31/08/2016

L'escalier de Talpiot (29, à suivre)

Hank Vogel, L'escalier de Talpiot.jpg- Ni livres, ni prières?

- Seul le boiteux a besoin d’une canne... L’ innocent se laisse guider par la pureté de son souffle. Qui sent bon la connaissance, qui sait presque tout. Il ne craint ni les obstacles ni l’obscurité. La liberté est en lui. Il est la liberté...

- Il n’a donc pas souffert.

- Qui ça?

- Ton bien aimé.

- Demande-le lui toi-même...

- Mais il est mort, d’après ce que j’ai compris.

- Non puisque tu l’as croisé.

- Où ça? Quand ça?

- Ici tout à l’heure.

- Le jeune barbu?

- Oui, lui... en apparence...

- Mais il paraissait en pleine forme. Il n’avait pas l’air d’avoir souffert.

- Quand la douleur est trop insupportable, l’esprit ironise parfois contre le mal... puis l’âme retourne à sa source. Et...

- Et?

Marie-Madeleine se ramone le nez puis elle me répond:...

05:20 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Bien le bonjour Cher Monsieur Vogel le premier paragraphe fleure bon l'enfance celle là même refusée par les convenances du monde programmé par des mots comme rivalité, rentabilité ,concurrence entre cantons, communes
C'est la grande compétitivité même entre continents à laquelle désormais sont invitées des tribus d'indiens , de Berbères pollués à leur tout par des statiticiens de tous poils et de toutes les couleurs afin de les embobiner
Dernièrement on a assisté à un incendie dont le seul responsable était un panneau solaire qui grâce à l'effet loupe par grande chaleur prend des allures de feu du Premier Aout et ce en France alors imaginez les résultats dans des contrées ou il fait encore plus chaud
J'en connais en Suisse qui vont vivre avec le trouill- omètre à zéro /rire
Quand à la douleur qui fait ironiser c'est vrai cela n'aura jamais été autant palpable dépassant même l'ironie galvanisante de nombreux anciens qui savaient déjà se moquer des théoriciens par cette phrase célèbre, vas 'y seulement mon coco ,tu m'en diras des nouvelles ensuite
C'est que nos anciens ne perdaient pas de temps à se relier à n'importe quelle technologie pour savoir le temps qu'il ferait même si mes souvenirs sont exacts ,le bruit de l'eau cuisant dans la marmite servait d'indicateur
Après deux guerres ils étaient devenus de vraies antennes paraboliques
Ils ne déléguaient rien c'est sans doute aussi ce qui les a sauvé et nous aura permis de profiter de leur savoir ,rien qu'en les observant et en analysant ,sans oser écrire ni parler le cerveau emmagasine durablement pour alimenter notre propre programme de survie
Magnifique journée pour -vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 31/08/2016

Ne donnons pas trop de valeur à nos anciens, car ils ont également contribuer à bien des malheurs.

Je vois encore ma mère trembler comme une feuille morte au moindre coup de tonnerre... Pendant la guerre 39-45, une bombe marine larguée par un avion italien explosa à une centaine de mètres de notre maison à Alexandrie. Ma mère fut traumatisée à vie. Et cela n'est rien par rapport à tout le reste...

Bel après-midi, chère Lovejoie

Écrit par : Hank Vogel | 31/08/2016

Je vous remercie Cher Monsieur Vogel certes ,certes je vous le concéde cependant aurions nous fait mieux ?
La peur donne des ailes pour faire des programmes de formations pour les élèves afin qu'ils puissent réagir face à des terroristes ce qui est le moyen le plus sûr pour en faire des gosses inquiets et pour peu que les parents soient en instance de divorce bonjours les traumatismes futurs pour les enfants
En vacances en Suisse Allemande chez une parente il fallait faire son baluchon tous les soirs pour anticiper un éventuel incendie d'une maison construite en bois ,les résultats ne se sont pas fait attendre dés la rentrée des classes 1re primaire ,la maitresse appela les pompiers car je n'écoutais rien trop agitée ayant perçu des volutes de fumée s'échappant d'un toit jouxtant le collége
Ce qui avait fait dire à la maitresse l'école n'est vraiment pas fait pour elle ,elle va perdre son temps et elle avait raison
Pour en revenir à nos mères il est vrai qu'elles ont vécu l'enfer et ce mot semble dérisoire face à ce qu'elles ont enduré . on peut les remercier car nous avons hérité de leur endurance à supporter tout ou presque sans jamais avoir eut même l'idée de dénoncer quiconque
J'ai vécu plusieurs bizutages et les coups devaient sans doute en faire partie pour rejoindre en tant que seule fille les clans masculins .allez savoir (rire
Très belle fin de mercredi pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 31/08/2016

Les commentaires sont fermés.