16/08/2018

Waterprof (9, à suivre)

Waterprof, Hank Vogel.jpgTrop, c’est trop! Je me lève alors et je gueule:

- Xénophobe! Raciste! Négationniste!

Il s’éjecte de sa chaise, à croire presque que c’est un siège éjectable et, nez à nez, il riposte:

- Analphabète! Illettré!... Tu fulmines pour fulminer comme le plus cinglé des caporaux. Sais-tu au moins ce que c’est un négationniste?

- Ce n’est pas de ma faute si le terme approprié n’existe pas.

- Quel terme approprié?

- Le nom commun relatif à un malpropre tel que toi.

- C’est-à-dire?

- Un type qui est négatif à propos de tout.

- Tu te trompes carrément, l’ami!

- Politiquement, je reconnais que la Suisse n’ a pas toujours été aussi transparente que les Suisses le prétendent. Mais historiquement, cette mère patrie a engendré deux héros hors du commun. Guillaume Tell et Maurice Bavaud. Le premier vit toujours grâce à Schiller, un Allemand de bonne famille. Malheureusement, le second fut exécuté par les boches pour avoir tenté de supprimer leur connard de chef et de modifier ainsi, en bien peut-être, le cours de l’histoire... Il aurait pu être sauvé le malchanceux si l’ambassadeur suisse à Berlin et quelques conseilleurs fédéraux véreux de l’époque, sympathisants patentés de cette bande de voyous, ne l’avaient pas eux aussi condamné...

- J’ai donc raison! Les Suisses ne sont pas tous de bons chrétiens.

- Je n’ai jamais prétendu le contraire. Mais tous les Russes le sont-ils?...

16:11 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

14/08/2018

Waterprof (8, à suivre)

Waterprof, Hank Vogel.jpgAussitôt le dieu illusionniste du bonheur me foudroie et je crache:

- Les Chinois ont inventé les feux d’artifice et la poudre à canon, les femmes la poudrière, le poudrier et forcément la poudre talc et les Suisses les assurances et la paix.

- Les assurances? s’étonne mon copain. Ça sert à quoi?

- Que je suis bête! J’avais oublié! Ce genre d’affaire n’existe pas encore chez nous à cause ou grâce au communisme, mais ça viendra... Quand tout appartient à l’état, le gouvernement peut-il se retourner contre lui?...

- Oui! Non! J’ai compris! Mais ça sert à quoi?

- A deux choses essentielles. La première: à te protéger contre la poisse, le manque de pot, les soucis inutiles, la misère, le mal...

- Quelle sorte de mal?

- Le vol, la maladie, les accidents, le mauvais sang... par exemple: on t’autorise à dormir sur tes deux oreilles lorsque ta baraque est en train de brûler. La deuxième: à... à... à...

- Ne te fatigue pas trop! Ça doit certainement permettre aux responsables de ces soi-disant boîtes bienfaitrices de se faire des couilles en or et ce en toute égalité. N’est-ce pas?... Bravo les moutons! Continuez comme ça!...

- Tu n’es pas chic, tu dénigres un peuple avant même de le connaître. Tu agis exactement comme ces couillons qui imaginent déjà une nuit ténébreuse au premier rayon de soleil.

- Que possède-il de plus que moi, un sbire des Waldstätten? Un cerveau de rechange en cas de panique ou de crise d’identité?

- Il a la démocratie. Pas parfaite mais probablement la meilleure. Le maire de son village n’est pas imposé par la capitale.

- Cela me fait une belle jambe!

- Sa retraite est dix fois plus élevée que la tienne...

- En entendant, il contemple les superbes villas au bord du lac et les luxueux palaces strictement réservés aux riches étrangers, en bouffant des cacahuètes achetées pour trois fois rien aux Africains.

Trop, c’est trop! Je me lève alors et je gueule:...

