28/08/2016

L'escalier de Talpiot (26, à suivre)

Hank Vogel, L'escalier de Talpiot.jpg- Lui qui? Et pourquoi lui?

- Celui qui parle vrai et juste.

- Mais c’est qui, bon sang?

- Je te le présenterai plus tard. Et tu comprendras tout.

- Pourquoi autant de mystères dans un escalier?

- A colimaçon et en fer forgé, peint en bleu, précise l’explorateur de ton espèce!...

- Explique-moi.

- Parce que le jeu ne vaut pas la chandelle. Ou ne la vaudra pas.

- Que cherches-tu à insinuer?

- Qu’as-tu promis aux habitants de Bouzembeck?

- De... de... je me souviens plus.

Marie-Madeleine éclate de rire puis elle me dit:

- Tu auras fait un parfait politicien. Ta pensée ressemble à un ramassis de vérités et de mensonges, à une curieuse et alléchante salade russe chargée de mayonnaise où l’on a de la peine à distinguer quoi que ce soit. Bon, bref!... Il serait temps que je te rafraîchisse la mémoire avant de t’aider à descendre une dizaine marches.

- Pourquoi pas une vingtaine, une trentaine ou plus? Et puis...

- Toujours pressé d’arriver au but, l’Occidental!... Et puis?

- Je ne nécessite aucun soutien, je trouve l’escalier fort bien éclairé. Par une étrange lumière venant de je ne sais où...

- Ça ne te rappelle rien?

- Si, justement, Hérodote... le passage d’un de ses récits de voyage concernant les villes égyptiennes...

- Elles sont éclairées comme en plein jour.

- Tu es au courant de cela?

- Par mon mari.

- Il a lu Hérodote?

- Mieux que cela, il a constaté le phénomène de ses propres yeux...

- Comment est-ce possible? De nos jours?

- Ce serait trop beau. Non, dans son enfance.

- Quand exactement?

- C’est qui qui cause, l’homme de la rue ou l’archéologue? L’être sincère ou l’intéressé?...

06:10 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

27/08/2016

L'escalier de Talpiot (25, à suivre)

Hank Vogel, L'escalier de Talpiot.jpg- Oui, dis-je en haussant la voix.

Marie-Madeleine hoche légèrement la tête permettant ainsi à quelques clochettes de son foulard de sonner et se met à chanter:

- Courage et simplicité, simplicité et courage sont les clés de l’amour. Elles ouvrent toutes les portent qui mènent au bonheur...

- La mumu... sique... c’est... c’était toi? je bégaye.

- Qui d’autre dans un pareil endroit?...

- C’est divin!

- Non, angélique. Car je ne pas encore arrivée à ce stade. Il faut toute une éternité pour cela...

- Une éternité?

- Ou presque.

- Quel est donc ton rôle?

- Nous ne sommes ni théâtre ni au tribunal, jeune homme! Mais au jugement dernier.

- Le jugement dernier de la bible?

- Quelle bible?

- Mais le livre sacré des chrétiens!

- Ah! Ce fameux livre mille fois traficoté... comme n’importe quel manuscrit entre les mains des vieux singes?... Non, il s’agit de ton propre jugement.

- Le mien? Me juger? A cause de quoi?...

- Désolée, je crois je n’ai pas utilisé le bon terme. Que veux-tu, je ne suis pas aussi douée et précise que lui.

- Lui qui? Et pourquoi lui?...

02:54 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

26/08/2016

Tu appartiens davantage à la terre qu'elle ne t'appartient

Un jour dans ma jeunesse, je demandai à un vieil homme qui contemplait un magnifique tombeau:

- La beauté, la richesse et la gloire n'ont plus aucun sens pour celui qui vient de mourir. Car son âme a atteint les sommets de la liberté. Qu'en pensez-vous?

Et le vieux sage me répondit:

- Tu as peut-être de la chance d'imaginer tout cela... Moi, je me contenterais de me dire: "Tu appartiens davantage à la terre qu'elle ne t'appartient."

Puis il me fit un clin d'œil en souriant et il partit.

07:11 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (5) |  Imprimer |  Facebook | | | |

25/08/2016

L'escalier de Talpiot (24, à suivre)

Hank Vogel, L'escalier de Talpiot.jpg- Là, tu te marches dessus, ma bédouine. Je ne suis pas marié et je n’ai pas d’enfants.

