21/04/2015

Le rat de goût (12, à suivre)

 Un verre de vin ou de champagne dans une main et un amuse-gueule dans l’autre, on parle de tout et de rien. Dans l’espoir de faire une belle rencontre ou une bonne affaire. C’est rare, rarissime mais cela arrive de temps en temps. Comme lorsqu’on joue à la loterie. Non truquée, cela va de soi.

 Petite parenthèse et je vous garantie que ce n’est pas de la foutaise: toutes les boisons et tous les amuse-bouches proviennent, comme d’habitude, des poubelles des organisations humanitaires de notre cité. Le gaspillage des uns fait le bonheur des autres! Surtout des rats.

 Après avoir goûté aux bordeaux, aux bourgognes et aux délicieux vins d’Alsace, le commissaire s’approche de moi et me demande avec le sourire:

 - Quel effet ça vous fait de vous sentir libre?

 Malheureusement pour lui, ma réponse ne peut être qu’une question:

 - J’aurais droit à une puce dans le dos, moi aussi?

 - Vous? Jamais de la vie! Votre ami Conard peut-être mais pas vous...

 - Alors, quel genre de rat suis-je à vos yeux pour avoir dû subir interrogatoires et humiliations?

 - Vous exagérez, Rato.

 - La nuit n’est pas fraîche pour tout le monde.

 - Que voulez-vous dire par là?

 - Que tout dépend de la position...

 - Rato, excusez-moi de vous couper, mais la raison est toute simple, il y a eu un cafouillage de coordination entre nos services secrets à l’étranger et nos bureaux locaux de renseignements. Et on le regrette sincèrement, croyez-moi.

 Je tombe des nues.

 - Que voulez-vous! Passer des vacances à Talpiot, on a trouvé ça suspect venant de vous.

 - Parce que je ne suis pas croyant, ni juif, ni musulman?

 - Monsieur Nordicus, pour la deuxième fois, je regrette cet incident malchanceux... Les technologies modernes ont énormément d’avantages mais malheureusement également beaucoup d’inconvénients. Surtout lorsqu'elles se trouvent entre les mains des fils à papa ou ces nuls pistonnés politiquement...

 Aussitôt ma gueule se métamorphose presque en visage humain.

 - Rattus, vous êtes quelqu’un de bien. Un rat sensible, compréhensible, ouvert aux autres, un rat qui a du goût en quelque sorte. Je l’ai toujours su. Dès que j’ai vu la première fois

 Il hésite puis:
 
 - Seriez-vous d’accord de venir dîner à la maison? J’aimerais bien vous présenter ma femme ainsi que ma fille qui souhaiterait faire votre connaissance...
 
 Je baisse les yeux.

 - Ne dites ni oui, ni non à la hâte, mais prenez tout votre temps avant de prendre une décision. Si le cœur vous en dit.
 
 Et il ajoute avec ironie:

 - Une invitation n’est jamais un interrogatoire. À bientôt, cher Ami.

07:00 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.