17:35 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (10) |  Imprimer |  Facebook | | | |

13/08/2018

Waterprof (7, à suivre)

Waterprof, Hank Vogel.jpgPar la gauche, par la droite ou tout droit? De toute façon, l’obstacle sera là et il faudra le contourner ou foncer dessus, à pleins tubes, plein son tuba. Bon! Heureusement, ce n’est pas la Grande Muraille ni les dizaines autres murs, de sable, en ciment, en tôle ou en fil de fer barbelé, créés par la peur et toute sa propagande. C’est pire et meilleur à la fois...

Vladimir se lève d’un bond et, furieux, me dit:

- Tu commences sérieusement à me les gonfler avec tes silences à la gomme!

- Assis tronche de Tatar! je hurle.

Il obéit, étonnamment.

- Je réfléchissais, je poursuis. Tu n’es pas devant la télé en train de regarder un mauvais match, que je sache! Nous sommes entre nous. Entre copains, bordel!... Les deux principales vertus d’un agent, double ou pas, doivent être la patience et la prudence. Prudent, tu l’es. Patient, tu l’es seulement lorsque tu vas chez ton médecin. Et j’ai besoin de soldats solides, forts, prêts à tout...

- Mais... mais...

- Il n’y a de mais qui tienne! Tu es maintenant sous mes ordres...

- Comment ça?

- J’ai une mission à accomplir et j’ai décidé de t’engager. Non, tu es engagé!... De gré écriront demain les historiens...

- Ça alors!

- Parfaitement!

- Comme espion?

- Comme agent d’une mission secrète.

- Pour moi, c’est du pareil au même.

- Waterprof n’a rien à voir avec l’espionnage proprement dit...

- Waterprof? Encore une entourloupette américaine?

- Helvétique, mon cher!

- Suisse? Purement, entièrement suisse? C’est encore possible de nos jours?

- Les autochtones ou, si préfères, ceux qui ont le sang pur, ont utilisé toutes leurs cartouches, ce projet provient et ne pouvez provenir que d’un sang mélangé ou d’un naturalisé. Celui qui a vu le nègre voit en principe plus blanc.

- C’est quoi pour une sale combine?...

05:30 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

11/08/2018

Waterprof (6, à suivre)

Waterprof, Hank Vogel.jpgVladimir hésite. Il attend cinq, dix, quinze, vingt...

Il attend sans doute que les qualificatifs me concernant tombent du ciel. Un ciel clément et clairvoyant. Car je sais qu’il sait qu’entre la vraie vérité et la vérité imaginée, sa vérité, le chemin est terriblement long. Nous jugeons, nous classons, nous condamnons top et trop vite... A force de nous presser partout et pour n’importe quoi, nous sommes devenus des êtres mathématisés, synthétisés, à cheval entre l’animal et le robot.

- Je donne ma langue au chat, murmure-t-il, au bout de la trente-troisième seconde.

- Ose! je crie... Je ne suis pas un iceberg, je ne risque pas de fondre...

- Jamais! Mais d’exploser comme un volcan, souvent, me précise-t-il ironiquement et calmement.

- Voilà qui est clair comme l’eau de roche... Merci tout de même de m’avoir rappelé que je suis quelqu’un d’ impulsif, de colérique. Mais malgré ce défaut phylogénétique, je suis capable de me comporter comme le plus doux des agneaux. Question de maîtrise de soi! Parce que nous tous, nous préférons plutôt que notre voisin nous épate qu’il nous stupéfie...

- Suuri, est-ce tu es allé à selle ce matin?

- Tu penses au cheval d’en-bas?

- As-tu fait caca?...

- Tant pis! Je me lance... Je travaille pour le gouvernement.

- A ton âge et avec ton intelligence, je trouve cela totalement déplacé.

- Pour les Services secrets!

- Vu ton deux-pièces luxueux et ton train de vie, cela ne m’étonne pas du tout.

- C’est tout ce que ça te fait?

- Pourquoi, je devrais pleurer ou sauter par-dessus le balcon?