- Un peu de politesse ne fait de mal à personne, jeune puceau! Ce n’est pas parce que je te rappelle quelqu’un qui n’a pas su te dévergonder correctement que tu es prêt à me lapider comme la plupart de ces vieux religieux, complexés et laids comme des poux.

- Que veux-tu dire par correctement?

- Demande cela à une nonne et tu auras la réponse.

- Quelle nonne? Y en a-t-il une sur cet escalier?

- Certainement... Mais serais-tu vraiment naïf à ce point-là? Ne sais-tu pas que l’imagination est la mère de toutes les réponses?

- Je ne comprends plus rien...

- Oui ou non?

13:47 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

22/08/2016

L'escalier de Talpiot (23, à suivre)

Hank Vogel, L'escalier de Talpiot.jpg- Pourtant tu n’as pas bougé d’un pas. Et où vois-tu des rats?...

- Parce que tu m’en empêches.

- Ce n’est de ma faute si cet escalier est un peu étroit... As-tu peur d’effleurer mon corps? La femme te trouble à ce point-là? Préfères-tu que je m’éclipse pour te laisser le passage libre, abandonnant ainsi ma mission?

- Quelle mission?

- Mon conjoint a donc raison... Une fois de plus à ajouter à deux mille caresses...

- Mais de quoi tu parles?

- Désolée, je me suis mal exprimée, tes belles mains ont perturbé mon esprit. Je voulais dire... dire... te dire...

- Laisse tomber! Éclaire-moi plutôt sur ton mandat.

- Mandat?

- Ou mission.

- Mission?

- Tu te fous de moi ou te me prends pour un Belge? Il ne faut pas confondre Bouzembeck et Molenbeek. La cité des lumières et le quartier des ténèbres...

- Je sais exactement d’où tu viens.

- Alors?

- Alors quoi?

- C’est quoi ce cirque? Tu m’espionnes ou tu cherches à m’emmerder?

- Ni l’un, ni l’autre.

- Je vais finir par exploser.

- Ce serait dommage pour ta femme et tes enfants.

- Là, tu te marches dessus, ma bédouine. Je ne suis pas marié et je n’ai pas d’enfants.

 

10:35 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (5) |  Imprimer |  Facebook | | | |

20/08/2016

L'escalier de Talpiot (22, à suivre)

Hank Vogel, L'escalier de Talpiot.jpgJe décide de bouger, de ne pas rester planté là comme un idiot, à attendre je ne sais quoi. Comme on peut être niais parfois!... Descendre ou monter? La cave ou le grenier? Si cave, il y a. J’en doute. Il voulait insinuer quelque chose, le jeune homme. Oui mais quoi? Pas si jeune que ça après tout. Les apparences sont trompeuses. Étrange personnage. Difficile à cerner....

Tout à coup, j’entends une musique bizarre.

- Il y a quelqu’un? je crie aussitôt.

Une femme, habillée d’une longue robe noire et coiffée un foulard rouge brodé de clochettes dorées, venant d’en bas, s’approche de moi et me dit en souriant, forcément en araméen:

- Le vêtement de la femme attire davantage ton regard que celui de l’homme... En tant d’archéologue, tu as commis une grave erreur...

- Ma parole! Je suis aussi connu qu’Hérode dans ce bled, dis-je avec étonnement.

- Pour l’amour du Ciel, ne prononce plus jamais le nom de ce grand criminel qui a failli modifier l’histoire...

- Qu’avez-vous tous à me forcer de gommer systématiquement nom et prénom sur mon passage... et qui t’a parlé de moi?

- Mon époux.

- Qui?

- Le jeune homme, d’après toi, que tu as insulté tout à l’heure.

- Je n’ai insulté personne.

- A Jérusalem, la pierre enregistrent tout. Pensées comme paroles. Alors à quoi bon mentir?

- Tu veux dire que le jeune barbu est ton mari?

- Comment était-il habillé?

- Je ne regarde pas ça chez les hommes.

- C’est grave.

- Tu veux rire?

- Non... Je répète: en tant d’archéologue, tu as commis une grave erreur. L’homme mérite autant observations que la femme dans tes recherches. Chose que tu n’as pas faite...

- Mais je ne suis pas en plein travail.

- A quoi tu joues alors?

- Je me le demande.

- Non, non, sois sérieux! Pourquoi voulais-tu revoir Moustache?

- Même lui?

- Même lui. Rien ne nous échappe. Alors, pourquoi voulais-tu revoir Moustache?

- Pour lui rappeler une vieux souvenir.

