29/04/2015

Être et avoir (1, à suivre)

1
 Le mot est sacré. Mais faut-il que ce soit un sacré mot! Je suis prêt. Je suis libre. J’ai décidé de conquérir le monde des mots. Avec mes mots et mes maux. À la conquête de la chimie du verbe. Au creux de la vague de mes idées. L’erreur m’accompagne. Le courage est collé à ma chair. Les oiseaux de ma jeunesse ont abandonné le nid de mes sentiments. Ces messages que j'adorais sont maintenant auprès du Père céleste. Suis-je en train d’exagérer? Probablement. Pas forcément. Suis-je un écrivain honnête? La gloire ou l’anonymat seront mes juges. Un jour. À l’aube des temps nouveaux. Quand les papillons ne feront plus peur aux fleurs du printemps. J’aime être ivre de mes phrases absurdes. Elles me propulsent dans une étrange béatitude. C’est là que je me sens riche. Vraiment riche.

2
 De désespoir, le singe se gratte comme un fou.
 De désespoir, le poète gratte le papier comme un fou.
 L’un est amoureux d’une guenon qui est indifférente à ses singeries.
 L’autre est amoureux d’une jeune femme qui est indifférente à ses poésies.
 De désespoir, le singe et l’homme se sont réunis et ont signé un pacte d’alliance afin de fortifier leur espoir.

3
 La femme, cet homme si séduisant!

4
 Le poète est un être vulnérable qui porte en lui, sans trop se plaindre de son sort, les blessures du monde.

5
 Une pluie de mots est tombée cette nuit.
 Une pluie de larmes est tombée ce matin.
 Une pluie de sable tombera prochainement.
 Loin des orages, je suis poète.
 En pleine pluie, je suis mouillé de la tête aux pieds, ni plus ni moins.

6
 Dans l’être, il y a l’avoir.
 Dans l’avoir, il n’y a que l’avoir, un avoir désireux de ne jamais être.

07:00 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (11) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Bien le bonjour Cher Monsieur Vogel
5)très révélateur de la situation confuse qui régne actuellement dans le ciel et par là même sur la terre
En général les romantiques et poètes sentent de loin les évènements et depuis ce matin y'a comme quelque chose de louche qui se prépare au dessus de nos tête.
Très belle fin de journée pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 29/04/2015

Très bonne journée à vous, chère Madame.

Dans mon enfance, je me suis trouvé sous une pluie de sable... Avant la pluie, jamais paysage n'a été aussi beau, aussi mystérieux de ma vie. Tout était jaune, comme si on avait collé un filtre à mes yeux.

Écrit par : HanK Vogel | 29/04/2015

Un jour je me lamentais. Je voyais une personne recouverte de sable comme amputée d'une personne aimée. C'est alors que j'entendis une voix me demander de mieux regarder.

Je vis alors que la personne allongée recouverte de sable était comme amputée d'une main visible plus haut.

La voix ne demanda de retirer le sable.

Je vis alors que la main tenait au poignet qui tenait au bras qui tenait au corps de la personne que je croyais amputée.

Le sable, me dit la voix, représente la matière qui nous donne ce sentiment d'être séparés.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 29/04/2015

Merci Cher Monsieur Vogel ces paysages dont vous parlez doivent être magnfiques surtout débarrassés des Rats de Rommel ce qui avait marqué l'esprit d' une grand maman Suisse ,aujourd'hui décédée mais qui avait tellement à cœur de nous parler de cette époque que personne ne s'en est jamais lassé
Nous étions en 2002 et le monde n'était pas encore trop contaminé par les nouvelles technologie ,elle est partie vers l'au-delà en 2004 satisfaite de ne plus avoir à vivre dans un monde qui ne sait plus dialoguer et qui surtout n'a plus envie d' écouter
Merci pour Votre Blog
Très belle soirée pour Vous

Écrit par : lovejoie | 29/04/2015

Les voix sont signes de dérangements dus à des actes ratés, des échecs mais les psys reconnaissent "une" voix: la voix intérieure et si je "réitère" ici en insistant c'est que la mort de toute spiritualité signe toujours (voir Vivekananda) le déclin d'une civilisation... non forcément une fin du monde mais d'un monde. On a proclamé la mort de Dieu ainsi que la non-existence de ce "ballot" de Jésus dit Christ.

