19/02/2015

Le rat de goût (5, à suivre)

  Un sourire se dessine sur sa tronche.
 - Ah! Sa chaleur, ses couleurs, ses pierres... Hiérosolyme, quelle beauté! je m’exclame.  
 - Jérusalem, corrige sèchement le policier, croyant m’être trompé de ville.
 - Mais c’est la même, j’explique. Elle porte plusieurs noms. Comme vous et moi, d’ailleurs.
 Puis presque aussitôt:
 - Comment avez-vous deviné que je suis allé là-bas?
  Et, bien entendu, il me déclare triomphalement:
 - C’est grâce à ma truffe de rat hors norme qui détecte à cent mètres à la ronde la moindre puanteur... Eh, oui! Nos fourrures nous trahissent souvent. Malgré nous. Car, bizarrement, elles absorbent sans retenue les molécules odorantes les plus méconnues. Spécifiquement, quand nous nous baladons loin des sentiers battus.
 - Je ne comprends pas.
 - Quoi donc?
 - Votre flair vous pousse à être certain ou plus honnêtement à imaginer?
 - Je ne vous suis pas. Par exemple?
 - Quel amalgame moléculaire ou quel parfum vous a permit de croire que j’ai visité le tombeau de Jésus? Et puis c’est qui ce type?

15:01 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.