- Ce n’est pas tout a fait ça.

- Puisque tu prétends en savoir davantage, quel plaisir as-tu à me questionner, ma jolie?

- Je m’appelle Marie-Madeleine et non pas ma jolie...

- Tiens, tiens... changement de tactique!

- Si cela t’arrange...

- Rien ne m’arrange dans ce trou à rats. J’ai l’impression de tourner en rond.

- Pourtant tu n’as pas bougé d’un pas. Et où vois-tu des rats?...

08:27 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (14) |  Imprimer |  Facebook | | | |

18/08/2016

L'escalier de Talpiot (21, à suivre)

Hank Vogel, L'escalier de Talpiot.jpg- C’est la première fois... Mais je te conseille de ne pas prononcer son nom.

- Et pourquoi donc?

- Essaie de comprendre.

- De comprendre?

- Ou d’imaginer.

- Par exemple?

- Comparaisons et ressemblances! Les chemins obscurs du défiant. Regarde le monde par toi-même, attentivement, pour une fois dans ta vie!

- Facile à dire!

- A réaliser également.

- Comment?

- Je crois que tu n’es pas encore prêt... A une prochaine fois peut-être.

Et le jeune homme disparaît.

- Elle est bien bonne celle-ci! dis-je machinalement.

Pour qui se prend-t-il ce petit connard? Pour le Pape, le Christ ou le Bon Dieu?... Je ne suis encore prêt! Certainement! Et je ne le serrai jamais. Alors? A moins qu’il a voulu dire près, proche. Non, c’était bien prêt...

 

16:28 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (8) |  Imprimer |  Facebook | | | |

17/08/2016

L'escalier de Talpiot (20, à suivre)

Hank Vogel, L'escalier de Talpiot.jpg- Que doit-on faire alors? Marche arrière à cause de quelques timbrés?

- A toi de trouver la réponse. Car il s’agit de ta liberté, celle d’un scientifique, et non pas de la mienne.

- Mais la liberté est une.

- Les idéalistes le pensent. Mais en vérité... comment t’annoncer cela?...

- Je préfère que tu ne m’annonces rien du tout, il fait trop chaud pour raisonner sur cet escalier...

- Veux-tu monter au grenier ou descendre à la cave?

- Quelle grenier? Quelle cave?

- ...

- Tu te fous de moi, n’est-ce pas?

- En ai-je l’air?

- La douceur de ton visage et ta barbe légère camouflent à merveille tes intentions... Plus je te regarde plus tu me fais penser à quelqu’un...

- Je sais à qui.

- On te l’a déjà fait remarquer?

- C’est la première fois... Mais je te conseille de ne pas prononcer son nom.

- Et pourquoi donc?...

13:15 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

16/08/2016

L'escalier de Talpiot (19, à suivre)

Hank Vogel, L'escalier de Talpiot.jpg- Es-tu certain que les scientifiques sont capables d’un tel pouvoir?

- Non mais je l’espère.

- Une bonne partie des technologies facilitent la vie de l’homme sur terre mais ne le rendent pas pour autant libre. Au contraire, elles le réduisent en esclavage au point de lui faire perdre la boule.

- Exemple?

- Une panne d’électricité qui perdure et c’est la panique générale. Plus rien ne fonctionne. Le citadin est totalement perdu et la ville est plongée dans le cahot. Plus de feux rouges. Plus de chauffage. Plus d’eau chaude. Plus de radio. Plus de télévision. Et les accrocs des sons radiophoniques et les dépendants des images télévisuelles sont capables des pires folies...

- Comme?

- Comme lancer le téléviseur contre le mur du salon. Se jeter par la fenêtre. Ou poignarder sa petite copine toute souriante parce qu’elle aspire au silence...

- Ce sont des cas extrêmes.

- Il est vrai... mais qui se répètent fréquemment.

- Que doit-on faire alors? Faire marche arrière à cause de quelques timbrés?...

08:24 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer |  Facebook | | | |

15/08/2016

L'escalier de Talpiot (18, à suivre)

Hank Vogel, L'escalier de Talpiot.jpg- Tu t’égares, mon ami. Tu me confonds avec un sportif ou un artiste affamé de récompenses. Je ne suis rien ou que moi-même, si tu préfères.

- C’est-à-dire?

- Mes parents m’ont élevé dans la simplicité et le respect de l’autre. Loin de toute société où l’on adore l’argent, la compétition et le succès. Loin des discours pleins de contradictions. Loin du bruit et des chants lugubres qui ternissent les esprits. Sobrement mais avec beaucoup d’amour. Puis j’ai fait le reste.

