29/03/2016

Le roi vert de la mandarine (30, à suivre)

Hank Vogel, Le roi vert de la mandarine.jpgJe grimpe, je grimpe...

Les pensées vont et viennent. Des images du passé, du présent et du futur. L’avenir! Quel avenir? Il se construit petit à petit en fonction de nos pas. En avant, en arrière... et d’innombrables hésitations. Comme un mur, brique après brique. Si cette jeune journaliste n’était pas venue me voir, je me serais peut-être pas souvenu du Yéti et je ne serais pas maintenant là en train de le chercher. Des paroles en l’air poussent souvent les êtres humains à commettre des actes insensés. Les mots sont tantôt des vents violents qui dévastent tout sur leur passage. Le cerveau ne s’arrête jamais de ruminer. Il rumine, rumine les herbes sèches de nos inattentions. Elles sont incalculables. Elles flirtent avec les collines de l’éternité.

Mon front est en sueur. Je tremble. Je ne sens plus mes jambes. Que m’arrive-t-il? J’ai l’impression que je vais m’envoler...

 

07:41 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Bien le bonjour Cher Monsieur Vogel le cerveau qui n'arrête jamais de ruminer très jolie expression
Alors qu'ailleurs on dit ,j'ai les abeilles mais ça ira mieux demain/rire
Très bonne fin de journée pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 29/03/2016

Les commentaires sont fermés.