Or je suis certaine qu'il faut choisir librement d'adhérer ou non à une religion en analysant soigneusement ses motivations.

La rencontre avec un médecin, qui peut s'avérer providentielle également de par le "transfert", y compris avec réciprocité, par ce qu'elle est en mesure de provoquer entre patient et médecin peut avoir les effets d'une cure que Freud voulut appeler psychanalyse tout en se remettant en question soi-même (ce qui n'est pas forcément ce que l'on entend par "psychanalyse". Psychanalyse, ce processus auquel on reproche le manque de remise en question de soi-même en vue d'un changement "viscéral")! Ce médecin, par le transfert, selon le vocabulaire de Françoise Dolto, peut être comparé à un caméléon qui, selon les méandres du chemin parcouru par l'analysant ("patient") prend n'importe quel visage, masculin comme féminin, aussi bien du passé de l'analysant que de personnages empruntés à la mythologie (Jung, les archétypes) voire... de Jésus lui-même. En pensant à une auberge espagnole où l'on trouve ce que l'on apporte comme, par exemple, cette espérance que Jésus ait pu avoir vécu "pour de bon", nous avoir tous aimés ainsi que comme... saisis en son cœur pour les "siècles des siècles" peut, de par les effets d'une telle cure peu ou prou improvisée (le médecin n'étant pas forcément professionnellement psy) ne pas avoir été un leurre (et, quant à la cure ne pas avoir coûté un radis).

Mais tel que vécu en ce que je viens de témoigner, la liberté de pensée est incontournable tant pour le médecin (le Maître, en l'occurrence) que l'analysante (disciple) (voir évangiles)

Ce pourquoi je crois dans une erreur immense les détracteurs de tout et n'importe quoi dés qu'il s'agit de religion... sans savoir, par défaut, de quoi ils parlent.

Erreur terrible pour nos enfants qui ne peuvent pas vivre que dans l'"utilitarisme", le matérialisme ainsi que l'individualisme forcenés contemporain.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 30/04/2015

Madame Belakovski s'il y a bien une chose redoutée par de nombreux psychiatres c'est le transfert qui peut exister de la part de certaines patientes.
Il est souvent cause de fausses accusations envers les toubib qui seront accusés de perversité
Quand à la religion celle -ci est personnelle mais elle peut être utilisée de nombreuses manières comma par exemple fèter Noel à la fête des Mère ou Pâques à la Saint Valentin .
Ce n'est pas parce que la calendrier commercial décide de telle date ou autre qu'on est obligé de les respecter
Je plaisante il va de soi cependant si perso j'avais envie de fêter Noel un premier Mai pourquoi me gênerais--je surtout que demain il fera moins froid et que les enfants pourront aller s'amuser dehors
Certains adultes ont trouvé l'astuce ils font une fêtes générale par année ainsi ce qui était corvée à répétition devient une simple formalité
Comme certains disent il vaut mieux une bonne fois que pas du tout c'est le monde moderne à vous de vous y habituer
Quand à la voix désolée mais hier encore un guérisseur connu a répété ce que je m'évertue à dire chaque jour à qui veut l'entendre ,parlez ,exprimez vous à haute voix pour faire plaisir à vos chakras et par là même à vos crachats car on ne peut vivre sas parler ni rire et , utilisez la voix directe pour dire ce qui est à dire en face et aux personnes concernées sinon bonjour aux stases pulmonaires et à l'endormissement du cerveau qui lui deviendra manipulable à souhaits
Le cri pour soulager les chagrins consistant à entourer un arbre pour lui parler et crier ensuite afin de libérer ce qui doit l'être n'a pas été inventé pour rien .
De nombreuses veuves ont pratiqué ce genre de thérapie ou les cris résonnent dans les forêts de Romandie comme ceux d'une Jeanne à la recherche de son Tarzan

