31/07/2015

Retour en Suisse

La Suisse est belle. Plus que belle. Presque parfaite. Les routes sont des tapis de soie après tout ce que je viens de voir... Les automobilistes helvétiques sont des enfants gâtés et ceux qui ne cessent de se plaindre auprès du ou des services routiers des ingrats.

Mais!

Il y a toujours un mais quand tout semble presque parfait. Et non pas à deux doigts d'être parfait.

La beauté extérieure cache souvent une tristesse profonde. Et cette tristesse coule dans mes veines depuis ma plus tendre enfance. Elle est due à l'injustice, à l'inégalité, au manque d'amour entre les hommes. Elle est également due à l'incompétence de nombreux hommes politiques qui gouvernent mon pays avec beaucoup de désinvolture.

La Suisse doit faire mieux et elle en a tous les moyens. Surtout sur le plan social de son propre peuple. Avant que cette morbide tristesse n'envahisse le cœur de la majorité de ses citoyens et se transforme en une gigantesque et dangereuse révolte. 

Dans la datcha sibérienne de ma belle-sœur, étrangement, il m'est venu à l'esprit:

«Les Russes font tout pour leurs enfants, les Arabes tout pour leurs parents, les Suisses tout pour les réfugiés (ou presque).»

Nos ancêtres se sont battus pour la liberté, battons-nous pour l'améliorer!


07:23 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

29/07/2015

Nouvelles de Sibérie (30, fin)

Barnaoul, le 29 juillet 2015.

Finalement, le grand magasin qui vient de s'ouvrir, il y a à peine 1 mois, n'est autre qu'un hypermarché Auchan (Achan en Russie).

On y trouve des produits français (forcément), italiens, grecques... et  locaux.

Alors! Charles, Pierre, Jacques et Jean, peut-on encore croire à ces sanctions et contre-sanctions? Qui dit la vérité, le diable ou le(s) Seigneur(s)? La plume ou l'œil de Dieu?

Demain, c'est le grand retour...

02:33 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |  Facebook | | | |

28/07/2015

Nouvelles de Sibérie (29, à suivre)

Barnaoul, le 28 juillet 2015.


Contrairement à ce que peuvent penser certaines personnes, ici, on parle beaucoup de la France, de l'Ukraine, du chat de ma concierge, de la pluie et du beau temps. Et ma phrase "celui qui punit doit s’attendre au pire" sous-entendait les sanctions russes.

D'après les informations à la TV, les commerçants européens auraient déjà perdu plus de 9 milliards d'euros. Alors un bon conseille aux boyscouts en culottes courtes de la politique:  On ne doit jamais chercher à  chatouiller l'ours lorsqu'on se trouve face à lui!

Cet après-midi, nous allons visiter un grand magasin qui vient de s'ouvrir. Dont le patron serait français. Vous avez dit bizarre?

04:17 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |

27/07/2015

Nouvelles de Sibérie (28, à suivre)

Barnaoul, le 27 juillet 2015.

La Crimée a bel et bien une âme russe! Et les Français commencent à s’en apercevoir... Les députés européens des pays de l’est, qui ont tendance à détester systématiquement la Russie, ont sans doute influencé, avec la complicité de l’Amérique bien entendu, leurs homologues de l’ouest et l’Europe a commis ainsi une ânerie de plus. Car celui qui punit doit s’attendre au pire. Qui sont-ils les vrais perdants dans cette histoire des sanctions? En tout cas pas les politiciens. Ces beaux parleurs aux idées tordues qui ne cessent de se gargariser avec leurs discours sans queue ni tête, dirait ma concierge...

Ma belle-sœur Tanya nous a offert avec insistance trois paires de chaussures dont une pour un ami suisse amoureux des produits sibériens Made in China... Probablement, cette universitaire spécialiste dans le domaine des textiles n’a pas oublié qu’en l’an 2000, je l’avais conseillée de travailler pour son propre compte et que, ma femme et moi, nous lui avions donné, et non prêté, un peu d’argent afin qu’elle se lançât... Et le Ciel fit le reste.

11:15 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (5) |  Imprimer |  Facebook | | | |

26/07/2015

Nouvelles de Sibérie (27, à suivre)

Barnaoul, le 26 juillet 2015.

Hier, à la gare routière de Novo K, en attendant notre car, nous avons fait la connaissance d'une lointaine cousine de Poutine. Vrai ou faux? Quand j'ai voulu la filmer, elle a refusé. Par crainte des autorités, soi-disant. Malgré cela, elle m'a récité un beau poème et a cassé les oreilles à ma chère épouse. La vieille femme n'allait nulle part, elle ne faisait que d'attendre, fuyant je ne sais quoi... Elle espérait qu'un ancien ami vienne lui rendre visite.

