06/03/2016

Soif et brûlures (21, à suivre)

Hank Vogel Soif et brûlures.jpgLa vieille Kazakhe était là. Habillée de noir et coiffée d’un foulard multicolore, assise comme d’habitude sur un tabouret de pas plus une dizaine de centimètres de haut, elle parlait à ses voisines de la rue qui, elles aussi, vendaient des fruits et des légumes de leur minuscule jardin pour survivre. Elle parlait et elle se frappais légèrement le visage, tantôt d’une main, tantôt des deux.

- Pourquoi autant de chagrin? lui demanda Nikolaï en s’approchant d’elle.

Elle se répondit pas. Sa figure était en larmes et le nombre de ses rides avait sérieusement augmenté.

Un jour, en plaisantant, Nikolaï, avait compté quarante-et-une rides et deux légères cicatrices.

La vieille femme lui avait déclaré en riant:

- Quarante-et-une? Quelle merveille! Quelle richesse! Une médaille pour chaque année de bonheur et deux blâmes pour avoir désobéi à Dieu...

- Pourquoi autant de chagrin? répéta Nikolaï...

09:16 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Bien le bonsoir Cher Monsieur Vogel j'aime bien votre approche des visages ridés et burinés qui couraient les rues par le passé
C'est l'avantage de la vie au grand air ,les rides quand à elles sont aussi signes de sagesse et ce qui surprend quand on voit les publicités vantant les mérites de produits anti plis c'est de voir la beauté naturelle des visages des mannequins vantant les qualités des produits
Dommage les anciens visages burinés ne peuvent plus tester ceux-ci (rire
Très belle fin de journée pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 06/03/2016

La vie use, marque, laisse inévitablement ses traces sur tous les corps, toutes les gueules et tous les visages que l'homme, et tout particulièrement la femme des villes, essaye systématiquement de camoufler à prix d'or. Mais le camouflage, aussi subtil et génial soit-il, est toujours repéré.

Très belle soirée, chère Lovejoie.

Écrit par : Hank Vogel | 06/03/2016

Je vous remercie Cher Monsieur Vogel n'oublions pas les kilomètres qui usent qui usent comme dit la chanson
Quand aux produits miracles c'est comme chercher midi à 14 heures un mari dans une botte de foin /rire
Très belle soirée pour Vous aussi Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 06/03/2016

Mais son mari, c'est possible... avec ou sans sa maîtresse. Bien que la plupart de ces histoires sont des feux de paille!

Excellente soiré, chère Lovejoie.

Écrit par : Hank Vogel | 06/03/2016

Les commentaires sont fermés.