04/10/2015

Le coolboy (13, à suivre)

 Hank Vogel, le coolboy*.jpgJe marche sur un sentier rocailleux et poussiéreux. Dans le désert. Je crois. Il fait chaud. Terriblement chaud. Mon front est en sueur. Tout à coup, un être d’une féminité extraordinaire, tout de blanc habillé et portant sur son dos un sac, qui ressemble étrangement à une paire d’ailes recoquillées, s’approche de moi et me dit:

 - Garde tes forces pour demain, tu en auras plus besoin.

 - Mais qui êtes-vous? je lui demande, tout effrayé par cette apparition.

 Il pose sa main sur ma tête et me déclare:

 - Je t’aime comme personne ne t’a aimé.  Je serai donc toujours là, à tes côtés, avec toi, que pour toi, les moments les plus inquiétants. Pour te guider. Pour t’empêcher de faire fausse route.  Car je suis ton ange gardien, la lumière des lumières.

 Puis il me pince le nez...

 Je me réveille à cet instant. 

 - Ça va mon chou-fleur? me demande Vanina aussitôt. Tu es tout mouillé. 

 Elle retire sa main de mon visage et me dit:

 - J’espère que tu n’as pas la fièvre... Tu fais trop confiance à ton chirurgien...

 - Ne crains rien ma princesse, c’est certainement la climatisation qui est mal réglée, je lui explique. D’ailleurs, tu ne sens pas qu’il fait lourd ici?

 - Tu sais bien qu’à force de travailler sous les spots, je ne sens plus la chaleur. Et puis lourd n’est pas le mot juste.

 - Que veux-tu dire par là?

 - Il ne fait lourd qu’avant l’orage.  Tu vois des nuages à travers cette fenêtre à la gomme, toi?

 - Tu as raison, j’aurais dû dire suffocant.

 - C’ était juste pour t’embêter un peu, mon adorable troubadour.

 Elle se colle à moi et nous nous embrassons comme de jeunes amoureux. C’est-à-dire: le plus longtemps possible avant que les tempêtes de l’esprit ne viennent saccager la cabane de nos plus tendres espérances.

07:00 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Plus je vous lis Cher Monsieur Vogel plus mon subconscient véritable ange gardien cherche à me lancer dans d'importantes recherches pou savoir quel homme mériterait autant de compliments dont vous ne tarissez pas à l'égard de la gente féminine
Aussi je n'en vois qu'un avec un corps sculpté entrain de courir depuis des décennies mais restant figé dans la même posture et aussi nu qu'un ver de terre !
Un sportif célèbre dont le nom m'échappe mais qui mais qui a été caressé des milliers de fois , ce qui a sans doute fait de nombreux jaloux dans au sein de la gente masculine de l'époque
Toutes les grands mères faisaient voir cette statue à leurs petits enfants car anatomiquement parlant cela leur évitait d'inventer n'importe quoi .
Elles avaient la conscience tranquille face à des parents qui auraient pu leur reprocher un éventuel apprentissage sur la principale différence existant entre hommes et femmes
Et concernant les leçons sur les choses de la vie elles en connaissaient un rayon
Mais le pauvre en 1950 avait déjà ses attributs complètement mités par les éléments et qui sait aussi par les nombreux regards d'enfants cherchant à savoir pourquoi ce qui n'avait plus comme apparence que la forme d'un poulpe dessèché et coincé entre ses jambes
Cet homme le seul d'ailleurs était anatomiquement observé ,scruté tandis que les grands mères sécurisées pouvaient continuer de papoter /rire
Très belle fin de journée super dynamisante pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 04/10/2015

La féminité des êtres et des choses rassure l'enfant... et face à l'inconnu, tous, nous ne sommes que des enfants fragiles et sans défense.

Excellente journée à vous, chère Lovejoie.

Écrit par : Hank Vogel | 04/10/2015

C'est tellement vrai!
très bonne soirée pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 04/10/2015

Les commentaires sont fermés.