- Tu t’en doutais?

- Vaguement... mais je songeais plutôt à une affaire d’argent sale.

- Tant mieux! Tant mieux!

- Et maintenant?...

Appart de Suuri.jpg

Flèche = le balcon de Suuri Jano. Sauf erreur, bien entendu!

 

16:50 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (10) |  Imprimer |  Facebook | | | |

10/08/2018

Waterprof (5, à suivre)

Waterprof, Hank Vogel.jpgJe me gratte le ciboulot.

Vais-je ou ne vais-je pas? Je ne sais pas comment et par quoi commencer pour lui annoncer la bonne nouvelle, si l’on peut nommer cela ainsi. Le terme de folie historique serait plus adéquat... L’amitié ne garantit ni la complicité ni la fidélité les plus absolues. Que d’amis, de proches, d’intimes m’ont trahi! A l’école, au travail et ailleurs. Pour un misérable bakchich ou une ridicule paire de fesses à la dérive. Les accros au sexe et à l’argent sont des êtres fourbes, cruels, sans scrupules...

- Qu’a-t-elle de si particulier? répète Vladimir... Si je te dérange déjà, n’hésite pas à me chasser...

- Excuse-moi, j’étais dans mes sombres souvenirs, dis-je avec regret.

- Eh bien, à quoi il te fait penser cet animal en bois ou en pierre?

- A Troie... Les histoires vécues ou racontées laissent toujours des traces. Des traces qui ressemblent étrangement à des semences.

- Arroser le poulailler ne fera pas repousser le gazon.

- Tu as raison et tort à la fois.

- C’est-à-dire?

- Sais-tu qui je suis?

- Drôle de question subite...

- Qui suis-je d’après toi?

- Tu es un illuminé qui se fait appeler Suuri Jano.

- Non, sois sérieux! Décris-moi avec toutes tes tripes...

Hank Vogel, waterprof.jpg

Suuri Jano d'après son ami Vladimir.

05:38 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer |  Facebook | | | |

09/08/2018

Waterprof (4, à suivre)

Waterprof, Hank Vogel.jpg- Pour qu’elle raison veux-tu me voir? me demande-t-il d’un air très étonné... Pourquoi spécialement chez toi et non pas au Lady Marmelade comme d’habitude? On t’a coupé les vivres? Ou c’est plus grave que ça?

- Mon pays ne me laissera jamais tomber, je lui réponds avec beaucoup de sérieux.

- Lequel?

- Devine!

- ...

- Un pour tous, tous pour un et les vaches sont bien gardées, c’est sa devise... Tant que le lait coulera à flots, nul n’osera brûler la ferme. A moins que...

- Que quoi?

- Des abrutis, par ignorance ou vandalisme, décident d’y foutre le feu. Les fauteurs de troubles rodent partout.

- Et alors?

- Alors rien.

- C’est pour ça tu m’as demandé de venir?...

- Non, il faut les abattre avant qu’ils se manifestent.

- Tu...

- Oui, il s’agit bien d’eux. De ces charognards de la pire espèce qui se plaisent dans les égouts, le bas peuple...

- Sois explicite, camarade Suuri! J’ai souvent tendance à me perdre avec tes salades...

- Mille excuses! Allons nous installer au balcon!... Du thé, un café ou une bière bien fraîche?

- A toi de décider.

- Surprise alors!

Et je disparaît.

Les Suisses vous disent facilement bonjour dans la rue mais quand ils vous invitent chez eux, au chalet comme à la maison, ils ont de la peine à ouvrir leur frigo. Les Russes, c’est tout le contraire. Culture ou mentalité?

Être à la fois russe et suisse, c’est un atout majeur pour entrer dans la grande civilisation de demain.

Un quart d’heure plus tard, peut-être plus, je réapparait auprès de Volodia, diminutif de Vladimir, avec un plateau d’argent chargé d’une carafe de vin blanc, de deux verres en cristal et d’une assiette remplie de petits canapés de saumon fumé.

