02/11/2013

La Suisse disloquée

Un pour tous, tous pour un! Ça, c'était il y a fort longtemps...

(150 francs par mois... )

15:50 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (21) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Cher Monsieur Vogel votre colère si légitime rejoint malheureusement celle de nombreux retraités.Et qui de guerre lasse car mariés doivent se soumettre a la fameuse phrase de nombreuses épouses ,allez t'énerve pas comme ça tu sais bien que cela ne servira à rien
.Oui en Suisse les plus anciens grognent ,rouspètent s'insurgent mais on a toujours 20 ans dans la tête et le reste ne suit pas sur la durée.
Quand aux retraités veufs surtout beaucoup revivent leur 20 ans et tout ce que vous dites ne les effarouche pas,ils ont d'autres priorité tandis que les veuves ou femmes à l'AI et souvent depuis très longtemps elles s'insurgent mais ne trouveront oreilles pour les écouter qu'en veille de congés,vacances et périodes précédent les fêtes .Ensuite ceux qui semblaient être de leur avis feront comme les Politiciens avant les élections,belles paroles mais parties aux 4 vents et plus rien
Tous pour un? dites vous même les anciens scouts ont compris la leçon car toujours présents mais pour ensuite se retrouver eux tous seuls et face à des murs de question.Même chose pour les anciens assistants sociaux
L'église propose son aide mais les autres agissent et ce depuis très longtemps
Quand à votre mauvaise humeur tout aussi légitime envers les religieux,il n'y plus qu'une religion qui compte de nos jours celle de l'amour des animaux au détriment des humains et celle de l'argent
J'utilise même le terme nazisme animalier quand on sait l'horrible traitement génétique consistant à remplir des parcs à Safaris pour riches européens tandis que les tribus elles sont condamnées à élever des lapins pour se nourrir et s'offrir en spectacle à des Européens plein aux as et orgueilleux de la réussite de leur épuration ethnique sur de nombreux animaux mais sans offrir l'hygiène nécessaire et le confort a ces tribus colonisées
Tel n'était pas le propos de votre colère mais c'est un tout et tant qu'en Europe les Verts et autres écoterroristes n'auront pas rendu leur tablier faut pas réver l'entraide demeurera un leurre surtout quand on entend ceux installés à Berne /des Verts / qui demande l'aumone d'un salaire en plus pour leur épouse en oubliant surtout pas de nous traiter de pingres ,espérant même pouvoir compter sur leur progéniture qui d'après certains sera moins avares que nous les anciens.
Mais à force d'interdits et d'ingérance au nom d'un monde non pas propre mais ultra sophistiqué les maitres d'aujourd'hui en culottes courtes seront encore plus pauvres que nous.On est tenté d'en rire car tellement penchés sur leur petit moi ces spécialistes du durable ne savent même pas réfléchir sur le long terme
Si l'aide exista entre Suisses à une époque c'est que les immeubles n'existaient pas .la pauvreté était plus visible et les gens se connaissaient.Ils savaient tous à qui ils avaient affaire ceci aussi est un énorme différence entre hier et aujourd'hui Le petit commerçant avait un rôle principal celui de faire circuler le bruit quand une personne était en manque d'argent ou alors vivant une période instable au sein de son couple.le mot Social avait un sens que les Socialistes ont détruit
J'ai été très heureuse de vous écouter et sachez que vous n'êtes point seul à ruminer.
Maigre consolation ne direz vous/ rire/ oui on est bien obligé d'en rire si on ne veut pas finir avec un infarctus comme une citoyenne en colère contre l'Exécutif qui lui rigole face à ses jérémiades contre une déchetterie sise en plein quartier et à 5m de sa porte d'entrée,un jour ou l'autre l'organisme lâche.Et peu je pense voudront en arriver là surtout ceux qui vivent seuls mais qui sont aussi remontés que vous contre le pouvoir qui lui s'en fiche pour rester polie.Les impots rentrent c'est l'essentiel
bien à vous et bonne soirée

Écrit par : lovsmeralda | 02/11/2013

Je sais bien les trois quarts des gens s'en foutent jusqu'au jour où ils se trouvent au fond du puits, pour être poli. Mais j'avais envie de le cracher et j'ai craché... Et, comme je crois au karma, ceux qui se moqueront de cette vidéo, se trouveront un jour ou l'autre face à de plus terribles situations. Combien de fois je l'ai constaté! Et parfois avec tristesse... Bonne soirée, chère Madame.

