23/05/2015

Les pauvres: des putes et des escrocs!

 «L'aide sera moins généreuse pour les jeunes et les grands ménages.»

 Voilà, ce que je viens de découvrir ce matin en lisant les titres des articles concernant l’actualité sur Google.

 Et il me vint aussitôt une idée dans ma tête de retraité indigné depuis de belles lurettes par le système mis en place...

 Puisque l’on cherche à faire de sérieuses économies, commençons par le bon commencement, c’est-à-dire par diminuer de 30% (trente pour cent) les salaires, injustifiés à mon avis, de ceux qui crachent au visage de la jeunesse et des familles nombreuses. En jugeant qu’il y aurait trop de fraudeurs parmi eux, le peuple. Ensuite, supprimons au sein de l’État les incalculables postes de directeur, de sous-directeur, de chef, de sous-chef et leurs inséparables secrétaires qui ne servent à rien, ainsi que tous les services cantons et créons à la place des services fédéraux... Ainsi, il n’y aura plus qu’un seul médecin fédéral au lieu de plusieurs médecins cantonaux, qu’un seul chimiste fédéral, qu’un seul archéologue fédéral, ainsi soit-il.  Après tout, la Suisse n’est qu’un tout petit pays, une ville par rapport à la Chine ou la Russie. 

 Mais non, c’est impossible! Et que faites-vous du fédéralisme? me dirait ma concierge, citoyenne mal payée qui vote toujours pour les riches de peur de perdre son job minable.     

 Finalement, j’ai bien compris, en Suisse, il faut tout donner aux patrons (qui pleurnichent comme des misérables), aux grosses fortunes, aux scientifiques et aux artistes éternellement subventionnés par Berne et arracher le lait de la bouche des enfants pauvres estimant que leurs mères sont des putes et que les jeunes adultes sans emploi, des escrocs.

 P.S. En vérité, je vous le dis: parfois, j'ai honte de vivre parmi de nombreux ingrats.

12:01 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Regarder quelle proportion du budget de l'état de GE est consacré au social (et je n'y compte pas la santé ni l’éducation)... vous seriez surpris, je vous laisse nous donner le chiffre vous même parce qu'on me croirait pas si c'est moi qui le dit.

Regarder quel genre de personne en beneficie parfois, ou comment un couple de drogué que je connais personnellement se retrouve avec un superbe 4 pièces au centre, lamal et tpg payés plus 1800 Frs pas mois d'argent de poche (pour la bière au bistrot principalement). Pour leur dope pas de problème, c'est "gratuit" puisqu'ils sont aussi petit revendeur, et dans le pire des cas ils peuvent toujours compter sur le quai 9... au frais de l'état également. Et ne croyez surtout pas qu'ils en éprouvent la moindre reconnaissance, ils adorent radoter devant leur cannette à 7Frs que la société est pourri que ces sales bourges kapitalistes devraient payer plus.

Ca c'est cracher a la gueule des employés modestes qui se lèvent tous les matins a 6h pour aller gagner moins que ça en bossant a la Migros.

Ceci dit je vous rejoins sur l’existence de doublons inutiles entre les différentes entités étatiques.

PS: Concierge n'est pas un job minable.

Écrit par : Eastwood | 23/05/2015

Cher Monsieur ou chère Madame (vu que votre identité est partiellement dévoilée),

Job minable? Je voulais dire un travail mal rémunéré, sans grand avenir... Minable veut dire aussi sans envergure. Désolé, j'aurais dû peut-être utiliser un terme plus explicite.

Quant aux drogués, financièrement trop bien soutenus par les services de l'état, je suis d'accord avec vous (à qui la faute?) car j'en connais aussi mais ce n'est pas une raison pour vouloir punir également ceux qui sont véritablement dans le besoin.

Cordialement, Hank Vogel.

Écrit par : HanK Vogel | 23/05/2015

@Eastwood

Nous vivons dans un monde politiquement très corrompu... Mais vouloir s'attaquer au plus faibles me fait souvent penser à l'armé du fameux moustachu pas très drôle qui avait pour devise: un soldat allemand tué par un terroriste vaut un dizaine d'innocents fusillés...

Écrit par : HanK Vogel | 23/05/2015

Les commentaires sont fermés.