Les yeux de mon invité se font tout ronds.

Je dépose le tout sur une tablette qui se trouve plus proche de lui que de ma chaise.

- Je comprends maintenant! s’exclame-t-il... Vu ton standing, tu devrais envisager d’engager une bonniche pour t’aider à accomplir les tâches les plus disgracieuses, ne crois-tu pas?

Je ne réponds pas, je sers à boire et tout le tralala.

Nous trinquons.

- Ce n’est pas de la merde! s’extériorise mon ami, après avoir avalé une gorgée de la boisson des dieux... Ça vient d’où? De Crimée ou d’Arménie?

- Beaucoup plus loin, très loin, à des milliers kilomètres de ces lieux-là, je lui explique... Si toutefois personne ne l’a pas traficoté en passant...

- D’où, bon sang?

- De chez les Fransozen... C’est un chablis premier cru.

- Il ne sont pas cons les Français.

- Juste hâbleurs et râleurs... La France mérite tout de même d’être aimer ne serait-ce que pour ses vins, ses fromages et son pain... Ils ont énormément de chance, ces ingrats. Ils ont la mer, les océans, les îles et la montagne.

- Nous aussi.

- Mais pas les Suisses. Et c’est une injustice vitale... Même les Palestiniens ont leurs stations balnéaires.

- Oui mais à quelles conditions?

- Ne m’en parle pas! C’est archi scandaleux!

- A quoi veux-tu en venir?

- Regarde en bas! Est-ce que tu vois le cheval?

- La statue blanche et noire?... Qu’a-t-elle de si particulier?...

Capture d’écran 2018-08-06 à 12.15.55.png

06:37 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (8) |  Imprimer |  Facebook | | | |

07/08/2018

Waterprof (3, à suivre)

Waterprof, Hank Vogel.jpg- C’est qui?

- C’est moi.

- Moi qui?

- Vladimir.

- Vladimir comment?

- Vladimir Vladimirovitch.

- Lequel?

- Kolesnikov.

- C’est bon!... Monte!

J’ai connu ce nageur hors du commun au bord de la mer. Sur une plage presque déserte. Assis le cul et les pieds dans l’eau, un masque de plongée sur le front, il lisait un livre sur la vie et le comportement des dauphins.

Certains de ces mammifères aquatiques chercheraient à avoir des relations sexuelles avec les plongeurs. Mâles ou femelles, d’après l’auteur de cet ouvrage.

Il m’a fait sourire. Nous avons sympathisé. Et à force de nous raconter des histoires incroyables, des anecdotes à trembler de peur et des sornettes à rire aux larmes, nous sommes devenus les meilleurs amis de la planète Terre. Si chère à nous deux.

- Pour qu’elle raison veux-tu me voir? me demande-t-il d’un air très étonné... Pourquoi spécialement chez toi et non pas au Lady Marmelade comme d’habitude? On t’a coupé les vivres? Ou c’est plus grave que ça?...

 

Vladimir Vladimirovitch Kolesnikov.gif

Vladimir Vladimirovitch Kolesnikov

Comme un poisson dans l'eau...

Vladimir.png

17:47 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

05/08/2018

Waterprof (2, à suivre)

Waterprof, Hank Vogel.jpgL’autre doit marcher tout droit, moi je suis autorisé à zigzaguer, ainsi raisonnons-nous.

Autorisés par qui? Dieu seul le sait.

Bref! Nous vivons dans un monde de plus en tordu. Que voulez-vous, la machine du temps commence à grincer. Il faillait s’y attendre.

Chacun possède la sienne malgré lui, cette saleté d’horloge!

Pour moi, c’est le seul véritable boulet que le Grand fabriquant de farces et attrapes m’a accroché au pied. Le Sacré farceur!

Hier, j’étais beau et égoïste. Aujourd’hui, je suis laid et altruiste.

