La femme nue (19, à suivre)

Imprimer

25
 Loin de toute cathédrale, je chanterai silencieusement dans tes oreilles les airs harmonieux de l’au-delà. Ils t’apporteront la paix et l'enthousiasme. Un enthousiasme qui te permettra d’organiser ta vie avec souplesse et dignité. La fontaine de mes mots te fera oublier le temps de nos séparations. Des séparations momentanées dues aux prisons de mon devoir. Il exige de moi beaucoup de sacrifice. Il exige de toi beaucoup de patience. Le monde te fera des misères et je m’occuperai de la misère du monde. Nous surmonterons les obstacles des imprévus avec allégresse. Grâce à toi, je renaîtrai au pouvoir de l’art. Et j’aurai une place dans le jardin où la rose éternelle remet tout en question. Nous serons toujours nus face à nos secrets et tout mal habillés face aux mensonges. Je n’exige rien de toi. Je ne veux que t’aimer.

Lien permanent 2 commentaires

Commentaires

  • Le texte est magnifique cependant la dernière phrase a elle seule résume ce que représente vraiment le mot aimer !
    Très belle soirée pour Vous Cher Monsieur Vogel

  • Très belle soirée à vous, chère Madame.

Les commentaires sont fermés.