30/08/2015

Saïouda, la fille du portier (13, à suivre)

 Saïouda, la fille du portier.jpgSaïouda et moi,  nous sommes assis, l’un en face de l’autre, sur l’herbe sauvage du jardin de la Socony-Vaccum. L’inoubliable benzina! Station-service qui se trouve derrière nos maisons. Je lui parle de ce que je viens de vivre.  Mais j’ai l’impression que ma mésaventure ne l’intéresse pas du tout car elle est train d’observer un gros scarabée noir qu’elle tient entre ses doigts. Qui lui semble beaucoup plus important...

 À la fin de ma narration, elle s’approche de moi et, en me montrant le coléoptère, me demande:

 - Tu crois qu’il sera bientôt blanc comme nos chers chawichs?

 - Les chawichs sont habillés en noir l’hiver et en blanc l’été.

 - Je sais. C’est justement pour ça que je te pose cette question.

 - Je ne te comprends pas.

 - Tu ne me comprends pas ou tu te refuses de me comprendre parce que tu songes trop à ton histoire... C’est normal, tu es quelqu’un de trop gentil. Et, comme le répète souvent mon père à ses naïves épouses, les gens gentils réfléchissent plus que les autres mais se font rouler davantage...

 - Tu penses vraiment que le chawich n’a pas distribué mes sous aux prisonniers? Qu’il a gardé l’argent pour lui?

 - Je ne sais pas. Peut-être oui, peut-être non... Mon oncle Farouk estime que la police égyptienne est mille fois plus malhonnête que la police anglaise.

 - Il dit ça parce qu’il adore les Anglais.

 - Là, tu raisonnes comme mon vieux.

  Subitement, elle se lève, lance le scarabée dans une broussaille et s’écrie:

 - Vive la liberté et occupe-toi de ta famille avant qu'un vautour ne vienne te croquer!

07:00 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Bien le bonjour Cher Monsieur Vogel Liberté et scarabée donnent envie de voler de ses propres ailes
la dernière phrase a titillé mon esprit depuis plus de deux heures comme si la personne connue dans l'enfance et qui vient de décéder essayait par ces mots de me faire comprendre au travers des mots qu'il ne faut pas appliquer à la lettre l'idéologie reçue qui affirme , pendant 7 semaines il est bien de se relier aux personnes décédés ,qu'elles ont besoin de nous entendre parler d'elles
Pour un être proche soit mais pour d'autres oubliés du temps de leur vivant cela ne servira pas à faire revenir des proches absents depuis longtemps et qui manquent toujours à l'appel et qui ont aussi tous connus cette personne décédée
Dans notre commune à force de nous être repliés sur nous mêmes pour fuir l'anti social de plus en plus perceptible, nous les anciens nous faisons de la télépathie entre nous et malgré nous tandis qu'un chat autre symbole Egyptien a pour singularité de venir se coucher devant ma fenêtre pour m'annoncer le décès d'un habitant du coin mais parti s'établir ailleurs
Nous restons soudés entre nous et les drames vécus par les uns les autres nous relient au passé ce qui confirme cette phrase ,il faut vivre ailleurs si on veut régler les problèmes passés sinon ils colleront à vos basques jusqu'à votre premier envol vers la Liberté nommée délivrance ou résurerrection
Magnifique dimanche pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 30/08/2015

Magnifique dimanche à vous, chère Lovejoie.

J'attends pour le repas de midi ma cousine et mon cousin paternels qui ont du sang à moitié grec dans leurs veines. Avec mes cellules italiennes et vu la chaleur, il y a de fortes chances que nos conversations vont nous propulser sur des plages méditerranéennes.

Écrit par : Hank Vogel | 30/08/2015

je vous remercie Cher Monsieur Vogel et vous souhaite un agréable repas
Je ris en repensant aux nombreuses vagues de souvenirs baignant dans les brumes de prune du temps ou le 17me enfant mon mari et ses frères et sœurs se réunissaient pour évoquer le passé
Très bon appétit

Écrit par : lovejoie | 30/08/2015

Les commentaires sont fermés.