23/06/2013

Ombres naïves (19, à suivre)

  Ainsi, pendant que Jacques travaillait, travaillait comme un chien, mettait de l’argent de côté pour son film et rêvait de son film, moi, je passais mon temps à faire la connaissance de toutes sortes de jeunes filles et jeunes femmes. Et j’écrivais, j’écrivais des poèmes et des lettres à Corinne, des lettres sans réponse. Mais impossible d’écrire quelque chose de valable, de concret pour Jacques, pour son film. C’était plus fort que moi, j’étais en quelque sorte enchaîné à un passé qui m’empêchait d’aller de l’avant... à suivre

08:53 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.