- Quel reste?

- Tu es vraiment trop curieux.

- Je te répète, je suis archéologue, un scientifique. Je dois comprendre...

- Pour ensuite faire quoi? Singer la nature? La maîtriser? Devenir plus fort qu’elle?...

- Rendre l’homme libre.

- Es-tu certain que les scientifiques sont capables d’un tel pouvoir?...

06:03 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer |  Facebook | | | |

14/08/2016

L'escalier de Talpiot (17, à suivre)

Hank Vogel, L'escalier de Talpiot.jpg- Mais à qui j’ai affaire?

- Si tu veux vraiment savoir qui nous sommes, il te faudra descendre toutes les marches. Aller tout en bas de l’escalier. Mais pour l’instant tu aspires à toute autre chose.

- Peut-être... Et comment le sais-tu?

- Par le battement de ton cœur. D’ailleurs, tu devrais davantage en prendre soin.

- Es-tu médecin?

- Pas pour l’ordre des médecins.

- Guérisseur alors?

- Certains le prétendent.

- Qui ça?

- Un peu tout le monde.

- Sont-ils nombreux?

- Les étoiles ne suffisent pas en définir le nombre.

- Tu dois te sentir fier alors... n’est-ce pas?

- Non.

- Non?

- Oui, non.

- Je ne te comprends pas. Toutes les étoiles, c’est trop peu pour toi?

- Tu t’égares, mon ami. Tu me confonds avec un sportif ou un artiste affamé de récompenses. Je ne suis rien ou que moi-même, si tu préfères.

- C’est-à-dire?...

08:08 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |  Facebook | | | |

13/08/2016

L'escalier de Talpiot (16, à suivre)

Hank Vogel, L'escalier de Talpiot.jpg- Qui es-tu? je lui demande.

- Quelle genre de réponse t’attends-tu recevoir de ma part? me répond-t-il en araméen. Une rassurante ou une inquiétante? Celle que tu connais déjà grâce à de nombreux ouvrages, celle que tu t’es personnellement fabriquée à cause de tes craintes ou un amalgame d’un peu de tout ça?...

- Qu’est-ce que vous avez tous à me parler dans cette langue totalement disparue dans ce pays?

- Qu’en sais-tu? Les dictées du bon sens, les belles paroles jadis prononcées planent encore au-dessus de notre tête... Et puis que veux-tu dire par tous?

- Toi et le vieil homme...

- Quel vieil homme?

- Le bédouin jordanien, celui qui m’a fourré dans ce guet-apens... Au fait où est-il?...

- Sache que ce guet-apens, selon toi, n’est qu’un simple escalier qui mène là où repose le soi-disant bédouin jordanien qui n’est autre que mon père...

- Où ça?

- Où ça, où ça! Tu es trop curieux et trop pressé comme tous le Occidentaux...

- Je suis archéologue avant tout... Tu n’as répondu à ma première question.

- Es-tu certain que c’est la première? Tu raisonne plus comme une métaphysicien qu’un chercheur de trésors.

- Vous allez me rendre malade, tous les deux.

- Oublie mon père s’il te plaît! Pour le bonheur de son âme. Car ce qu’il a fait pour toi était au-dessus de ses moyens...

- Mais à qui j’ai affaire?...

08:29 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (9) |  Imprimer |  Facebook | | | |

11/08/2016

L'escalier de Talpiot (15, à suivre)

Hank Vogel, L'escalier de Talpiot.jpg

Un jeune homme d’une trentaine d’années apparaît. Derrière moi. A une dizaine de marches au-dessus, forcément. Je me lève.

Mais je ne me rassieds pas comme le ferait n’importe quel élève en classe, me dis-je. Fini le temps de l’obéissance et du respect inconditionnel. Le temps où j’avalais monstruosité sur monstruosité. Forcé sans le avoir. Drogué jusqu’aux entrailles par les messes de l’éducation. Quel con j’ai été! Mais comment le savoir? A cette époque. Qui donc alors m’a ouvert l’esprit? Un philosophe? Un sage? Mon père? Point de suspension.

- Qui es-tu? je lui demande...

