19/10/2015

Le coolboy (26, à suivre)

 Hank Vogel, le coolboy*.jpgLe grand jour a sonné!... Il faut que vous sachiez tout de même ceci: craignant de plus en plus le froid à cause du manque de mazout livré au compte-gouttes à la Suisse à un prix exorbitant par les barbus sanguinaires et pour des raisons de sécurité entre autres, Vanina Vanita a abandonné son poste nocturne, fort bien rémunéré, de stripteaseuse et se consacre maintenant à l’art du tricot et au yoga afin de conserver toute son élasticité. Car sortir et entrer la nuit au bercail comme une voleuse, déguisée en nonne pour ne pas se faire démasquer, c’est amusant au début mais au bout d’un certain temps cela devient pédant. Et puis, il y a l’image de la mère! Que penserons les voisins et surtout les voisines en regardant le futur enfant? Que lui cacheront-elles au visage en le croisant au parc ou dans la rue? Tu es mignon mais ta maternelle est une salope! Ou encore: tu mériterais que l’assistance publique s’occupe de toi. Bon, bref! On peut imaginer les pires atrocités lorsqu’il s’agit des autres. L’autre est la face cachée de la lune où séjournent les êtres les plus démoniaques. Berk! J’en ai parfois la nausée.

 Donc, donc, donc! Comme dirait le plus énigmatique de mes compagnons de ce voyage forcé. Après quarante semaines de saine gestation, le professeur, sans son stéthoscope mais avec son éternel bistouri, m’ouvre le ventre et ma création, mon ange tant attendu, jaillit de mes entrailles et accepte malgré lui de vivre dans le monde des humains et de subir toutes les calamités qui lui réservera l’avenir.

 Le chirurgien remet, en quelque sorte, le bébé à sa mère biologique-non-porteuse, l’adjectif est encore à trouver.
 
 - Merci Seigneur! s’écrit Vanina. Il est magnifique.

 Elle le regarde longtemps avec beaucoup d’admiration, quasi avec adoration, le berce doucement puis, tout à coup, une légère grimace se dessine sur son visage.

 - Qu’y a-t-il? je lui demande, avec inquiétude.

 - Je crois qu’il n’a qu’une seule pouette pouette, me répond-t-elle.

 Cible-rouge saute au plafond et dit:

 - Dieu créa l’homme, l’homme le peperit masculum. J’espère que le terme est correct. C’est-à-dire: le mâle qui enfante. Car sa couille porteuse est déjà à l’intérieur.

 - Comment est-ce possible? Qu’est-ce que vous avez fait pour ça? interroge Vanina.

 - Je n’ai strictement rien fait mais la nature est souvent complice des salubres découvertes scientifiques, explique-il. Dieu et la science sont comme cul et chemise.

 - Cul et chemise! Tu entends ça, mon adorable petit bonhomme? murmure l’ex stripteaseuse à l’oreille de son lardon.

09:36 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

j?espère Cher Monsieur Vogel que vous riez en écrivant car perso en vous lisant je me bidonne
Vous avez l'art de la moquerie celui-là même qui manque à beaucoup
Au sujet du rire beaucoup de gens ne peuvent se jugeant trop malheureux mais comme dit un Rabin Schmolitz ou je ne sais plus quel nom à coucher dehors ,si les gens chantaient et riaient plus facilement d'eux-mêmes sans doute seraient -ils moins malheureux
Je vous parler souvent de mon passé mais en riant cat encore aujourd'hui nombre de gens dont les instits ignorent réellement ce qui se cachait derrière mes rires et bavardages continuels .Remarquez pour un enfant privé de contacts avec les autres jusqu'à la première primaire il y avait de quoi parler ,parler comme pour rattraper le temps perdu mais au cachot et comme souvent des militaires étaient au gnouf ,je me sentais solidaire avec tous /rire
Voici une vieille expression , s'il ou elle n'avait pas existé il aurait fallu l'inventer ,je trouve qu'elle vous va à merveille
Magnifique début de semaine pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 19/10/2015

Je n'écris jamais en riant mais en souriant... de peur que mon voisin, ou sa chérie, n'alerte le service d'urgence d'un asile psychiatrique. Car monsieur est actionnaire et membre du conseil d'administration d'une maison de fous. Et, vu les nouvelles méthodes sans méthode, il y a trop de lits inoccupés.

Bonne journée, chère Lovejoie.

Écrit par : Hank Vogel | 19/10/2015

Je vous remercie Cher Monsieur Vogel mais ne sommes nous pas tous obligés pour rendre notre vie supportable d'entretenir en nous quelques grains de folie ? rire
Très belle fin de journée pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 19/10/2015

Les commentaires sont fermés.