Écrit par : Hank Vogel | 02/11/2013

@Monsieur Hank Vogel,confidences pour confidences j'agis de même d'autres aussi mais qui parcontre refusent de se plier au systéme Internet car adeptes du contact direct
Si je peux me permettre on dit toujours qu'il faut voir les points positifs quand on est en colère ,aussi dans votre malheur vous avez une chance exceptionnelle ,la présence d'une épouse .Tandis que d'autres n'ont que 4 murs avec qui dialoguer
Et si le monde va aussi mal c'est pas étonnant quand on pense aux nombreux supersticieux devenus esclaves des environnementalistes et écolos qui grâce à ces gens là on trouvé de quoi alimenter leur imaginaire en intoxiquant l'imagination de naifs encore plus crédules que leurs semblables pourtant appelés Catholiques Noirs .C'est dans leurs rangs qu'on trouve le moins de supersticieux .Mon mari a dû bien rire de mes peurs sectaires ,devenue protestante réformée pour la forme ensuite j'en conviens mais au moins lui m'aura appris à me déprogrammer
tout bon dimanche pour vous et courage,rire

Écrit par : lovsmeralda | 03/11/2013

J'ai été très touché par vos propos qui, si on les relient à votre billet suivant, me font penser à cet équilibre que je perçois aussi comme en train de disparaître en Suisse.

C'est pourquoi je me suis permis de mettre en lien votre billet de ce jour sur un petit site de veille médiatique sur la libre circulation des personnes.

Tappez "rapport adimante" dans votre navigateur et vous trouverez le lien pour votre billet sous le mois de novembre, intitulé Parole au peuple, certains pensent que la Suisse est en train de se disloquer ...

Ce qui est aussi mon opinion, et même plus, la Suisse est sur la voie d'une dislocation juridique et politique...

Si cela vous intéresse, vous trouverez aussi sur le site "rapport adimante" des liens sur une collection d'essais à venir qui cherchent à apporter quelques explications sur ce qui se passe en Suisse actuellement...

Comment l'Etat central peut perdre des milliards en laissant sa caisse de pension spéculer en bourse mais ose venir ensuite discuter le montant de subventions alloués pour la nourriture des chiens d'aveugles...

Vous croyez à un éternel recommencement, je crois pour ma part en tout cas que des choses doivent changer...

bien à vous

adi

Écrit par : adi | 04/11/2013

@adi Mille mercis! Avec mes cordiales salutations.

Écrit par : Hank Vogel | 04/11/2013

Ma première remarque : je ne suis pas hostile envers vous.
Ma deuxième : vous devriez mettre ces choses par écrit. En écrivant, on peaufine, on améliore et surtout, on a nos propres erreurs sous les yeux, et normalement on les élimine.
Ma troisième : vous abordez trop de sujets en une seule fois, donc très difficile de vous répondre. Vous prenez le risque de provoquer juste un haussement d'épaules...

Quelques objections, à la louche, puisque c'est ainsi que vous avez présenté les choses :
1. "Les riches devraient payer plus de primes pour l'épargner aux pauvres". Vous oubliez que 20 % de la population paie 80 % des impôts. Que les riches paient un % de leurs revenus pour l'AVS, mais qu'ils ne touchent que 2000 francs par mois à la retraite. Donc ils le font déjà pour l'AVS.
En fait, ils paient entre 50 et 60 % de leurs revenus en impôts divers. Et ils pensent que c'est assez et raisonnablement assez. Le pays de vos rêves existe, c'est la France actuelle. Il vous suffit de lire les journaux pour voir ce qui s'y passe. Même les blogs ici, sur cette plateforme ou celle de 24 heures, devraient vous apporter quelques informations sur le pays de vos rêves...
2. Différences entre cantons : idem. C'est la Suisse, qui est une Confédération de petits états, les cantons. Ce n'est pas la France, pays centralisé à l'extrême depuis la victoire des Jacobins sur les Girondins.
Comment ne savez-vous pas tout cela ?
3. "salauds d'Autrichiens". Les Habsbourgs ont leur château en Argovie. Alors dites salauds d'Argoviens et répétez : Tous pour uns, un pour tous" et la Suisse, "un seul peuple".