En entrant dans le Kraï de l'Altaï, le chauffeur a failli écraser un élan égaré... Malheureusement, ma caméra était moins rapide que l'animal effrayé.

15:09 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

25/07/2015

Nouvelles de Sibérie (26, à suivre)

Novo K, le 25 juillet 2015.

Pendant que la petite fille sur son cerf voyage à travers les plaines et les forêts du monde entier, les grandes personnes, qui ont perdu à jamais le sens de l'immensité, se laissent envouter par l'or des nouvelles cathédrales et les discours de l'actualité.

A 3h00, nous prenons la route pour Barnaoul. 7 heures en autocar...  Adieu donc la ville la plus polluée de  Russie! Pourtant, non sans regrets.

04:38 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

24/07/2015

Nouvelles de Sibérie (25, à suivre)

Novo K, le 24 juillet 215.

Dieu me colle au cul depuis que j'ai quitté ma barboteuse, se dirait ma concierge en découvrant un pendentif religieux par terre, sur une marche de l'escalier... Et moi donc!

Contrairement à mes espérances, la vieille église en bois n'était pas aussi vieille que ça. Mais j' ai rencontré le Grand Barbu en chair et en os. Quand il a su que je venait du pays des Helvètes, il m'a aussitôt offert une brochure et un DVD qui relatent l'histoire de sa chaleureuse demeure où la charité et la richesse font bon ménage. Alors j'ai compris son message. 

Quel message?

Continue à "fabriquer" des films et des livres. Et ne trahis jamais les miracles que tu as vus de tes propres yeux.

04:05 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (5) |  Imprimer |  Facebook | | | |

23/07/2015

Nouvelles de Sibérie (24, à suivre)

Novokouznetsk, le 23 juillet 2015.

"Poutine coupe le gaz aux Ukrainiens et l'électricité aux Russes", j'ai placé dans une conversation avec Arthur, l'ami de ma belle-sœur Zoya, après la deuxième panne de courant, hier matin. En plaisantant, bien entendu. Car, en Russie, ceux qui n'aiment pas Poutine admirent Vladimir.

Nous avons avalé la dernière okrochka (le premier o se prononce a) préparée à la datcha et nous avons gentiment pris la route pour Novo K. Entre nous soi-dit, comme le bortsch, cette soupe froide, je la préfère sans la smetana.

On m' a parlé d'une très vieille église en bois non loin d'ici où des miracles se seraient produits. J'y suis fortement attiré...

02:29 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |  Facebook | | | |

22/07/2015

Nouvelles de Sibérie (23, à suivre)

La cinquième ferme, le 22 juillet 2015.

Hier, après avoir dégusté des pelmeni achetés à l’épicerie du village et croqué de petits concombres du jardin, vers trois heures de l’après-midi, (Il n’y a pas d’heures précises pour les repas en Russie. On mange quand on a faim.) une mouche s’est invitée à ma  travail et a déjeuné en toute quiétude, sans le moindre vrombit, sous l'œil attendri et curieux de mon caméscope. Et ma pensée s’est mise à voyager à la vitesse de la lumière...

Quelle aventure! Je me suis trouvé mystérieusement dans le film The Fly, la version de 1958. Puis dans une voiture, en Birmanie, où le chauffeur de confession bouddhiste a failli avoir un accident. Il voulait chasser gentiment un insecte affolé. Tout en roulant. Car, selon lui, tuer tout être vivant, aussi nuisible et insignifiant soit-il, est un crime! Et cinq minutes plus tard, il s’arrête non loin d’une pagode pour me faire goûter des chenilles grillées. Puis...

Finalement, je suis retombé sur terre et mon minuscule visiteur, après s’être bien goinfré, s’est frotté les pattes et s’est envolé. Retrouver ses asticots, probablement.

C’est le dernier jour à la datcha. Ce soir, c’est retour à Novo K.

04:00 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

21/07/2015

Nouvelles de Sibérie (22, à suivre)

La cinquième ferme, le 21 juillet 2015.

Ma vie est une ébauche que j’achèverai le jour de ma mort. Mes couleurs préférées sont: le passé, le présent et l’avenir. Ou si vous insistez, le noir, le rouge et le blanc.

Le noir parce qu’il est intraitable. Le rouge parce qu’il vire facilement au rose en passant par le rouge sang et le framboise. Et le blanc parce qu’il est prêt à tout, à se laisser salir comme à se laisser bénir.

Je ne possède que deux pinceaux: une plume et une caméra. Mes plus anciennes et fidèles maîtresses qui ne cessent de se coller à ma main droite qui a toujours rêvé de se trouver à gauche. La première a tendance à mentir parfois, faute de temps, et la seconde à embellir les choses, faute d’objectif.

