05/02/2015

Le rat de goût (2, à suivre)

2
 La vieillesse est un naufrage, selon un noble général gaulois. Mais pensant que le frottement de deux vieilles peaux ou fourrures peut à lui tout seul illuminer le coin le plus sombre de la planète et ébranler  bien des considérations, je propose à mon colocataire de gauche que l’on se brosse le dos.
 Il me regarde étrangement durant un bon moment, avec ses yeux rouges quasi en larmes, puis il  me demande:
 - Comment sais-tu que je suis une femelle?
 - Je ne le savais pas, je lui réponds tout étonné.
 - C’est à cause du manque d’odeur ou de l’obscurité?
 - Probablement à cause du manque d’odeur... car je vois très bien dans le noir. Ou plutôt assez bien. Pas toi?
 - Pas comme je le souhaiterais.
 - Question d’habitude.
 - Non, de déformation... Ils m’ont forcé à...
 Et elle se met à sangloter.
 - Ils? Sûrement les salauds de l’Au-delà, n’est-ce pas? dis-je en lui  caressant la nuque.
 Quelques poils se raidissent en signe d’affirmation.
 Puis elle m’explique:
 - J’ai passé toute ma jeunesse dans des bocaux froids et glissants, à l’abri des saisons, du vent et de la pluie, loin de nos chers dieux adorés...
 Le rattus norvegicus sort de son silence:
 - Vous avez fini de m'emmerder avec vos lamentations bourgeoises! Vous croyez de c’est mieux ici, à quelques pattes des stations fécales?... à suivre

10:05 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Merci Monsieur Vogel pour ce moment de détente auquel j'ajoute qu'en étant dyslexique et lisant et très vite ,le cerveau a vite fait de transformer le mot fécale en y ajoutant quelques lettres de plus (rire

Écrit par : lovejoie | 05/02/2015

Les commentaires sont fermés.