18/12/2014

Lettre à un mendiant indien (4, à suivre)

 Un guide m’a dit qu’il n’y a pas si longtemps tu étais un prêtre très vénéré. Que s’est-il donc passé? Avec qui tu ne communiquais plus, tu n’est plus d’accord?  Avec les dieux ou avec les hommes? Ou avec les deux à la fois? Je te comprends, mon ami, tous les grands sages sont passés par là. Rappelle-toi Bouddha. Lui aussi a vécu de la charité humaine, survécu grâce à la générosité des bonnes âmes. Oui, Siddhartha Gautama, ce destructeur des castes, ce mal-aimé des hindous qui, pourtant, se réveilla lumineusement dans ton propre pays après avoir séjourné dans les ténèbres du doute et des contradictions. Mais voilà, tes ancêtres ont préféré  les voix secrètes de Brahma, Vichnou, Ganesh et des autres divinités qui accèdent à l’accueillant panthéon hindouiste. Quel chance tu as de pouvoir adorer tous ces dieux et attendre d’eux tant de satisfactions. Moi, je n’ai qu’un seul qui ne cesse de me culpabiliser et me déstabiliser par son silence, je dirais même, par  son absence. Que de massacres! Que de guerres ont eu et  ont encore lieu au nom de sa puissance! Qu' Il m’écoute et me pardonne pour mes révoltes... à suivre

07:00 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.