Je sais bien que vous ne publierez pas mon commentaire. Il vous remet salement en cause et vous aimez la facilité, d'où la vidéo. Mais ce message, vous l'aurez reçu, vous, et avec un peu de chance il vous fera réfléchir. C'est tout ça de gagné...

Écrit par : Géo | 04/11/2013

Monsieur ou Madame Géo,

Vous avez vos idées et moi les miennes. Mais qui détient la vérité?
Selon vous: vous bien sûr... Ah! Les riches, ou ceux qui soutiennent les riches, on dirait qu'ils ont même acheté Dieu!

Cordialement, Hank Vogel.

Écrit par : Hank Vogel | 04/11/2013

Tiens, quelqu'un qui a du courage ! Cela change de Mabut ou de Souaille...

Écrit par : Géo | 04/11/2013

"Mais qui détient la vérité? Selon vous: vous bien sûr."
Personne ne détient la vérité. Nous sommes tous à sa recherche.

Écrit par : Géo | 04/11/2013

Enfin, nous sommes d'accord...

Écrit par : Hank Vogel | 04/11/2013

@Hank Vogel, merci de partager votre "éclat de foi", sans fards.

Mieux qu'un texte et contrairement à ce qu'en dit Géo, il y a beaucoup plus
à entendre le son de la voix et voir le regard qui soulignent vos mots, maux qui nous concernent tous

que des Géo-je-contrôle voudraient pouvoir disséquer à leur convenance histoire d'avoir la main

là où Géo a raison, vous entendre change les lecteurs TdG, nourris à longueur de blogs aux monopoles d'auteurs en majorité naturalisés et de leur prêt-à-penser suisse

qui s'imposent et assènent leurs théories en rejetant toute contradiction sur blogs aux commentaires fermés -sauf si faire-valoir attendu

comme le fait non-stop ce français Souaille, l'un de ces nombreux "moi-je-sais-tout-sur-la Suisse mieux que", français étudiant en lettres de Lyon venu faire son beurre en travaillant dans un journal à Genève (car en Suisse, une carte de journaliste s'achète. tandis qu'en France: on vous la décerne. ou pas),

pour qui Genève n'a jamais été suisse mais appartiendrait à la France car un jour sous jougs italien et napoléonien
ce français grand ami des salariés de la TdG car ex collègue, qui n'a eu de cesse de démontrer sur son blog TdG privé (merci aux ex-collègues), à quel point la Suisse est stupide de refuser d'entrer dans l'UE

Du Valais, le regard las et fatigué, vous vous souvenez des ancêtres, vous rappelez de leurs serments, combats et de leur esprit, et exprimez une vue globale sur l'état et l'advenir de la Suisse

avec vous je partage ces gênes, cet esprit de confédérationalisme, du suisse travaillant et vivant pour une Suisse pour tous, transmis de famille, combats de mes ancêtres de Schwyz contre les habsbourgs envahisseurs dans les archives

comme vous me suis posé la question d'expatriation - de Genève. à ? car Genève est maintenant constituée et aux mains d'une population qui s'est forgée une identité à son gré. et exige de la Confédération qu'elle l'intègre. et non l'inverse. toute contre-partie étant impossible, surendettement oblige.

comme vous mais pas seulement, je butte sur la question fiscale et autres répartitions qui vont à l'encontre de tout esprit démocratique confédéral - que vous formulez avec raison au plan inter-cantonal, tandis que j'en focalise les effets sur l'inter-générationnel, le patrimoine laissé par le travail de nos ancêtres et celui des vieux gaspillé, puis bouffé. oublié, ou méprisé

pas seulement, parce que Genève est disloquée.
car au-delà des questions d'imposition à la source, d'assurances maladie, d'allocations chômage totalement injustes et inégales et qui ne tiennent pas debout pour les suisses de Genève habitant en zones frontalières
(pour la Suisse, ces suisses ne sont pas des frontaliers mais ont le même statut que tout européen), on est apatrides.

sommes-nous assez pour un nouveau parti?

