07/11/2015

La mouche de Saint Pierre (18, à suivre)

 Hank Vogel, la mouche de Saint Pierre.jpg- Quel but?

 - Revivre l’instant le plus exaltant de ta jeunesse.

 - Comment est-ce possible?

 - Avec Pierrot rien n’est impossible.

 - Si j’ai bien compris, je me trouve actuellement dans une villa du chemin de Bédex dans le canton de Genève...

 - Non pas dans une villa mais dans la villa, à l’endroit précis où tu as... non, excuse-moi...  où tu avais embrassé pour la première fois ton premier amour.

 - Tu es même au courant de ça?

 - Les anges, entre eux, causent beaucoup. Silencieusement. Secrètement. Mais parfois, ils sont indiscrets et divulguent avec une certaine fierté angélique  leurs exploits. Surtout quand une de leurs flèches atteint une cible lointaine.

 - Une cible lointaine? Que veux-tu dire par là?

 - Ce baiser, il t’a fallu combien de temps avant de l’obtenir? Des années, des mois, des semaines ou quelques jours?

 - Trop longtemps. Quand j’y repense, j’en ai les larmes aux yeux...

 - Je sais.

 - Alors pourquoi cherches-tu à ensanglanter ma plaie? À la faire rougir davantage? À remuer le couteau dans la plaie?

 - La redondance est la preuve de ton désarroi. Mais ce n’est pas ainsi que tu pourras effacer à jamais cette blessure.

 - Mais je ne veux pas l’effacer!

 - Es-tu certain?

 - C’est la souffrance qui m’a permis d’écrire et d’imaginer un monde meilleur. Sans elle, j’aurais fait quoi? Eh bien, c’est triste à dire, j’aurais certainement souvent applaudi les politiciens corrompus et les sportifs voyous, en regardant la télévision. J’aurais remercié  mille fois mon patron les jours de paye comme un lèche-cul... et...

 - Et quoi encore?

11:18 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Dimanche, jour du Seigneur ou, pour la énième fois, jour sans seigneurs... loin de tout diktat au profit d'une minorité égoïste et égocentrique.

J'ai rencontré mon ancien patron, toujours aussi riche, dans mon royaume préféré (le rêve, bien entendu).

- Qu'est-ce qu'il est venu foutre ici, ce faux réfugié? je me suis demandé aussitôt que je l'ai vu.

Bon dimanche, chère Lovejoie.

Écrit par : Hank Vogel | 08/11/2015

Les commentaires sont fermés.