22:01 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer |  Facebook | | | |

09/08/2016

L'escalier de Talpiot (14, à suivre)

Hank Vogel, L'escalier de Talpiot.jpgMais comme post tenebras lux, jaillit la conscience du tumulte, dirait sœur Françoise qui a fait le trottoir à Paris, ville de toutes les perditions, avant d’entrer dans les ordres, je me retrouve abasourdi, assis sur une marche d’un escalier en colimaçon. A mi-chemin entre le haut et le bas, me semble-t-il. Le grenier et la cave. Le ciel et l’enfer. Ou nulle part peut-être...

Non, j’y suis, entre l’oxygène et le gaz des champs. Coco la plate et Gina gros nénés. Louis Armstrong, Obama, Saint François d’Assise...

Désolé, désolé! Que voulez-vous, en pareille circonstance, on perd les pédales, le nord et la mémoire a tendance à se mélanger les pinceaux et surtout à ne rien retenir. Ou si peu. Alors soyez indulgents envers moi en reconnaissant qu’un trou noir est bien noir et que vouloir le blanchir, ou lui donner une toute autre couleur, serait mettre des bâtons dans les roues au bon sens...

08:35 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer |  Facebook | | | |

08/08/2016

L'escalier de Talpiot (13, à suivre)

Hank Vogel, L'escalier de Talpiot.jpg- Où sommes-nous exactement?

- A la rue Dov Gruner.

- Pour y faire quoi?

- Surprise!

- Je crois que je me suis embarqué dans une drôle de galère...

- Fais-moi confiance, ne sois pas comme ce pauvre diable de rouquin qui... qui...

- Qui?

- Tu es très fort pour poser des questions mais pour les résoudre c’est une toute autre histoire.

- C’est pour cela que j’ai choisi le métier d’archéologue.

- T’appelles ça un métier?

- Un des plus respectables.

- Profaner des sépultures et gratter de vieux os pour déterminer leur âge, je trouve cela plutôt minable. Les archéologues sont les charognards de la science.

- Alors pourquoi cherches-tu à m’aider?

- Parce que j’ai pitié de toi... Et qui te dit que je veux t’aider?

- Personne. C’est un pressentiment.

- Excellente réponse! La plus essentielle des clés est en toi.

- Quelles clés?

- Silence!... Et maintenant ferme les yeux!

- ...

- Ferme-les!

J’obéis. Mais aussitôt, craignant l’arnaque, je m’apprête à les ouvrir. Impossible! Mes yeux me semblent collés, cousus, soudés... Je m’affole. Je gesticule dans tous les sens. Et, par épuisement probablement, je perds connaissance...

07:10 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

07/08/2016

L'escalier de Talpiot (12, à suivre)

Hank Vogel, L'escalier de Talpiot.jpg- Surtout quand on a un cerveau comme le tien qui a succombé aux charmes de la science.

- Qu’est-ce que tu as contre les scientifiques?

- Ce n’est pas le moment de parler de ça?... Viens! Il faut que l’on trouve un taxi.

- Pour aller où?

- A Talpiot.

- Jamais entendu parler.

- Mon œil!...

- C’est loin d’ici? Et pour quoi faire?...

- A une dizaine de minutes en voiture... Presse ton pas avant que la situation ne s’aggrave...

- Pour quoi faire, Bon Dieu?

- Ferme-la! Pas de blasphème en ma présence! Obéis sans contester pour une fois de ta vie!

Et, étrangement comme un collégien soumis, je me laisse conduire vers l’inconnu.

Un quart d’heure plus tard, en descendant du taxi, un tacot dont le chauffeur est un jeune Palestinien au cheveux roux, je demande au vieil homme:

- Je lui dois combien à ton copain?

- Rien car il a une dette envers moi, me répond-t-il. Et sache que ce n’est pas mon copain.

 

09:48 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

06/08/2016

L'escalier de Talpiot (11, à suivre)

Hank Vogel, L'escalier de Talpiot.jpg- Ça ne te dérange pas de marcher dans le vide?

Le vieil homme s’arrête aussitôt et me déclare:

- Seul les sages, les initiés sont capables de marcher, de nager, de voler ou de planer dans le vide. Là où les légendes rejoignent la réalité qui n’est autre qu’une vérité toute relative. Là où la mer des fées nous fait sentir les doux parfums de l’existence... Alors, afin que ton langage n’exalte pas trop mon esprit et que notre amitié perdure, à l’avenir, réfléchis deux fois avant de me poser une question comme celle-là...

- Mais...

- Tais-toi! Tu entends comme les pierres grognent?

- ...