Écrit par : pierre à feu | 04/11/2013

Oui, Monsieur Vogel, le mot Suisse ne veut plus rien dire et votre liste est loin d'être exhaustive hélas, sur les dysfonctionnements, paradoxes et dénis entre la Constitution et la réalité.

Un pays où les criminels sont mieux traités que les vieux, les handicapés, les malades invalides laisse perplexe quant à la véritable volonté de notre gouvernement.

Merci d'être intervenu, nous sommes nombreux à penser de même et ne sommes entendus par aucun des élus ou futurs élus qui ont clairement occulté ces problèmes.

Mais votons blanc, dans ce cas plutôt que de s'abstenir, le jour où ils auront 60 % de votre blancs à dépouiller, ils commenceront peut-être à réfléchir. L'abstention n'est pas une façon de marquer son mécontentement, le vote blanc oui.

Écrit par : Jmemêledetout | 04/11/2013

Chers Amis,

Vos réactions me remplissent le coeur... Aucune voix ne doit être mise à néant, sous silence dans une véritable démocratie. Et tout doit être dit, même à l'extrême. Si l'on veut que notre société s'améliore... Avec élégance ou avec maladresse, tout doit être mis sur le tapis...

La Suisse compte aussi sur vous et moi.

Cordialement à tous.

Écrit par : Hank Vogel | 04/11/2013

150.-- x 2 x 12 = 3'600.-- vous êtes encore gagnant en Valais. D'autant plus que l'impôt plaque VM est aussi moins cher qu'à Genève. Alors payer un peu d'impôt, alors qu'en plus vous avez certainement à deux de la subvention pour les primes maladie, sur le budget cela doit certainement se ressentir. En plus je ne vous dis pas qu'en Valais....toute la consommation de base est moins chère....non? Je crois que les spécificités cantonales sont totalement adaptées à chaque canton, alors vouloir tout horizontaliser non merci....!
Par contre je suis d'accord, il n'est pas normal que des gens venus de l'extérieur, n'ayant jamais rien ou très peu cotiser puisse avoir des revenus nettement au-delà de ceux qui ont toute leur vie travaillés et cotisés. Mais là il faut modifier le régime de l'AI et de l'aide sociale et ce n'est pas demain la veille avec nos biens-pensants aux manettes.

Écrit par : Corélande | 04/11/2013

@ Monsieur Vogel Je reviens sur votre terme disloqué qui m'a titillé l'esprit depuis le premier commentaire.Mais il s'adapte bien au monde actuel qui ne sait plus quoi inventer pour éviter de regarder la dislocation de certains éléments n'ayant rien à voir avec le monde du pétrole et qui continuent de polluer les océans
Car réduite le train de vie de gens qui sont déjà dans le besoin en faisant détruire des centrales nucléaires et continuer de jouer à l'autruche pour ne pas faire ce qui urge le plus c'est vraiment se moquer pour rester polie des électeurs de plus en plus considérés comme ploucs sans doute.Mais le temps des couleuvres est sur le point de prendre fin,le cheval arrive et celui-ci ne saute pas les obstacles il les affronte à l'inverse du serpent
bon dimanche pour vous

Écrit par : lovsmeralda | 10/11/2013

Bon dimanche à vous, chère Madame.

Écrit par : Hank Vogel | 10/11/2013

On est si courtois, si généreux en Suisse, vraiment. au point de...

on a les faiseurs de suisses.
comme on laisse faire les disloqueurs d'Histoire suisse

L'exemple en est donné aujourd'hui sur ces blogs et sous le titre "la vraie Histoire des Romand-es"
(promo gratos offerte par la TdG) du français Souaille qui affirme du fond de son cerveau : «La Suisse, centrée sur son nombril, n’est rien"


où ce français y étale en toute impudeur son négationnisme de l'histoire suisse:

"Genève est alors la petite capitale d’un royaume englobant la Franche-Comté, la Suisse entière, la Bourgogne et la vallée du Rhône jusqu’à Vienne.

Son Roi, Gondebaud, est Patrice des Romains, numéro 2 de l’Empire d’Occident.
(dis donc, rien que ça!!!)

Uri Schwytz et Unterwald n’existent pas encore ...

(ben voyons!)

... improbables culs de sac alpins peu à peu défrichés par des paysans en quête de terres."

moi j'appelle ça "UN DISLOQUEUR D'HISTOIRE SUISSE"
pas vous?

