L'odyssée d'un rêveur (7, à suivre)

Imprimer

 Une minute après, White réapparaît avec une jeune femme dont la ressemblance avec la femme du rêve de tout à l'heure est étonnante. A croire que c'est la même personne.
 
 White remarque mon étonnement et me demande:

 - Vous connaissez Mademoiselle?

 J’hésite puis, comme encouragé par Dieu sait quelle force désireuse de me voir innocenter par des esprits hostiles à toute croyance surnaturelle, je raconte mon rêve avec le plus de précision possible.

 White, sceptique, traduit avec un sourire narquois mon rêve à la jeune femme.

 Ils échangent quelques mots en anglais entre eux.

 Tout à coup White semble très surpris. Il se gratte la tête et me dit:

 - Mademoiselle a une sérieux faible pour les gaufrettes au chocolat et les salés au fromage.

 Je profite pour lui dire:

 - Vous me croyez maintenant?

 - C'est un pur hasard, me dit-il

 - Et elle, elle me croit?

 - Certainement. Mais par déformation professionnelle. Chaque cas est un cas intéressant pour elle. Et chaque mensonge cache une vérité profonde. Jour et nuit, elle analyse les rêves les plus anormaux de tout le Royaume Uni.

 - Ils doivent être très nombreux, dis-je avec un sourire au bout des lèvres.

 - Pas plus nombreux qu'ailleurs, me répond White avec une fierté digne d’un officier de l'armée victorienne.

 Et il ajoute:
 
 - Toutes les ruses sont bonnes pour tromper l’ennemi. Certains terroristes sont de prodigieux comédiens, pleins d’humour. D'après vous, qui peut prendre un clown au sérieux?

 - Un enfant?

 - Non, Miss Johns ici présente.

 Et il m'explique:

 - Derrière le masque, il y a le visage. Et Miss Johns a pour mission de démasquer les coupables. Ses méthodes sont très diverses. Mais au début de chacune de ses investigations, pour elle le suspect est un citoyen honorable et injustement accusé...

 - Tout ça c'est bien joli, dis-je. Mais ma petite amie va bientôt atterrir et il n'y aura personne pour l'accueillir...

 La porte s'ouvre violemment et surgit un bobby qui s'annonce aussitôt à White.
 

 L'inspecteur hoche la tête drôlement, en signe de je ne sais quoi. Un bonjour accompagné d’un “tu peux parler” sans doute.

 Et le bobby débite un discours entier en style télégraphique.

 À la fin du discours, White se retourne vers moi et me foudroie de son regard. Ses yeux sont presque hors de son visage. Que se passe-t-il?

 Puis d'un air très pensif, White fait un pas dans ma direction et m'administre un coup de poing en pleine figure. Un gigantesque feu d'artifice multicolore embellit une fraction de seconde ma vision lugubre de cet univers policier et je perds connaissance... à suivre

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.