Ou l’inverse. Ou rien de cela. Tout dépend du moment, du milieu ou des amis.

Je m’appelle Suuri Jano. A vrai dire, c’est mon nom de guerre. Ce qui veut dire grande soif en finnois.

Mais les Services secrets français préfèrent m’appeler Souris Jeannot. C’est plus facile à se rappeler d’après eux, paraît-il. Ou tout simplement par moquerie. Mentalité parisienne oblige! Les même ton cul mérite une médaille, connard!

Je n’ai rien contre ce peuple de vantards. Rien. Strictement rien. Au contraire. Surtout depuis que la France est devenue une province nord-africaine.

A chacun son tour!

- La roue tourne, l’amie Marianne, n’est-ce pas? A force de te foutre à poil, ils ont fini par t’engrosser, les descendants des chameliers. En plein soleil! En pleine rue! Et personne n’a bronché. Ni les Huit ni les Vingt-huit. Enfin, si le compte est encore bon.

Eh oui! La caravane passe, les chiens aboient et les crottes s’accumulent sur le tas.

Mais heureusement, la France n’a jamais été mon pays et ne le sera jamais. Ma double nationalité me suffit largement pour vivre bien dans ma peau. Comme l’auteur de ce récit, d’ailleurs.

Le concernant: il a obtenu gracieusement la russe pour des raisons sentimentales, à l’époque où la Russie s’ouvrait naïvement à l’occident.

Par contre, me concernant: la suisse, pour des raisons stratégiques et économiques, m’a coûté les yeux de la tête, à l’époque où le grand banditisme bancaire était à son apogée. Je l’espère, du moins!

Et pour ne rien te cacher, Ducon, je loge dans un luxueux appartement de l’Akvatoria de Guelendjik, aux frais du contribuable.

J’adore me parler en me rasant. C’est une façon plus rationnelle de se confesser. A mon avis, bien entendu.

Drin! Drin!

On sonne à l’interphone...

305280001532844254.gif

Suuri Jano alias Souris Jeannot!

06:09 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (24) |  Imprimer |  Facebook | | | |

04/08/2018

Waterprof (1, à suivre)

Waterprof, Hank Vogel.jpgToute faute d’orthographe, comme toute autre faute ou lapsus, cache souvent une vérité plus profonde que celle que l’on aperçoit ou que l’on doit apercevoir.

Rien n’est totalement vrai. Rien n’est totalement faux. Notre esprit nage constamment dans des eaux troubles.

- Celui qui remarque trop vite une erreur raisonne tel un marchand de cacahuètes et non pas tel un bon penseur soucieux de son prochain, déclara un jour ma concierge à un locataire pédant.

Il y a donc fort longtemps ou dans un lointain avenir, une petite ville balnéaire où tout le monde aimerait vivre. Aussi bien ceux qui détestent la mer que ceux qui n’adorent que la montagne. Car cette cité, déclaré officiellement miraculeuse, donne des ailes aux déplumés et des certitudes aux songes-creux...

Lieu de l'intrigue:

Capture d’écran 2018-07-24 à 16.22.17.png

Akvatoria ou Zone d'eau...

07:37 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (9) |  Imprimer |  Facebook | | | |

02/08/2018

Un maral nommé Vova (19, fin)

Un maral nommé Vova, Hank Vogel.jpgUne vieille infirmière entre dans la chambre et me déclare joyeusement:

- Eh bien, il vous a fallu du temps pour enfin naître à nouveau! Dieu sois loué!

- N...

- Chut! Pas un mot, pas geste pour le moment, m’ordonne-t-elle aussitôt en posant son index gauche sur mes lèvres.

- À... de? je bafouille en repoussant sa main osseuse.

- Mais de quoi parles-tu, mon garçon?

- Naître... de ou à nouveau?

- Quelle importance? L’essentiel, c’est que tu... vous soyez en vie, non?

- Sûrement.

- Vous avez soif?

- Non.