Comme rien n’est parfait en ce bas monde, je désobéis souvent et sans vergogne aux règles aléatoires imposées par nos ancêtres. Soit inconsciemment, soit pour irriter  les esprits conservateurs et soumis.

Alors, comme dirait ma concierge en lavant les escaliers de son immeuble classé, si tu n’est pas content, vas te faire voir chez les Grecs. Surtout que c’est la mode, en ce moment.

06:59 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |  Facebook | | | |

20/07/2015

Nouvelles de Sibérie (21, à suivre)

La cinquième ferme, le 20 juillet 2015.

Panne d'électricité ce matin qui a duré plus de 5 heures. Ici, les coupures de courant sont si courantes (nombreuses pour les puristes littéraires, dommage) qu'elles ne font jamais la une des journaux locaux comme en Suisse. Ce qui est habituel n'intéresse personne, forcément.

Petite escapade en ville. Pour changer 100 francs. Il y avait une monde fou à la banque. Je croyais que c'était la banqueroute. Et puis non, c'était NORMALNA, comme disent les Russes. Les gens règlent là leurs factures. La plupart. Surtout les vieux. Quand on est honnête, bien entendu.

Face à cette confusion sibérienne, surtout pour un Helvète gâté de mon espèce, je me dis en buvant un verre de baikal: Que faire pour améliorer les choses?

Il me vint alors une idée...

 

12:57 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

19/07/2015

Nouvelles de Sibérie (20, à suivre)

La cinquième ferme, le 19 juillet 2015.

Si se foutre à poil dans la rue ou pisser contre une toile, c'est de l'art alors tout est art. Dans chaque discipline artistique, il y a une limite, une frontière vers l'absurde que seuls les esprits détraqués arrivent à franchir sous le regard admiratif des pervers, des blasés, des snobs et des marchands d'art.

Ici, à la cinquième ferme, coin plus ou moins perdu de Sibérie, il n'y pas d'opportunistes,  il n'y a que des gens simples, des poètes au langage secret et l'art, il faut se forcer pour le créer, pour qu'il jaillisse des abîmes de l'humanité. Car, quand on sait observer et que l'on côtoie la nature et ses adeptes à longueur de journée, la vie est un spectacle rassurant et suffisant. Un spectacle d'une beauté incomparable où les acteurs sont dépourvus d'orgueil.


06:00 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (10) |  Imprimer |  Facebook | | | |

18/07/2015

Nouvelles de Sibérie (19, à suivre)

La cinquième ferme, le 18 juillet 2015.

Si l'on désire véritablement découvrir le monde, il faut être apolitique, sans religion, omnivore, pas du tout maniaque et ne rien prendre au tragique. Autrement, on a meilleur temps de rester chez soi et de voyager en regardant la télévision. Sans odeurs ni parfums. Comme tout imbécile heureux, satisfait de lui-même, de ses origines et de son pays, qui, du matin au soir, critique son voisin sans jamais vouloir faire sa connaissance.

Les Russes sont des gens économes, propres et soigneux pour leur maison mais négligents dans la rue, qui boivent de la vodka (pas forcément tous les jours comme les Suisses ou les Français, un verre de vin presque à chaque repas), beaucoup de thé, de l'eau tiède et du kvas... et plus rarement du baïkal, mon coca soviétique préféré.

 

04:50 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |

17/07/2015

Nouvelles de Sibérie (18, à suivre)

La cinquième ferme, le 17 juillet 2015.

Fais un geste pour la paix et ton pire ennemi en fera peut-être deux. C'est dans cet esprit que j'aborde ma proie avant de la dévorer presque toute nue avec ma caméra. Mon cri de guerre et d'amour, c'est: Dieu fasse que cela ne soit pas la dernière...! En russe, bien entendu. Une phrase que mon beau-père m'a apprise en buvant de la vodka. Sortie de ma bouche, de sorcier africain blanc, elle fait sourire même la chèvre de la vieille Lida.

Frappe et on t'ouvrira! a dit un jour un jeune homme aux cheveux longs qui avait espoir en l'homme.

04:47 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |  Facebook | | | |

16/07/2015

Nouvelles de Sibérie (17, à suivre)

La cinquième ferme, le 16 juillet 2015.

Arthur, le cul noir de ma belle-sœur Zoya, c'est ainsi que l'on nomme ici les Arméniens et les autres peuples qui ont tendance à être poilus et un peu bronzés, nous a conduit en ville et nous avons fait quelques achats. Surtout ne pas oublier le foulard typiquement russe pour ma fille! Réservé deux places pour notre retour à Barnaoul, en autocar. Dans dix jours. Plus de 400 klm. 7 heures de voyage. Prix du billet: 840 roubles (15 francs et des clopinettes). Et sommes retournés au bercail en minibus. Plus d'une demie heures de route. Prix du ticket: 17 (30 centimes et des poussières).

