L'odyssée d'un rêveur (9, à suivre)

Imprimer

 À ce moment, j’ouvre un oeil: tout est vert. J'ouvre le second et je constate que je suis couché dans un lit et que la chambre est celle d'un hôpital.

 Ça me démange de partout. Je me mets à me gratter comme un fou. Et je hurle:

 - Un calmant pour l'amour de Dieu!

 White, accompagné d'une infirmière, arrive à grands pas.

 - Vous en avez mis du temps à vous réveiller, me dit-il.

 - Que m'est-il arrivé? je lui demande. C'est à cause du coup de poing?

 - Entre autres.

 - C'est le sérum de vérité? Ça me démange de partout. Qu'est-ce qu'on m'a fait?

 - Rien qui puisse nuire à votre santé.

 - C’est illégal.
 
 - Qu’est-ce qui n'est pas illégal? On vous a seulement injecté une dose de calmant, dans votre intérêt.

 - Il me faudrait un antidote. Pour que cesse cette démangeaison. Un antidote...

- On veut bien vous être agréable mais ...

 - Mais?

 - Il faudrait que vous fassiez un effort.

 - C’est du chantage.

 - On a rien sans rien dans la vie.

 - Je ne suis pas de cet avis. Il y a des gens qui ne font rien et reçoivent tout.

 - Je n'en connais pas. Qui par exemple?

 - Le Prince Charles.

 - Vous avez de la chance d'être dans un lit d'hôpital.

 - La vérité vous irrite à ce point-là? Au fait quelle heure est-il?

 White regarde sa montre et dit:

 - Vous avez dormi exactement quarante-huit heures et dix minutes.

 - Quoi? dis-je tout affolé. J'ai dormi deux jours? Et Iris où est-elle?

 - Iris? Quelle Iris?

 - Mais, Iris mon amie, je devais l'accueillir à l'aéroport.

 White se gratte la tempe.

 - Il lui est arrivé quelque chose? je lui demande, commençant à avoir peur.

 - Il y a deux jours, m'explique Withe un peu embarrassé, un avion de la K... qui devait atterrir à Londres a disparu de la circulation, si je puis m’exprimer ainsi.

 - Des pirates?

 - En tout cas pas des enfants de coeur.

 - Que demandaient-ils?

 - Rien.

 - Rien... Mon rêve ne s'est donc pas réalisé ...

 - Cessez de dire des bêtises...

 - A-t-on fait des recherches?

 - Aucune trace... Mais vous devez sûrement être au courant de quelque chose. Pour quelle organisation travaillez-vous?

 Je souris.

 - Et votre sérum de vérité, alors? je lui demande.

 - Résultat nul.

 - Et les expertises de Miss Johns?

 - Plus que nulles.

 - Alors pourquoi persistez-vous à me soupçonner... à croire que je suis mêlé à des histoires de sabotage? Vos sérums et vos experts sont si inefficaces?

 White baisse la tête.

 - Va-t-on me laisser dans cet état encore longtemps? je lui dit.

 White fait un signe de la tête à l'infirmière et celle-ci quitte la chambre.

 - On va faire le nécessaire, me dit-il. Et une fois rétabli, on vous mettra dans un avion  à destination de la Suisse... à suivre

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.