03/06/2015

Un fabricant d'histoires (4, à suivre)

 Rouge. Vert. Bleu. Ces trois couleurs me viennent à l’esprit. Les couleurs de base du cinéma d’aujourd’hui. J’aimerais faire un film. Capter des images puis... Peut-on révolutionner le cinéma? Les vieux cons ont établis des lois. Dommage. Mais on peut toujours. Comment? Je suis fatigué. Je renonce alors. Pour l’instant. 

 Quelques jours plus tard. Même endroit. C’est-à-dire: même décor, mêmes tables rouges et noires. Rouge sang. Et noir ébène. Je commande un café noir. On m’apporte un café crème. Tant pis! Je mets de côté la crème. Cela me donne à réfléchir. L’erreur est-elle vraiment humaine? Ne serait-elle pas plutôt sociale? Je me gratte la tête. La réponse ne veut pas venir. Aucune importance. Je pense à autre chose. À quoi? Faut-il vraiment... Je me lève et brusquement, je me secoue comme un prunier. Puis je me rassieds. On me regarde. Forcément. Ils sont nombreux. Des hommes et des femmes. Des hommes avec des femmes. Des femmes avec des femmes. Et des hommes avec des hommes. Étrangement, il n’y a pas d’enfants. Ils sont à l’école. Les pauvres! Il n’est pas normal, doivent-ils penser de moi, ces hommes et ces femmes. Il a dû sûrement s’échapper d’un asile psychiatrique. Sûrement. Erreur! L’erreur est bien sociale. Question de comparaison. S’ils savaient que je suis un fabricant d’histoires! Et forcément d’images. Non, ils ne savent rien. Comme tout le monde, ils projettent. Ils se projettent des histoires. Qu’ils fabriquent ou qu’ils ont fabriquées involontairement...

07:00 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Bien le bonjour Cher Monsieur Vogel
Vous portez un regard très sévère à votre encontre car étant assis seul sur votre chaise dans un bistrot si des enfants avaient croisé votre regard jamais il ne vous aurait jugé .Au contraire car beaucoup condamnés à ne jamais saluer un inconnu auraient profité de l'aubaine pour vous obliger à parler de votre passé
Les * griots* dans les bistrot avaient l'écoute des enfants ,ces derniers ne s'en lassaient jamais
Sans virtuel et n'étant pas simples objets pour marketing ,les enfants de l'époque portaient une regard moins cruel et surtout sélectif sur le monde les entourant
Certes beaucoup d'adultes en ces temps là avaient déjà projeté à l'égard de leur progéniture des destinés réservées à ceux qui aiment briller au firmament mais paradoxalement les enfants ayant senti le danger ont tous montré très vite et à qui de droit , qu'il ne fallait pas les prendre pour des canards sauvages
Très bon mercredi pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 03/06/2015

Très bon mercredi à vous, chère Lovejoie.

Écrit par : HanK Vogel | 03/06/2015

Les commentaires sont fermés.