Écrit par : pierre à feu | 10/11/2013

Disloqueurs de Suisse trop nombreux en Suisse romande
qui les a si facilement accueillis et qui en fin de vie s'en retournent chez eux pester contre ce pays d'accueil et d'enrichissement personnel

comme le fait ce français Philippe Souaille

en train de vendre son bouquin et ses théories sur un profiteur marché romand plein de "new Swiss"

français pour qui "La Suisse n'existe que parce que les Puissances l'ont voulue"

Écrit par : pierre à feu | 10/11/2013

On parle de la Suisse et des Suisses... comme si la Suisse n'étais un peuple.
Et les Italiens? Et les Français, forment-ils un peuple ou des peuples? Les historiens, comme les physiciens d'ailleurs, ne sachant plus quoi inventer, s'attaquent aux racines... De quoi finalement?

Écrit par : Hank Vogel | 10/11/2013

Hank Vogel, l'histoire de ma famille est faite de "Wanderern" - c'était une tradition, dans nos grandes familles, de voir l'aîné migrer pour s'établir en Amérique du Nord ou du Sud ou en Australie et "y faire fortune" une fois que les plus jeunes pouvaient reprendre les affaires familiales.

Contrairement à ce que nombre de journalistes francophones disséminent au cours de leurs reportages, les migrants n'étaient pas des sans-le-sou en quête d'emploi à l'image des émigrants économiques actuels d'Europe de l'est ou d'Europe du sud en quête de vie meilleure

mais étaient des suisses actifs et organisés, compétents et expérimentés, tous entrepreneurs dans leurs domaines -souvent agricoles, céréaliers, laitiers, pour qui les petites zones montagnardes et faiblement peuplées n'offraient pas assez de potentiel

ces profils sont ceux d'hommes indépendants, courageux, capables de créer à partir de rien pour finir par être eux-même employeurs: ces profils de durs travailleurs et capables
sont loin de ceux des migrants en quête d'emploi salariés à la charge d'une société déjà créée, organisée et généreuse

car contrairement aux théories largement entretenues dans les esprits de nouveaux naturalisés, les suisses qui s'expatrièrent entre les 2 guerres mondiales l'ont fait non pas en chercheurs d'emploi mais en entrepreneurs

- ne sont pas allés à New York comme les irlandais et les italiens, en Californie comme les mexicains, en Floride comme les portoricains, chercheurs d'emploi à la charge des sociétés déjà organisées, des pays où ils immigraient.

Moi-même ai du accepter "d'aller voir ailleurs". car il y a pas très longtemps un suisse n'avait pas le droit de rester très longtemps dans un pays européen -permis de travail, de séjour et quotas obligent

Ce qui m'a sidéré:
On rencontre partout la même franchouillardise indécrottable des français, en Suisse romande comme ailleurs (sur le mode "à vous de m'accepter! je sais tout mieux que. Suisse trèstrès petite/La France Grande vous pouvez pas comprendre")

Persistent d'énormes différences et capacités d'intégration, entre les français et émigrés de toutes nationalités... constatées à Berlin, Londres, Mexico DF etc en Amérique Centrale, Los Angeles etc aux states & quelques autres pays d'Asie ou à Sydney.

heureusement. restent les "petites gens". les gens normaux. ceux qui sont chez eux. tous géniaux d'humanité, avec habitudes et leurs défauts.

Écrit par : pierre à feu | 10/11/2013

Bonne question, celle du peuple. là sont les maux, quand ils ne se sentent plus solidaires de leurs voisins, ne sont plus "unis" dans un village, désunis dans l'isolement de leur vie de salariés, quand ils se sentent abandonnés juste seuls, secundos enfants déracinés, à la poursuite d'une vie bling-bling mais hors sol.

C'est le grand Danger. profitable aux affamés de pouvoir. qui savent fabriquer une idée (profiter de la peur de l'inconnu), un parti, un produit capable d'offrir l'amalgame dont a besoin une masse d'individus déracinés. de leurs cultures. malades d'absence de reconnaissance (les regrouper pour leur inventer une identité), affamés de grégarisation (profiter du manque de courage mental).

Écrit par : pierre à feu | 10/11/2013

Les commentaires sont fermés.