13/04/2015

La femme nue (13, à suivre)

13
 J’aime les cailles
 Et les poissons sans écailles
 J’aime les feux de paille
 Et les femmes de grande taille
 J’aime les maillots à grosses mailles
 Et les amours sans faille
 J’aime où que j’aille
 Voir s’éloigner les canailles
 Car j’aime est le contraire de aïe!

Chère Vous,
 Ce petit poème vous est destiné. Je l’ai écrit pour vous faire oublier le vide creusé par vos éternelles questions. Ces questions sans réponse. Car trop habillé, le cœur bat en retraite. Libre comme l’air, il se tait et absorbe les liqueurs de l’existence. Digérez mon poème, il est moins nocif qu’une bouffée d’opium. Digérez-le ou avalez-le tout cru pour l’amour des mots. Je sais, vous avez soif de bonheur. Moi, j’ai soif de sourires, de vous voir sourire.

07:00 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

bien le bonjour Cher Monsieur Vogel
le poème fait penser à l'œuf cassé sur le comptoir tandis que le texte qui devrait donner des idées à nombre d'hommes pour la fête des mamans .lui est vraiment une pure merveille ce qui prouve bien qu'on ne se lasse jamais de vous lire alors que l'actualité sature à tel point que nos yeux demandent grâce
Dommage je n'ai plus de piano sinon j'aurais joué Une lettre pour Elise afin d'y déposer ces magnifiques mots
Très belle journée pour Vous Cher Monsieur

Écrit par : lovejoie | 14/04/2015

Belle journée à vous, très chère Madame.

Écrit par : HanK Vogel | 14/04/2015

Les commentaires sont fermés.