10/09/2015

Fini la pizza et le kebab, vive la koubéba!

 Les Italiens ont construit nos tunnels, nos routes, nos écoles, nos maisons... sous le regard méfiant et méprisant de certains Helvètes. Et malgré ces pluies d’insultes, tantôt visibles tantôt invisibles, ils ont ouvert des pizzerias. Les Portugais, comme mon ami Carlos au Petit-Saconnex, des bistros «Aux gambas à gogo» et des épiceries qui nous plongent dans l’univers poétique de  Pessoa. Les Vietnamiens, des restaurants asiatiques où les rouleaux de printemps nous propulsent l’instant d’un rêve sur les rives magiques de la rivière des Parfums. Et les Turcs, les kebabs où le voyageur averti peut se lécher les babines en dévorant un lachmajoun, plat d’origine arménienne. Et, bien entendu, tous les autres qui ont participé à l’embellissement et à la stabilité de la Suisse... Ils ont tous apporté quelque chose et ils nous ont tous conduits aux portes du voyage et de la connaissance,  qu’on le veuille ou non.

 L'afflux de migrants va changer l'Allemagne, a déclaré Madame Merkel, la chancelière allemande. Elle s’est trompée la pauvre dame, la femme la plus puissante de L'Europe selon certains journalistes de la RTS, en disant cela. Car l’Allemagne d’aujourd’hui n’est plus l’Allemagne de hier, de l’époque du diabolique moustachu. Heureusement! Rien n’est stable sur cette planète. Tout bouge. Tout change constamment. Tout est destiné  à se transformer puis à ne plus être, à disparaître.

 Les femmes syriennes sont de remarquables cuisinières.  Et j’ai une envie folle d'avaler une morceau de koubéba (d’après mes souvenirs d’enfant). Alors permettons aux Syriens de s’installer vite chez nous. Avant qu’il ne soit trop tard!

 Le changement n’a tué que les imbéciles. Les autres s’y adaptent. Étrangement surtout les plus pauvres. 

19:11 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.