29/11/2016

L'avaleuse de livres (9, à suivre)

Hank Vogel, L'avaleuse de livres.jpgMon chez-moi! Une chambre de quatorze mètres carrés. Louée mensuellement à Monsieur et Madame Hofmann ou Hoffman, un couple d’étrangers. Soyons correctes, des doubles nationaux. Ils sont russes et autrichiens à la fois. Ou suisses. Ou français. Ou italiens. D’après ce que j’ai vu et entendu. Ils sont très... comment dite ça? Pas dans la norme. Ils sont très souriants et très complaisants. Toutefois assez discrets. Lui, il siffle souvent. Elle, elle ne cesse pas de balayer. C’est probablement un tic typiquement européen. Oui, européen et pas du tout américain. Car en Amérique on aspire. On aspire tout sauf au bonheur d’autrui. Il s’agit des États-Unis, bien entendu. Le pays des Sioux et des Apaches colonisé par des fermiers et des bandits. Sales blancs! Profiteurs! Envahisseurs! Négriers! Esclavagistes! Calmos, calmos Ivan! Oui, c’est vrai, il faut que je me calme. Car sur ce brûlant chapitre, nous n’avons pas la conscience immaculée, nous les Russes. Je n’oublierai jamais que les Peaux-Rouges made in Rassia sont: les Aléoute, les Chouvane, les Dolgan, les Even, les Inuit, les Ket, les Mansi, les Nanai, les Orochi, les Shor, les Teleoute, les Udege, les Yukagir et tous ceux qui se sont égarés momentanément dans ma mémoire. Alors ne jetons pas la pierre à notre ennemi avant d’avoir effacé toutes les traces de nos crimes. Si nous ne voulons pas passer pour des cons. Bref! Tout ce baratin pour vous dire que ma piaule est parfaite pour la méditation et que je n’ai rien contre les enfants, les petit-enfants et les arrière-petits-enfants de l’Oncle Sam, tout au contraire car... Zut! On frappe à ma porte.

- Oui, entrez, je suis là.

- Je le sais bien, autrement je n’aurais jamais osé tambouriner, me dit Monsieur Hofmann, en entrant.

- C’est ce que l’on dit chez vous? je lui demande.

- Quoi donc?

- Tambouriner?

Il sourit...

10:28 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

je vous remercie Cher Monsieur Vogel oh de toutes manière après nous le moule est cassé donc y'a aucun risque à être recopiés par un robot ou autre bidule virtuel
Quand à la pollution une idée à germé dans mon cerveau en voyant ces longs cous garnis de colliers métalliques ! et si on demandait aux écolos d'imiter ces femmes girafe en utilisant des boites de conserves
Je pensais en voyant ces beaux sourires qu'elles ne pouvaient pas parler ce qui n'est pas le cas donc faudra trouver autre chose pour faire cesser ces empoisonneurs collectifs de la ramener trop souvent!!!!!
Il y a tout de même un endroit béni des dieux pour les mangeurs de viande ,c'est le Canada ou vous pouvez tuer des animaux pour vous vêtir et surtout les manger sans qu'aucun écolo ne vienne critiquer vos us et coutumes
Très bon appétit et excellente soirée pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 29/11/2016

Les commentaires sont fermés.