09/10/2016

Les cigognes ont débarqué (11, à suivre)

Hank Vogel, Les cigognes ont débarqué.jpg- Alors explique-moi: si j’étais bouddhiste, comment j’aurais réagi face à ce crétin?

- En pensant à une petite histoire.

- Raconte.

- Un jour, un voyageur s’approcha de Bouddha qui était en train de prêcher la juste parole et se mit à l’insulter de toute ses forces. Bouddha écouta l’homme en souriant, la bouche totalement fermée. Brusquement, étonné par le calme du prédicateur, l’individu s’arrêta d’émettre ses inepties et, tout énervé, il lui demanda: Pourquoi tu ne ripostes pas à mes insultes? Je t’insulte et tout ce que tu es capable de faire, c’est de fermer ta gueule et de me sourire. Alors Bouddha respira profondément, ouvrit la bouche et s’exprima: Si quelqu’un t’offre un cadeau et tu refuses ce cadeau, à qui appartiendra-t-il? A celui qui voulait me l’offrir, répondit le voyageur. Ainsi Bouddha lui expliqua: Eh bien, les insultes que tu m’a offertes, je les refuses.

- Belle petite histoire. Mais dans la vie les nuages ne sont pas toujours là pour nous annoncer la tempête.

- Que veux-tu dire par là?

- Que le malheur arrive souvent sans nous prévenir. A l’improviste. Et la vie est si courte...

- Au contraire, la vie est un long voyage, un interminable chemin à parcourir, ameuté de pièges et d’agréables surprises. Et une valisette remplie de légères et agréables petites histoires comme celle-là est moins encombrante et plus facile à porter qu’une grosse malle bourrée de lourdes et odieuses pensées.

- Mais dans le contexte?

- Je ne comprends pas.

- Face à la violence, face au danger, quand tout va si vite, trop vite...

- Pas pour celui qui est attentif.

- Et quand la maison brûle?

- Il suffit d’une fraction de seconde d’attention pour que la valisette s’ouvre et fasse de toi le meilleur pompier du monde.

Ming regarde gentiment sa femme et lui dit:

- Tu es comme ma mère, c’était toujours elle qui gagnait aux cartes...

10:42 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Bien le bonjour Cher Monsieur Vogel au sujet du crétin et dieu sait que notre monde en compte beaucoup , il y a une phrase que nous murmurions intérieurement quand on avait affaire à eux, causes toujours tu m'intéresse
le sourire ça a eut payé mais trop sourire c'est comme tendre l'autre joue pour en recevoir encore et encore
Au sujet de la valise on la porte souvent quand on est dans la lune ou ailleurs
Parfois on peut même avoir des valises sous les yeux/rire
La valise toujours prête à côté de mon lit en cas de tsunami familial devait aussi signifier ,surveilles surtout tes arrières !
Très belle soirée dominicale pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 09/10/2016

Mais String est ainsi faite... petite et fragile comme le roseau. Quant à Ming, il est grand et robuste comme le chêne.

Quand la violente tempête est là, qui des deux risque le plus de se faire briser?

Bonne soirée, chère Lovejoie.

Écrit par : Hank Vogel | 09/10/2016

Je vous remercie Cher Monsieur Vogel le roseau ne rompt jamais
Vous moi et beaucoup d'autres nous en sommes la preuve vivante non ? rire
Le roseau me fait penser à un humain toujours la tête ailleurs qui se laisse gifler par le vent pour se redresser aussitôt comme pour bien narguer le ciel ou ceux ayant cru qu'il ou elle ne se relèverait plus
Toute belle soirée pour Vous aussi Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 09/10/2016

Les commentaires sont fermés.