19/03/2016

Soif et brûlures (31, à suivre)

Hank Vogel Soif et brûlures.jpg- Désolé.

- C’est un mot que j’entends souvent... et qui ne m’apporte aucun réconfort.

Les mots vont et viennes, pensa sitôt Nikolaï. Comme ces oiseaux qui passent au-dessus de notre tête. Impossible de les capturer vivants. Ils passent, disparaissent à l’horizon puis réapparaissent. Ne reconnaissant aucune frontière. Et ne subissant que l’usure du temps. Mais ils sont libres. Éternellement libres. Pareilles au vent. À la poésie...

- Que vous arrive-il de nouveau? lui demanda la Kazakhe. Vous paraissez si inquiet.

- Au contraire. Ma mémoire commence à revenir petit à petit...

- Et l’appétit?

- C’est que...

- Osez! La faim n’est pas une honte, vous savez.

- Je sais.

- Ça vous dirait des mantis et un bol de koumis?

- Du koumis?

- Vous n’aimez pas?

- C’est quoi?...

10:20 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Bien le bonsoir Cher Monsieur Vogel ah les oiseaux j'espère que ce matin vous pupu profiter dés les premiers rayons du soleil de leurs magnifiques chants
Peut--être aussi pour fêter le retour du maitre des siffleurs c'est à dire le merle qui dés le mois de septembre avait dû céder sa place à dame fauvette
Et heureusement car parfois dès 2heures du matin elle faisait entendre ses triolets beaucoup moins perçants que le merle /rire
Chaleureuse soirée pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 19/03/2016

Les commentaires sont fermés.