22/04/2015

Le rat de goût (13, fin)

 Enfin libre! La liberté retrouvée! Quelle sensation! Une sensation merveilleuse que l’on ne ressent qu’ uniquement après avoir connu son contraire: le trou noir. C’est-à-dire une salade russe d’instants diaboliques. D’isolement, de séparation, d'écrasement, d’humiliation, de torture, de maladie, de folie, de désir de suicide... La prison, c’est l’enfer des vivants. C’est pourquoi, il faut à tout prix éviter les filets de la racaille judiciaire.

 Labourette et Conard me regardent et me sourient simultanément.

 - Rares sont les communautés qui ont le sens du pardon, dis-je à Conard.

 - Tu es trop naïf et généreux envers les autorités, me répond Conard. La vraie vérité, c’est que le commissaire n’a pas la moindre preuve tangible contre moi... Surtout après qu’une bande de terroristes a revendiqué l'assassinat de mes philosophes.                            
 
 - Tes philosophes? s’interroge Labourette à voix haute.
 
 - Enfin, ceux que j’ai mordu à mort dans l’obscurité la plus totale!
 
 Labourette et Conard me sourient de nouveau simultanément.
 
 - Mais à quoi jouez-vous?

 L’ex mal vue des services fédéraux pour avoir flirté malgré elle avec la transparence des bocaux, fait un pas vers moi et me demande les yeux brillants comme des étoiles:

 - Veux-tu avoir des ratons avec moi ou tu préfères engrosser la fille du commissaire?

 - Je constate que tu as l’oreille fine.
 
 Elle se colle presque à moi et me repose la question.

 - Comment sais-tu que je suis amoureux de toi?

  La fontaine de l’amour jaillit de ses mirettes et nos gueules s’unissent pour savourer à la première liqueur de l’amour.

 Conard se met violemment à tousser.

 Après cet éternel et inoubliable baiser, mais raccourci à cause de cet accès de jalousie de la part de mon ex compagnon de cellule, je déclare avec une décontraction hors norme:

 - Vous est-il arrivé de vous demander: jusqu’où peut-il aller dans ses pensées et dans ses actes un rat qui aime son prochain, qui adore la justice, le partage et les voyages, un rat de goût?... Dans un monde où les politiques ne cessent de puiser leurs idées et leurs promesses dans le réservoir infini de l’absurdité où la connerie et la démocratie se rejoignent quasi quotidiennement, le mariage traditionnel et le mariage gay et lesbien font déjà partie de l’histoire ancienne. Alors, vive le mariage à trois!...

 (Immortalité:)

 Les civilisations naissent et meurent au fil du temps, seul l’espoir d’un monde meilleur demeure ouvertement ou secrètement dans le cœur de chacun de nous. Que l'on soit homme, rat, ou n'importe quoi!

07:00 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Bien le bonjour Cher monsieur Vogel
In ne se lasse pas de vous lire et c'est un bien pour se laisser dynamiser par l'énergie du Bélier le seul qui depuis la nuit des temps permet de garder l'espoir même si parfois on se retrouve dans le mur mais au moins on avance en se retournant sur le passé comme les rats qui eux sont contents de voir que rien n'a changé
De fait rien ne change excepté nos regards posés sur le monde et merci à Nordicus et ses acolytes car finalement qu'Est-ce qui distingue l'humain du rat ?
C'est que ce dernier si je regarde dehors verra une flopée de chats guettant tout mouvement suspect sur son territoire tandis que nous devons nous humains nous méfier des rats à deux pattes /rire
très bon mercredi pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : kivejoie | 22/04/2015

Les commentaires sont fermés.