rencontre c’était le printemps qui était venu frapper à la porte de sa datcha imaginaire.

Pour le soldat reconverti en mineur, c’était un pas saccadé qu’il venait de commettre lors qu’une marche bien organisée.

Venir et avenir frémissaient sur le ring de tous les combats.

La femme était prête pour la confrontation. Mais l’homme hésitait. La liberté n’arrêtait pas de lui faire des appels de phares.

Le lendemain matin, à la mine, Guennadi qui était en train de remplir une berline, demanda à Youri, un étudiant stagiaire rattaché à son équipe:

- Toi que tu as beaucoup lu, surtout des livres de philosophie, que penses-tu du mariage?...

16:57 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

05/12/2017

Ils se sont tant aimés (27, à suivre)

Hank Vogel, Ils se sont tant aimés.jpg- Vous aviez bu?

- D’après moi, pas une seule goutte d’alcool. Mais d’après mes camarades, une sacrée dose de vodka... Bon bref! Passons aux choses sérieuses, c’est quoi votre révélation?

Révélation, évocation, illumination, intuition, prémonition, pressentiment, vision et bien d’autres termes qui flirtent avec l’invisible ou l’au-delà étaient des mots trop compliqués pour Zoïa.

C’étaient des paroles trop chargées de tout et de rien, trop scientifiques pour être vraies, d’après elle.

Elle voyait tout simplement des images, comme des cartes postales envoyées par une source inconnue, et elle se contentait seulement de les transmettre à la personne pour laquelle elles étaient destinées. Parfois en la mettant en garde d’un éventuel choc. Selon son humeur ou son empathie envers le destinataire ou la destinatrice.

- Révélation, révélation, marmonna-t-elle.

- Je vous écoute, dit Guennadi, l’air subitement un peu pressé.

- Et si on remettait ça à une prochaine fois?

- Pourquoi pas tout de suite? C’est long? C’est grave? Ça demande beaucoup de concentration?...

- Je préfère remettre ça.

- Quand ça exactement?

- Demain, même endroit, même heure. Ça va?

- C’est parfait... On se dit tu?

- On se dit tu.

- Je m’appelle Guennadi... et toi?

- Zoïa.

- C’est mignon... Alors à demain!

- A demain!...

21:31 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

04/12/2017

Ils se sont tant aimés (26, à suivre)

Hank Vogel, Ils se sont tant aimés.jpg- Puis-je vous dévoiler quelque chose qui pourrait vous troubler?

Drôle de façon de se renseigner à fond sur quelqu’un, pensa Guennadi. Me connait-elle indirectement? Travaillerait-elle secrètement pour oncle Vania? Rien n’est impossible dans cette société si chaotique.

- Puis-je vous dévoiler quelque chose qui pourrait vous troubler? répéta Zoïa, pensant que son accosteur n’avait pas bien compris ou entendu la question.

- Minute! réagit-il en bondissant. Je ne suis ni sourd ni débile mais un tantinet surpris... A-t-on encore le droit d’hésiter de nos jours ou est-ce interdit par le régime?

- Faut demander ça aux responsables pas à moi...

- Désolé, j’ai doublement brouillé du noir presque toute la journée.

- Pourquoi doublement?

- Parce que j’étais au fond de la mine quand je me suis mis à remuer ciel et terre.

- Précisez...

- Je creusais dans une l’obscurité quasi totale, face à une parois d’anthracite d’une noirceur absolue, quand subitement ma lampe a lâché... et j’ai aussitôt paniqué comme une vieille folle. Allez savoir pourquoi! J’étais persuadé que j’étais devenu aveugle. Ou mort. Paradoxalement, j’ai vu devant moi, comme sur un écran de cinéma, défiler ma vie à grande vitesse. Une première fois en couleur et une seconde en négatif noir et blanc. J’ai même aperçu de loin Satan avec ses cornes et sa queue fourchue. Mais, comme il sait que je suis un farouche communiste, il n’a pas osé s’approcher de moi et m’affronter...

- Je ne vous crois pas, vous essayez de me faire marcher.

- C’est la pure vérité.

- Vous aviez bu?

- D’après moi, pas une seule goutte d’alcool. Mais d’après mes camarades, une sacrée dose de vodka... Bon bref! Passons aux choses sérieuses, c’est quoi votre révélation?...

15:57 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

01/12/2017

Ils se sont tant aimés (25, à suivre)

Hank Vogel, Ils se sont tant aimés.jpgAlors, une faction de seconde après le deuxième ou troisième croisement, Guennadi dit à haute voix:

- Ma parole on m’espionne!

Et ils se retournèrent tous les deux.

- Pensez-vous sincèrement que j’ai le temps de m’amuser à ça, camarade inconnu? lui demanda Zoïa.

- Le temps non mais le devoir pourquoi pas, répondit-il.

- Vous êtes sérieux ou c’est pour rire?

- J’ai l’impression que vous me suivez depuis un certain temps.

- Il y a une sacré différence entre suivre quelqu’un et se croiser, ne croyez-vous pas?

- En effet, vous avez tout à fait raison. Mais peut-être... c’est une nouvelle tactique pour débusquer celui qu’elle recherche, en l’attaquant de front...

- Qui ça elle?

- La bande des services secrets.

- Ai-je vraiment une tête à travailler pour ces gens-là?

- Le diable a souvent le visage d’un ange.

- Est-ce un compliment ou une insulte?

- Un compliment.

- Ça vous arrive de vous comporter sérieusement?

- Je ne fais que ça.

- Puis-je vous dévoiler quelque chose qui pourrait vous troubler?...

10:35 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (14) |  Imprimer |  Facebook | | | |