Écrit par : lovejoie | 30/04/2015

Monsieur Vogel, je dois vous l'avouer: j'ai un faible (en tout bien tout honneur) pour lovejoie (qui a écrit une fois ne pas avoir le sentiment que nous sommes elle et moi sur la même longueur d'ondes mais, sans m'imposer trop, en réponse à ses lignes je veux lui dire une chose: un transfert se vit comme un amour. En psychanalyse digne de ce nom cet amour, réciproque ou non, fait de confiance, d'abandon comme de doute voire de hargne avec ces résistances temps d'hermétisme se vit obligatoirement de façon absolument platonique.

Suite à une sorte de rêve ou de vision j'entendis une voix qui "serait" celle du médecin dont j'ai parlé plus haut. Par questions (exposés, conférences discours, jamais! Marche plus que suggérée) cette voix, qui serait celle du médecin, qui vient de m'accoucher d'un troisième enfant. Je ne le vois que très peu et nous parlons, nous apprécions ces moments ce qui insupporte son assistante ce qui une fois, hélas! aussi sérieux, un peu graves l'un que l'autre pour une fois! nous tordre de rire sans jamais parler psychanalyse. A part un examen, jamais de "divan"! Et, néanmoins, c'est cette voix par ses questions qui déclenche en moi ce que Freud appela psychanalyse après avoir hésité: psychologie analytique, en premier. J'ai opté moi-même pour psychologie des profondeurs autrement plus poétique, large, ouvert... peut-être également parce que je suis un signe d'eau.
Ce médecin et moi pour finir... je ne le vois plus mais j'entends toujours, éventuellement, sa voix (et suis invitée à lui écrire autant que je le souhaite (lettres un peu dans le genre de celles de Freud à son ami Fliess si l'orthographe joue... et lorsque je passe non loin de son cabinet, je lui adresse mentalement un petit bonjour mais un jour sa voix me dit : "Je suis mort à (nom d'un lieu très connu où j'habitais alors!
Comme ce médecin était on ne peut plus vivant j'ai pensé, lovejoie, dérailler sérieusement mais un an et deux ou trois mois après cette annonce par sa voix ou "cette" voix! ce médecin est mort accidentellement exactement au lieu-dit, annoncé.

Dès que j'entendis cette voix je me demandai si c'était bien possible que ce soit la voix de ce médecin ou si, mentalement, toujours! je "me la faisais" à moi-même cette voix?!Ou alors... Dieu (existerait-il véritablement?) me prenant en pitié m'accordant désormais ce que refusé par ce médecin? Je n'ai jamais su et ne sais toujours pas mais le processus, des années durant, fut sain et me remit sur pied (névrose de rejet avec d'angoisse d'abandon).
Un jour, en parlant avec ma mère des traumatisme d'enfance et un peu plus revécus en ce processus je lui dis: "Mais, maman, je ne comprends pas comment pour si peu de choses je pouvais être en un état pareil... Il y eut un long, long silence puis ma mère me fit un ou deux aveux m'expliquant pourquoi le fœtus que, comme tout le monde, je porte en moi en passant par l'enfant a gardé, est "imprégné" de ces sentiments de rejet et d'abandon que les faits et circonstances de ma vie ne fondent,ne fondaient nullement.

On ne saurait assez dire combien il faut que l'enfant "appel de la vie à la vie" (Khalil Gibran) soit désiré.

Ce qui devrait inviter les jeunes femmes non pas tant à compter sur des avortements "libérateurs" mais sur une contraception responsable.

