05/03/2017

Jørgensen et la belle Isis (9, à suivre)

Hank Vogel, Jørgensen et la belle Isis.jpgLe commissaire me foudroie des yeux et, après une longue hésitation, me traite:

- Vous êtes un mouchard et un traître! Vous n’avez pas honte de poignarder votre meilleur ami dans le dos?

- Drittsekk! je hurle.

Le commissaire bondit en arrière avec son fauteuil et son visage passe subitement du noir ébène au noir bleu et vis versa en trois secondes.

Je trouve cela si comique que je ne peux pas m’empêcher d’éclater de rire.

Alors le policier se lève, me pointe du doigt et me menace:

- J’exige de vous une explication ou c’est la garde à vue!

- Quelle explication? je lui demande, jouant au naïf.

- Qu’est-ce qui vous a mis dans cet état?

Je me croise les mains et je lui dis avec gravité et satisfaction:

- Enfin, grâce à vous, je sais maintenant ce que c’est la peur bleue.

- La peur bleue, répète-il en se rasseyant, avec étonnement... Qu’est-ce cette forte émotion vient faire ici?

- Pourtant, elle était en face de moi. Visible à l’œil nu. En flagrant délit...

- Vous renversez les rôles, Jørgen Jørgensen...

- Tel un bizarre arc-en-ciel où seul le bleu, surtout le bleu, l’indigo et le violet étaient présents. Si vous étiez blanc, vous auriez rougi de colère et je n’aurais pas rigolé.

- En êtes-vous certain?

- J’ai dit peut-être?

- Non, vous n’avez pas dit peut-être.

- Non?

- Non.

- Désolé, c’est un lapsus alors.

- Non, Monsieur, ce n’est pas un lapsus linguae. Ni un lapsus calami, ni lapsus manus...

- Et vous, en êtes-vous certain de ce que vous avancez?

- Parfaitement! Car quand j’étais étudiant en criminologie, j’ai eu vingt sur vingt aux examens sur la question des lapsus.

- C’est quoi alors?

- Un oubli volontaire...

Le pauvre inspecteur, fatigué d’être resté debout tout ce temps-là, réagit en miaulant:

- Chef! Que l’on passe à l’essentiel, j’en ai marre d’attendre, planté là comme un garde pontifical forcé à écouter votre conciliabule.

Le commissaire me fait un clin d’œil et me chuchote:...

12:46 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Bien le bonsoir Cher Monsieur Vogel ah les belles peurs bleues provoquées par des dragueurs aux yeux bleus /rire
A croire qu'à une certaine époque ils s'étaient tous donné le mot pour faire surtout plaisir aux gynécologues
Quand au bleu de la carte qui pousse à la consommation peut-être que si elle était rouge cela freinerait ceux souffrant de la fièvre acheteuse
Toute belle soirée et bonne nuit pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 05/03/2017

J'aime le bleu parce que c'est la couleur du ciel, de la mer et de mes yeux, cadeau de ces deux mondes, où les vagues et les larmes, comme deux enfants rebelles, s'agitent pour combattre l'ennui.

Bel après-midi, chère Lovejoie.

Écrit par : Hank Vogel | 06/03/2017

Les commentaires sont fermés.