La femme nue (16, à suivre)

Imprimer

17
 Quand la publicité dégage une forte odeur de ridicule, je me sens nu, sans la moindre richesse, sans le moindre désir dans ma peau, mais libre comme le vent. Souvent la publicité pue l'exagération, le mensonge et l’adoration du dieu argent. Pour moi, le meilleur, le merveilleux et le divin s’approchent du silence.

18
 Trop parler plonge l’orateur dans un profond vide. Un vide sans espace, plein d'ombre, l’ombre des mots.

19
 Je n’ai toujours pas découvert le vent de la béatitude, ce vent capable d’effacer à jamais les incompréhensibles maladresses dessinées sur le vaste désert de ma mémoire. Faut-il que je me dise: bien vieillir, c’est mourir au présent et rajeunir, c’est mourir au passé?

Lien permanent 2 commentaires

Commentaires

  • 19) et trop de silence tue à petit feu comme disait l'oncle Charles il faut de tout comme pour le bien manger et savoir ce qui nous convient le mieux Trop parler peut nuire mais trop refouler ce qui est à dire pour survivre c'est condamner l'entourage a subit des tsunamis dont peu se relèveront car marqués à vie
    10)Concernant la béatitude peut-être faut-il demander conseils aux dirigeants de l'UE se rencontrant ,mangeant sur notre dos et se congratulant par des frappes amicales mais sur le dos de chaque con-vive comme pour faire comprendre au peuple que si lui se fait posséder d'autres sont aussi tombés dans le piège et c'est peut-être cela le sens exact du mot Béatitudes ou comment pratiquer la bête attitude collective /rire
    Très bon dimanche Cher Monsieur Vogel

  • Bon dimanche à vous, très chère Madame.

Les commentaires sont fermés.