La ville, c'est intéressant quand on a beaucoup d'argent à jeter par les fenêtres. Alors, avec la bénédiction de Zoya, nous avons décidé de nous réinstaller à la datcha.


08:58 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

15/07/2015

Nouvelles de Sibérie (16, à suivre)

Novokouznetsk, le 15 juillet 2015.

Retour à Novo K, comme je la nomme si souvent, la ville la plus polluée de Russie d'après certains écologistes.

Que voulez-vous, il fallait choisir entre se laisser envahir par les Boches et fabriquer des chars et des canons pour gagner la guerre. Et, de nos jours, entre les nouvelles technologies et le surplus de beurre et sa transformation en cirage pour les bottes étrangères. Entre la voiture 4/4 et le marteau et la faucille...

Les Suisses polluent peu parce qu'ils achètent presque tout à l'étranger. Ils évitent ainsi de se faire accuser de grand pollueur, me dit un jour un ami Sibérien. Je n'ai pas répondu mais cela m'a donné  beaucoup à réfléchir...

Ici, la corruption est visible à l'œil nu et ne dérange que les politiques, soi-disant. En Suisse, par contraire, elle est quasi invisible. Car diaboliquement camouflée par un système libéral qui protège les banquiers malhonnêtes et les riches fraudeurs. Jusqu' à quand?

11:49 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer |  Facebook | | | |

14/07/2015

Nouvelles de Sibérie (15, à suivre)

La cinquième ferme, le 14 juillet 2015.

Joyeuse fête nationale à mes cousins et amis de France! Un jour de plus piqué à l'ennemi!

La vie est un roman et toute rencontre est une page à lire.

±

Désolé... Ceux qui parlent le russe et le français apprécieront davantage cette vidéo, j'espère!

04:22 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |

13/07/2015

Nouvelles de Sibérie (14, à suivre)

La cinquième ferme, le 13 juillet 2015.

Le monde est monde partout. Et je ne cesse de le répéter. Surtout pour ceux qui pensent, naïvement, que la Suisse est le seul pays au monde où tout est parfait ou presque. C'est-à-dire: où les élus du peuple font correctement leur travail, où la justice sociale est exemplaire, où le racisme n'est que légende, où fric ne rime jamais avec flic...

Ici comme ailleurs, il y a des riches, des pauvres, des travailleurs honnêtes, des voleurs, des chômeurs, des profiteurs, des sages, des fous, des altruistes, des égoïstes, des sans-papiers, des clochards, des alcooliques, des drogués et Dieu sait quoi encore.

Le Grand Maître et Seigneur de l'univers a-t-il pris, lui aussi, sa retraite?

 

03:25 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |

12/07/2015

Nouvelles de Sibérie (13, à suivre)

La cinquième ferme, le 12 juillet 2015.

Habiter à la datcha, sans eau courante et les toilettes dehors, à une trentaine de pas... c'est possible l'été mais l'hiver, avec parfois plus de deux mètres de neige,  il faut être Sibérien ou aventurier polaire pour accepter ce genre d'exercice. Je me demande comment ma chère épouse a pu vivre ainsi toute son enfance? Question d'habitude, certainement.

La datcha est un havre de paix. Où la famille retrouve le véritable sens du partage. Mais où l'on se questionne quotidiennement sur l'utile et l'inutile des choses. Sur nos habitudes, nos conditionnements d'enfants gâtés. Pourris par la société de consommation et de gaspillage, la nôtre. Malheureusement, prendre conscience de cela n'est qu'un timide murmure de reconnaissance envers une nature qui nous accable de tant de beautés et de surprises.

 

07:15 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |

11/07/2015

Nouvelles de Sibérie (12, à suivre)

La cinquième ferme, le 11 juillet 2015.

Ici, pas comme en Suisse, les personnes qui ne se connaissent pas ne se saluent pas lorsqu'elles se croisent dans un village. Et les piétons ne remercient jamais les automobilistes qui s'arrêtent pour les laisser passer... Pourquoi devraient-ils leur dire merci? Ils ne font que de respecter le code de la route, m'expliqua, il y a une semaine,  mon neveux Rouslan.

Par contre, les crèches sont suffisantes (voire plus) et les enfants, à midi, déjeunent à l'école, évitant ainsi aux parents des va-et-vient, problématiques et inutiles, et la surcharge des transports publics.

L'été commence le premier juin et à partir de ce jour-là, l'écolier a devant lui trois mois pour gesticuler en toute liberté et se libérer du lourd fardeau de l'éducation... Cela n'a jamais empêché la Russie d'avoir de remarquables écrivains, artistes et scientifiques.

Que voulez-vous, mon cher Monsieur, chaque pays a ses bons et ses mauvais côtés, me dirait ma concierge, avant d'aller se coucher, après une longue et pénible journée.


01:39 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |