19/09/2015

Les nouvelles vacances (12, à suivre)

 Les nouvelles vacances.jpgL’homme
 - Quelle heure est-il?

 La femme
 - Trop tôt pour nous coucher.
 
 L’homme
 - Tu veux vraiment du champagne? Je trouve que ça ne va pas avec nos vacances?

 La femme
 - Et qu’est-ce qui va avec nos vacances? Le whisky? La bière?

 L’homme
 - Je goûterais volontiers un alcool d’ici.

 La femme
 - D’ici ici?

 L’homme
 - Non, d’ici là-bas.

 La femme
 - Et là-bas, c’est où?

 L’homme
 - En somme, tu regardes mes diapositives sans jamais te demander où je les ai prises...

 La femme
 - Pour moi les vacances, c’est me laisser vivre et non pas me préoccuper de la qualité et de l’origine de ces images que tu me projettes avec cet engin vieux de mille ans. Tu aurais mieux fait d’acheter un vidéoprojecteur. Tu es en retard de cent ans, mon cher époux!

 L’homme
 - Au contraire, je suis en avance de plusieurs siècles. Une image figée grandeur nature permet à l’imagination de s’amplifier.

 La femme
 - Ça se dit?

 L’homme
 - Quoi donc?

 La femme
 - Permet à l’imagination de s’amplifier.

 L’homme
 - Tu en a compris le sens?

 La femme
 - Oui.

 L’homme
 - C’est l’essentiel... Si j’ai bien compris, tu renies maintenant ma méthode...

 La femme
 - Ta méthode! Ma méthode! Notre méthode! Votre méthode...

 L’homme
 - Est-ce que tu la renies ou quoi?

 La femme
 - Je renie tout, je me moque de tout, je me fous de tout, je me contrefous de tout, j’en ai marre de passer des vacances comme celles-ci... à l’abri du vent, de la pluie et des imprévus.

 L’homme
 - Et le contrôleur du gaz, ce n’était pas un imprévu? Et la panne d'électricité?

 La femme
 - Va chercher le champagne! L’alcool est parfois un remède contre le mal de vivre.

 L’homme
 - Sans la moindre hésitation!

 Il  s’éclipse et revient avec une bouteille de champagne et deux coupes... 

 L’homme (en faisant sauter le bouchon)
 - Que Dieu bénisse notre famille!

 La femme
 - Quelle famille?

 L’homme (en remplissant les coupes)
 - Toi... moi... nous deux aujourd’hui et nous deux demain.

 La femme
 - Un couple qui n’a pas d’enfant, ce n’est pas une famille... même s’il possède un chien, un chat, un lapin ou un perroquet.

 L’homme
 - La stérilité est une maladie de ce siècle.

 La femme
 -  Il faudrait que tu lises ton horoscope avec plus d’attention.

 L’homme (il lui tend une coupe)
 - Ceci est ton dernier remède.
 
 La femme (elle la lui arrache presque de la main) 
 - Pardon, moi je suis en ordre et en règle avec ma conscience.

 L’homme (il lève sa coupe)
 - À ta santé, ma vieille!

 La femme
 - À ta santé, ma vieille? Qu’est ce que ces paroles veulent bien cacher?

 L’homme
 - Buvons, buvons! Et laissons derrière nous le crépuscule de nos éternelles questions se perdre à l’horizon de notre inconscient!

 Ils trinquent. Soudainement un coup de sonnette...

 La femme (elle se lève d’un bond)
 - Cette fois-ci, j'ouvre!

 L’homme
 - Et si c’est le contrôleur du gaz, nous auront l’air de quoi?

 La femme
 - D’un couple qui est revenu de vacances tout simplement.

 L’homme
 - Attends au moins que j’enlève la lanterne.

 Il range rapidement tout le matériel dans le buffet. Puis elle ouvre la porte...  

 La femme
 - Quelle belle surprise! Mais entrez, entrez seulement!...

07:00 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Bien le bonjour Cher Monsieur Vogel vos dialogues sont un vrai jamais magique .En effet grâce à certains mots ou phrase des portes du passé s'entrouvrent permettant de comprendre les situations vécues lors de certaines révolutions culturelles
comme l'arrivée des premiers bars ou les révolutionnaires des années 50 trouvèrent refuge auprès de l'Armée afin de se soustraire aux bagarreurs de l'époque qui attendaient leurs victimes à tous les coins de rue ,lesquels n'étant jamais inquiété se sont retrouvés bec dans l'eau en voyant des futures communiante sortir de la cure pour aller siroter leur lait grenadine en compagnie d'hommes matures et qui eux ne prenaient pas pour parole d'évangile tout ce que les médias écrivaient
Si trop boire est mauvais pour la santé ,le célèbre ah il est des nôtres aura ravi de nombreuses ados qui ont compris que leur devoir de féministe consisterait à épauler les hommes et leur accorder parfois, même très souvent le droit d'avoir raison/rire
Très bon samedi pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 19/09/2015

Dire des vérités en utilisant la voie des dialogues, parfois absurdes, permet à l'auteur de s'en sortir à bon compte face à certains loups, prêts à tout, au pire... La liberté d'expression n'est qu'un rêve de poète dans ce monde chargé d'individus terriblement conditionnés... soit religieusement, soit politiquement.

Très bonne journée, chère Lovejoie.

Écrit par : hank vogel | 19/09/2015

je vous remercie cher Monsieur Vogel le très beau film *Dédales* confirme à lui seul vos propos
Tout enseignement mérite d'être vérifié comme le célèbre *aimez vous les uns les autres* mais bizarrement ce commandement pourtant important semblait en certaines circonstance choquer les plus prudes ,comme quoi (rire
Très belle soirée pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 19/09/2015

Les commentaires sont fermés.