12/02/2017

L'avaleuse de livres (74, à suivre)

Hank Vogel, L'avaleuse de livres.jpgPuis il me regarde drôlement et m’avoue:

- Désolé! Fâcheusement, nous ne pourrons pas nous pavaner sur le même podium lors de la prochaine révolution. Moi, je suis incapable de me rappeler le moindre discours que j’ai rédigé, la moindre ligne que j’ai allongée sur le papier. Et pourtant dans ma jeunesse, j’ ai pondu des centaines et des centaines de poèmes. Surtout quand j’étais amoureux. Comme toi aujourd’hui.

- Comment tu vois ça? je lui demande naïvement.

- Tu marches comme une épave. Ou plutôt comme un chien perdu sans collier.

- Le chien perdu sans collier, je le suis depuis mon enfance.

- Désolé de nouveau, je te demande pardon.

- Pardon accordé.

- Merci vodka!... Les unes ont des ailes, les autres des fourches. Néanmoins, comme nous les adeptes inconditionnels de l’effarouchement et de la balourdise, elles passeront toutes, de toute façon, la porte de leur chapelle les pieds en avant et le cul flétri...

- Mais qu’est-ce que tu racontes?...

10:43 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (5) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Bien le bonjour Cher Monsieur Vogel l'expression chien perdu sans collier reflète la pauvreté et l'abandon
C'est un collier fait de perles de peurs ,le seul qui s'il était visible serait rapporté en vitesse à son propriétaire
C'est d'ailleurs le seul qui garde les empreintes de nombreux mots comme courage mais qui si trop souvent employé pour en stimuler d'autres peut se transformer en "rage au cou" avec inflammation des parathyroïdes ou autres maux
On dit souvent que la langue de Molières est traitre , à juste titre surtout pour ceux qui ne peuvent pas s'exprimer de vive voix
C'est ce que nous sommes nombreux à reprocher a l'informatique ou les texto car insulter c'est facile ,on ne risque aucune réponse verbale en retour laquelle seule permet de résoudre vraiment un conflit
Surtout depuis l'envoi retardé des textos qui peuvent être envoyés à un moment ou l'autre est en pleine décompensation affective
Laquelle ne pourra jamais disparaître si on ne peut plus entourer un humain de ses bras
C'est ce qui autrefois a fait courir de nombreuses femmes chez leur médecin ,seul moyen pour elles de se sentir en sécurité ,sa voix ,son sourire me font du bien m'avait dit l'une d'entre elles
Très belle fin d'après midi pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 12/02/2017

Les femmes courent chez leur médecin, les hommes chez leur maîtresse. À chacun sa pilule!

Bonne soirée, chère Lovejoie.

Écrit par : Hank Vogel | 12/02/2017

Je vous remercie Cher Monsieur Vogel certes certes mais l'homme n'a pas besoin d'être veuf pour aller trouver sa maitresse /rire
Très belle soirée pour vous aussi Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 12/02/2017

Aussitôt veuf, l'homme fuit celle qui fut sa maîtresse pour plonger dans les bras d'une plus jeune. Car fini les chantages et l'inégalité aux yeux des amis!

Très bonne soirée, chère lovejoie.

Écrit par : Hank Vogel | 12/02/2017

Je vous remercie Cher Monsieur Vogel le veuvage n'est pas vécu de la même manière par tous ces Messieurs
En effet passé un certain âge beaucoup préférent trouver des femmes sachant cuisiner et les laissant roupiller sitôt le repas terminé
Alors qu'une jeune n'apprécie pas forcément la ronflette digestive/rire
Mais ne dit on pas qu'il faut de tout pour faire le monde alors à chacun sa chacun et que la roue de la vie et du rire continue de tourner
Pour changer de registre on nous dit d'oublier le passé ce qui est impensable avec un Trump remettant à la mode le sinistre mouvement Pro-Juventute des années 30
Heureusement qu'il y a la musique Tzigane pour me tenir compagnie quand je pâtisse !!!!
Quand on voit le monde et ces nombreux affreux JOJO en politique que ce soit aux USA et ailleurs autant faire des douceurs non ? rire
Très bonne nuit pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 12/02/2017

Les commentaires sont fermés.