- Non, je ne suis pas fou. Ne te laisse pas envahir par les jugements du passé, fabriqués de toutes pièces par la peur, laisse au contraire ta pensée libre, garde le silence au fond de toi... Facile à dire mais terriblement difficile à réaliser. Surtout... surtout...

- Surtout?

- Surtout quand on a un cerveau comme le tien qui a succombé aux charmes de la science...

06:56 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

05/08/2016

L'escalier de Talpiot (10, à suivre)

Hank Vogel, L'escalier de Talpiot.jpg- Oui, comme la Suisse qui, pour faire bonne figure face à tout et face à rien, attire les moustiques d’un côté et chasse les oiseaux de l’autre.

- On fait quoi maintenant? On fume une chicha ou on va où le travail nous appelle.

- Enfin un peu d’humeur!

- C’est nécessaire pour décompresser...

- Réflexe typiquement occidental.

- Qu’est-ce que tu as contre les occidentaux?

- Rien. Ou si peu en comparaison de ce qu’ils ont eux contre les sémites. Si ce ne sont pas les Juifs, ce sont les Arabes qui passent à la moulinette. Ils nous traitent de mal éduqués, de voleurs, de fanatiques, de salopards...

- Merci.

- Merci pourquoi?

- Pour ne m’avoir pas mis dans le tas.

- Question de sympathie.

- Ou on n’ose pas dire la vérité en face.

- Tactique diplomatique alors...

- Ça ne te dérange pas de marcher dans le vide?

Le vieil homme s’arrête aussitôt et me déclare:...

09:38 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |

04/08/2016

L'escalier de Talpiot (9, à suivre)

Hank Vogel, L'escalier de Talpiot.jpg- Mon ombre?

- Parce que le jour où elle disparaîtra, tu ne seras plus personne ou tu seras quelqu’un d’autre.

- J’ai de la peine à te comprendre, c’est certainement... mes insuffisances linguistiques. J’ai toujours eu de mauvaises notes aux cours d’araméen...

- Pourtant... non, rien... cela n’a aucune importance...

- Si, vas au bout de ta pensée.

- Au bout de ma phrase, peut-être. Au bout de ma pensée, c’est impossible.

- Tu es un étrange personnage. Qui es-tu au fait? Et pourquoi tu me suis?...

- Mieux vaut tard que jamais...

- Réponds-moi, qui es-tu?

- Ton guide et sache que c’est toi qui me suis.

- Pas du tout.

- Alors pourquoi nous nous éloignons de ton ami Moustache?

- Merde alors!

- Un peu de respect pour ces vieilles pierres qui ont entendu tant de cris de souffrance...

- Par où faut-il donc aller?

- Moustache ne sait rien ou à peine. Ce qu’il t’a raconté, il y a une vingtaine d’années, n’a aucune valeur historique aujourd’hui.

- Concernant quoi?

- Pourquoi tu insistes à faire l’âne? A moins que tu ne le fasses pour avoir du son... La planète entière est au courant de ce que tu es venu faire ici, alors agir comme tu agis envers moi c’est perdre son temps...

- Bouzembeck n’est pas la planète entière.

- Erreur! Depuis votre fameuse votation au sujet de tes fouilles, la ville au cœur d’artichaut est devenue le centre du monde...

- Au coeur d’artichaut?

- Oui, comme la Suisse qui, pour faire bonne figure face à tout et face à rien, attire les moustiques d’un côté et chasse les oiseaux de l’autre...

 

07:15 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

03/08/2016

L'escalier de Talpiot (8, à suivre)

Hank Vogel, L'escalier de Talpiot.jpg- Je cherchais les plans de l’escalier.

- L’escalier? Quel escalier?

- Celui qui mène au tombeau.

- Quel tombeau?

- Tu me prends pour un imbécile, Jeannot?

- Comment sais-tu que mes copains m’appellent ainsi?

- Tu mens comme tu respires, archéologue Jean de Beck...

- Travailles-tu pour les services secrets israéliens?

- Tu veux dire pour la plus secrète des trois agences de renseignements?

- Quelles agences?

- Le Mossad, le Shabak et le Aman... A laquelle pensais-tu?

- A aucune... Je disais ça comme ça...

- Tu mens comme tu respires, archéologue Jean de Beck...

- Tu te répètes, camarade...

- Je sais mais il le fallait, il le faut et il le faudra.

- A quoi bon?

- A rien... Ou plutôt si, non, éventuellement... à te mettre en garde contre ton ombre.

- Mon ombre?...

11:11 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |  Facebook | | | |