13/01/2016

Le roi vert de la mandarine (9, à suivre)

Hank Vogel, Le roi vert de la mandarine.jpg- C’est bon! crie la journaliste...

Et la caméra s’arrête, cesse d’avaler mes paroles et mes mimiques, destinées à être crachées par la suite, sur les écrans télévisuels après coupures et censures. La vérité n’est alors plus qu’un arrangement de possibilités collées bout à bout.

Je regarde le paysage, sa beauté me fascine toujours. Depuis mes plus tendres années. Comme si la quotidienneté n’a aucun pouvoir de destruction sur moi. Étrangement! Est-ce une bénédiction de l’au-delà ou l’enfance qui refuse de disparaître de mon esprit?

Pendant ce temps, mes hôtes se contentent de ranger le matériel audiovisuel avec grand soin et de taper quelques notes sur leur ardoise électronique. Comme aspirés par un univers de plus en plus déconnecté de la réalité.

- Peut-on visiter votre chez-vous? me demande la jeune femme, une fois débarrassée de ses obligations professionnelles.

- Mais nous y sommes, je lui réponds en souriant... Tout ce que voyez autour de vous, c’est mon chez-moi...

- Je voulais dire votre foyer, là où vous mangez, vous dormez...

- Mais je mange et je dors là où bon me semble... En plein air, à la belle étoile...

- L’hiver également?

- Pourquoi voulez-vous renifler les odeurs de mon intimité? Elles sont intransmissibles à la télé. A moins qu’elles ne vous attirent personnellement. Non?

- Je ne comprends pas, répond-t-elle en rougissant...

12:04 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Bien le bonjour Cher Monsieur Vogel comme aspirés par un univers de plus en plus déconnectés de la réalité .hélas trois fois hélas
Dommage que le numérique n'émette pas certaines odeurs comme par exemple un parfum agréable pour des textes exempts d'une forme quelconque de manipulation mentale alors que ceux dont on devine de suite ce qui se cache derrière sentiraient le poisson pourri/rire
Heureusement qu'il y'a votre blog qui permet de prendre la vie avec plus de légèreté surtout quand on sait qu'aujourd'hui on est universitaire à 12 ans mais sans bagage intellectuel autre que celui des technologies ultra modernes
Très bonne soirée pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 13/01/2016

La qualité et la quantité des bagages ne rassurent en rien le voyage... Face à l'inconnu, nous sommes tous nus (mentalement).

Belle soirée, chère Lovejoie.

Écrit par : Hank Vogel | 13/01/2016

je vous remercie Cher Monsieur Vogel Tout ce que vous écrivez est on ne peut plus juste
Ce matin j'ai remercié le ciel pour ne avoir grandi au son d'un poste TV / Radio Sottens suffisait amplement
Certes enfant on pouvait aller chez des voisins pour regarder la TV mais la théâtre de la rue était beaucoup plus instructif
On découvrait les gens et les choses par nous mêmes et j'avoue que je remercie désormais ce secret de famille qui m'a donné l'envie de chercher le moindre petit indice offrant un éventuel début de solution
A mon avis ces secrets étaient entretenus pour obliger l'enfant à ne pas faire confiance à n'importe qui et aussi pour lui donner l'envie d'en savoir toujours plus et de développer son propre raisonnement afin de sortir au plus vite du troupeau des moutons et ne pas tomber dans la sinistrose collective comme c'est trop souvent le cas encore aujourd'hui sitôt que tout va de travers
Très belle fin de mercredi pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 13/01/2016

Les commentaires sont fermés.