La voix me demanda d'apporter et de partager cette expérience, ce qui s'ensuivit et s'en suit, certes, mais en aucun cas pour me donner de l'importance: rien que pour "témoigner"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 30/04/2015

@Myriam Belakovski c'est l'esprit Scout qui anime nos commentaires mais avec un petit plus si l'on songe qu'à peine sortie de l'école enfantine j'ai fais un pacte du sang avec un petit réfugié Polonais
Heureusement ma grand mère Darbyste ne l'a jamais su sinon une fois de plus j'étais bonne pour l'enfer
Aussi à chaque commentaire nous reliant ,j'ai toujours une pensée affectueuse pour cet enfant que je n'ai d'ailleurs jamais revu
Ceci étant les temps changent mais peu en réalité dans le temps on disait l'enfer ou enfermer alors qu'aujourd'hui on dit internet pour s'interner ou s'enfermer mais par soi-même
Très belle soirée pour Vous Madame

Écrit par : lovejoie | 30/04/2015

C'est l'esprit scout qui anime nos commentaires ou blogosphérien?
Si vous aviez une parente darbyste la religion devrait peur (je ne corrige pas le mot) ou prou vous faire horreur.
Il y a, par Internet, un "aller à l'autre", aller aux autres...

Le nom de famille de notre hôte présent dit le début d'une chanson, Vogel traduit, oiseau: "Eh qui vois-je paraître c'est l'oiseau messager(...)

Son regard évoque un souvenir: le moment de la présentation de certain bulletin scolaire à mon cher papa... Votre souvenir de ce petit garçon en évoque un autre avec non pacte mais lien du sang qu'hélas à partir d'un certain jour je n'ai plus revu non plus.

Pour Vous, Madame, esprit scout au rendez-vous... Pour cette correspondante que je suis? Nous devons toujours nous souvenir que le ressenti d'autrui n'est pas notre ressenti et vice versa et que par ailleurs tout change tout le temps... tel que ressenti un jour non pas "forcément" ressenti par la suite: ce qui fait la richesse inouïe de l'humain ainsi qu'entre humains.

Je file, je suis en retard...bonne journée.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 01/05/2015

2Myriam Belakovski détrompez vous de suite la religion me fait sourire car si je la détestais vraiment cela reviendrait à dire que je déteste mes semblables alors qu'inverséement ils m'ont presque tous rejeté comme beaucoup d'autres de ma génération
Mais plus on était rejeté plus on cherchait leur contact peut-être étions nous masochistes qui sait)rire
Quand à ma grand-maman Darbyste sans doute ayant intégré ce mouvement peut-être pour faire plaisir à son mari ,elle lisait des Romands policiers ,elle dirigeait une épicerie à elle seule et savait tenir tête si nécessaire à ceux qui voulaient la toiser de haut.
Dieu elle ne le criait pas sur tous les toits d'ailleurs à cette époque cela ne se faisait pas ,pour de très bonnes raisons
Mais en bonne Savoyarde elle savait afficher sa détermination à ne pas se laisser embobiner gardant l'enfer comme seule solution pour aussi sans doute tenir à l'écart son fils et sa belle -fille afin qu'il cessent de me détruire au sens propre comme au figuré.
C'était un caractère de fer comme toutes les femmes nées en 1870 mais avec pour qui les connaissaient vraiment une patience d'ange et le cœur sur la main pour tous les miséreux
Et pour clore elle m'a instruite aux beautés de l'art et me fit découvrir dès mes premiers pas,une magnifique fresque représentant Saint Georges se battant contre le Dragon .c'était sans doute sa manière à elle de me prévenir que la vie ne serait jamais une tarte de 12 tranches toutes égales et aux gouts fruités de l'amour éternel
Mais grâce au Général Guisan et Ciba Geigy je vis encore et en bonne Protestante , je poursuis mon chemin en ... protestant contre des wagons de stupidités humaines dont nous gavent de nombreux médias
bon premier Mai pour Vous

Écrit par : lovejoie | 01/05/2015

A vous de même, lovejoie, à tous.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 01/05/2015

Les commentaires sont fermés.