17/12/2014

Lettre à un mendiant indien (3, à suivre)

 Moi, je songe souvent que je cours derrière l’avenir. Un lendemain poursuivi par le passé. Ou inversement. Mes rêves sont confus. Chargés sans doute d’une multitude de désirs, de frustrations et d’interrogations. Je vole souvent dans mes rêves. Je flotte, je plane et j’atterris sur des terres nouvelles. Et là, je fais d’étranges rencontres. Je retrouve des amis, des ennemis et des morts qui me semblent en pleine forme. Je rêve aussi de celles et ceux que j’ai abandonnés et blessés par orgueil. Oui, en effet, j’ai délaissé des êtres formidables dans le seul but de découvrir le merveilleux. Hélas, je n’ai jamais atteint cette cible et je ne l’atteindrai probablement jamais. Toi, tu as tout abandonné. Créateurs comme objets. Pour quelle destinée?  La même que la mienne? Ton merveilleux et le mien ne se ressemblent guère. Le tien est simple et n’exige rien. Le mien est compliqué et exige trop. Toi, tu as trouvé ce que tu cherchais. Moi, je suis encore sur le chemin obscur et incertain de la recherche... à suivre

07:00 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.