09/12/2016

L'avaleuse de livres (19, à suivre)

Hank Vogel, L'avaleuse de livres.jpgLe lendemain matin, je m’éclipse de la maison comme un voleur. Pour éviter toute conversation, orageuse ou chargée d’interminables excuses, avec les Hofmann.

Je prends le bus 21, descends quelques arrêts plus loin, traverse la rue Kirova et me dépêche de rejoindre mon poste minable.

A peine arrivé, Madame Smirnova m’appelle:

- Kurkunof, dans mon bureau!

J’obéis. Le contraire serait une erreur fatale. La rue, la mendicité, le vol, la prison ou la mort. Nous sommes tous des condamnés à vie. Dont la plupart condamnés à bosser pour des gnognotes. Elle est belle cette égalité!

- Qu’est-ce j’ai encore fait de mal, cheffe? je demande, crispé comme un bleu face son caporal.

- Que vous arrive-t-il? Souffrez-vous d’un excès de culpabilité? me demande-t-elle.

- Non, madame.

- Alors détendez-vous! Je vous préfère arrogant, un peu voyou sur les bords...

- En somme... non rien.

- Si.

- Non.

- Si... Je vous t’écoute.

- Je voulais dire... il m’arrive de me raidir temps en temps. Surtout quand un ordre fait boum dans ma tête.

- Boum dans votre tête?

- Parfaitement.

- Décidément, j’aurais tout entendu dans ce magasin. Bref! Soyons sérieux!... Ça vous plaît de travailler avec nous?

- Avec vous et davantage, oui.

- C’est-à-dire?

- J’aimerais aussi être en contact avec les clients. Les conseiller, leur proposer tel ou tel autre ouvrage à la place de...

- C’est justement pour cela que mon canon a sonné.
- Je ne comprends pas.

Et Irina Guennadieva Smirnova, me déclare solennellement:

- Cher Ivan, après deux semaines de stages convaincantes, la patronne que vous n’avez jamais vue mais dont l’œil est aussi vigilant que celui de Moscou, désire que vous soyez nommé officiellement libraire à la Maison du livre de Guelendjik. Le désirez également?

- Fermement, je réponds le sourire jusqu’aux oreilles.

- Cela étant, elle vous propose un salaire de vingt mille roubles par mois à partir de tout de suite. Êtes-vous d’accord avec cette proposition?

- Sans la moindre hésitation.

- Dans ce cas, veuillez signez ici.

Et je signe ainsi mon premier contrat de travail...

11:24 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

je vous remercie Cher Monsieur Vogel concernant la femme créée un dimanche pour adoucir les mœurs j'ai quelques ressentis au vu de nombreux résultats
Le Grand Barbu s'est sans doute trompé de programmation dominicale le jour ou les féministes encore plus technocrates que certaines technologies ont vu le jour/rire
Mais je suis rassurée ,je ne perds pas encore trop les pédales cérébrales car les Sanitaires ayant soigné mon évier entendez par là les égouts ont confirmé que nombre de nouvelles technologies ne sont inventées que pour compliquer la tâche à tout le monde et surtout pour arnaquer les personnes seules qui n'y voient que du feu quand les théoriciens plombiers que je nomme désormais Rats d'ègouts font leur travail à moitié pour être certains de revenir rapidement avec en tête l'idée de remplacer ce qui ne doit pas l'être
Le stress entretenu à bon escient surtout auprès de la personne âgée est un élément important pour mieux manipuler et les technocrates ont compris tous les avantages du mal qui ronge notre monde et qui permet aux voyous de s'enrichir sans trop se fatiguer
De nombreux jeunes couples se font aussi avoir il suffit de savoir ce qui se passe au niveau construction bâtiments
Il paraitrait d'après certains on dits , qu'en Suisse on fait tout pour rassurer et protéger la personne seule et âgée
Quand on sait les milliards dépensés pour changer ce qui ne peut l'être comme le climat nombre d'élus feraient mieux d'abandonner leur Smarphone et Cie pour s'occuper de ce qui est entrain de s'écrouler, c'est à dire la confiance totale de leur électorat!!!!
Et ceux qui avaient prédit dès 2002 qu'abuser des technologies conduirait leurs utilisateurs dans le mur de la déconfiture cérébrale ne s'était pas trompés
Très belle fin de journée pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 09/12/2016

Une seconde avant dimanche, c'est encore samedi!

Le Grand Barbu ne se trompe jamais, c'est un farceur qui cache bien son jeu.
C'est pourquoi il est sourd, muet et invisible.

Et c'est pour cela que de nombreux politiciens, de droite comme de gauche, l'imitent lorsqu'ils doivent répondre à de véritables questions sociales.

Bonne soirée, chère Lovejoie.

Écrit par : Hank Vogel | 09/12/2016

Je vous remercie Cher Monsieur Vogel en effet d'où pour nombre d'entre eux leur principale et unique priorité, c'est à dire imiter les acteur pour la presse People ,de vrais ploucs /rire
Très bonne soirée également pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 09/12/2016

Les commentaires sont fermés.