06/10/2015

Le coolboy (15, à suivre)

 Hank Vogel, le coolboy*.jpg- Pour le plaisir des yeux, au nom de l’esthétique, on coupe la queue du chien et du cheval. Pour honorer un dieu totalement imaginaire, au nom de la religion, on coupe le bout du zizi du garçonnet. Pour satisfaire un estomac toujours plus gourmand, au  nom de la gastronomie ou d’une soi-disant meilleure alimentation, on coupe les couilles du petit taureau. On coupe, on coupe, on coupe... Du matin au soir, on ne fait que ça. Du nord comme au sud. À l’est comme à l’ouest... Chère Madame de tout à l’heure, couper est-ce moins contre nature que de mettre sa testicule gauche ou droite au service de l’humanité? Afin que la femme, avec un grand f, puisse se reposer durant ces prochains millénaires comme l’a si bien compris la demoiselle...

 Un journaliste me coupe la parole:

 - Ne pensez-vous pas que vous venez d’ouvrir toute grande la  porte au diable? Je m’explique: imaginez qu’un jour un facho homo prenne le pouvoir,  crée une banque nationale de l’ovule et donne l’ordre d’exterminer toute fillette à sa naissance...

 - Ou qu’une lesbienne face le contraire, ajoute un autre journaliste.

 - C’est impossible, dis-je.

 - Pourquoi?

 - Parce que l’individu ne peut pas se passer de l’autre pour se sentir quelqu’un. C’est dans la différence que les valeurs ont raison d’être. C’est peut-être difficile à le concevoir, mais c’est le principe même de la vie. L’autre est à la fois mon meilleur ami et mon pire ennemi. Afin que le combat, tel un feu ardent, ne s’arrête jamais. Compétition et conservation sont les deux mamelles de l’existence.

 - Je croyais que vous étiez communiste, me dit le premier journaliste.

 Tout d’un coup, tout devient flou devant moi et je n’entends plus que des chuchotements. Puis c’est le néant...   

10:10 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

En lisant le premier paragraphe Cher Monsieur Vogel je me suis demandé quel serait le résultat de tous ces mots empilés dans une éprouvette laquelle serait agitée par un ministre un peu moins tartuffe que d'autres?
Peut être aurions nous enfin la potion miracle qui permettrait à certains élus ou ne l'étant pas mais qui rêvent de l'être de ne plus dire de sottises alors que beaucoup de citoyens de toutes les nationalités voyagent sur des paquebots transportant des tonnes de nourritures et de viande pour contenter tous leurs passagers trop heureux de pouvoir enfin manger sans se sentir coupables aux yeux des éco-terroristes
Ce qui devrait faire réfléchir sérieusement ceux qui rêvent de tout interdire même et surtout le rire
Au sujet du rire une Péruvienne m'a demandé si en Suisse celui-ci était interdit ,ma réaction fut immédiate et elle éclata de rire à son tour
Très belle soirée pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : kivejoie | 06/10/2015

En Suisse, si le rire rapportait gros, on l'aurait déjà taxé depuis de belles lurettes. Mais, heureusement ou malheureusement, les Suisses font souvent la gueule à se tordre de rire.

Belle soirée, chère Lovejoie.

Écrit par : Hank Vogel | 06/10/2015

Bien le bonjour Cher Monsieur Vogel Se tordre de rire est une très vieille expression et peut-être que Fernand Reynaud dans son sketch *La bougie* cherchait à démontrer les effets secondaires qui peuvent affecter ceux ne riant jamais
Mais grâce à Vous la médecine vient de faire un énorme bond car en lieu et place de chercher quel parent était responsable de nombreuses crampes abdominales .peut-être n'étaient-elle que le résultat des interdictions de rire du malheur d'autrui alors que les punisseurs eux-mêmes se gavaient de rires en critiquant des parents n'ayant pas d'argent pour mieux habiller leurs enfants ce qui parfois obligeait ces derniers à quitter la classe sous les quolibets de tous y compris l'enseignant/e
Magnifique mercredi pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 07/10/2015

Mieux vaut rire sous la pluie que de pleurer sous le soleil.

Que le rire vous envahisse l'âme tout ce mercredi, chère Lovejoie.

Écrit par : Hank Vogel | 07/10/2015

Les commentaires sont fermés.