- Faim?

- Non plus.

- Vous vous souvenez au moins de votre nom?...

- Où est-elle?

- Qui ça?

- Mademoiselle Emile.

- C’est votre copine?

- Non... mais j’espère que rien ne lui soit arrivé.

- Vous parlez trop, pensez trop et vous vous tracassez pour rien.

- Où est-elle?

- En lieu sûr.

- Comment ça en lieu sûr?

- Après avoir volé une voiture pour vous ramener ici, elle s’est livrée à la police.

- Elle a fait ça?

- Elle ne pouvait pas faire autrement...

- Mais où sommes-nous exactement?

- Au Centre de ranimation de Biysk... à deux cents kilomètres environ du lieu de votre accident.

Et je me mémorise en pensant à Alia:

Un civilisé respecte la nature, les animaux et les hommes... Il est prêt à perdre sa liberté pour conserver la vie de quelqu’un d’autre. Rien à voir avec tous ceux qui nous gouvernent.

 

Prochainement:

 

07:23 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (8) |  Imprimer |  Facebook | | | |

31/07/2018

Un maral nommé Vova (18, à suivre)

Un maral nommé Vova, Hank Vogel.jpgLa vie est un perpétuel éveil, chaque jour nous réserve son lot de surprises. Bonnes ou mauvaises. Ou les deux à la fois. Sans cela, nous agirions comme des robots. Sans souci. Ne craignant rien.

Si la peur est la pire de nos rivales, elle est aussi une conseillère mal appréciée qui nous incite pourtant souvent à la prudence.

Elle vit en nous tel un démon à moitié repenti. Seuls les héros savent très bien l’apprivoiser ou l’ignorer. Ne serait-ce qu’un bref instant, à juste titre.

Mais moi, qui nage et qui plane dans mes chimères, je prends la fuite à la moindre de ses ombres.

Où suis-je? Qui suis-je à l’instant présent?

Je constate niaisement que je suis allongé sur un lit d’hôpital. Certainement: à demi à poil, l’odeur de l’éther et les murs verts.

Un vieille infirmière entre dans la chambre et me déclare joyeusement:...

 

12:08 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (5) |  Imprimer |  Facebook | | | |

29/07/2018

Un maral nommé Vova (17, à suivre)

Un maral nommé Vova, Hank Vogel.jpg

Alia se gratte la tête puis elle me dit:

- Tout compte fait, tes paroles sont pleines de bon sens mais, comme les évangiles, ne cherchent nullement à protéger ni la faune ni la flore des folies humaines. Tandis que moi, j’essaye de sauver ce que peux sauver. Pendant qu’il est encore temps.

Je respire profondément, m’apprêtant ainsi à mieux répliquer mais voilà qu’une grosse bestiole, Vova probablement, me fonce dessus... Et patatras, c’est...

Des étoiles et des chiffres. Deux... mille... dix-huit... un... deux... trois...

Postquam lux tenebris! Une fraction de seconde de vérité...

17:07 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer |  Facebook | | | |

27/07/2018

Un maral nommé Vova (16, à suivre)

Un maral nommé Vova, Hank Vogel.jpg- Tu n’es pas d’ici, toi. N’est-ce pas?

- Oui et non.

- Ce n’est pas une réponse.

- Oui et non.

- Tu cherches à me faire rire ou quoi?

- Peut-être.

- Tu es un drôle de type... Vraiment un drôle de type... Je m’appelle Alia Gennadievna Emile et toi?

- Håkon Ødegård, je suis norvégien.

- Cela explique tout.

- C’est faux! Cela n’explique rien.

- Et pourquoi donc?

- Parce que je suis né ici.

- Mais l’essence même de ton esprit vient d’ailleurs.

- Et ton nom de famille alors? Emile, c’est bien français ou belge, non?

- C’est à cause de Napoléon. Mon arrière-arrière-arrière grand-père, fantassin de fortune, n’avait jamais pu rentrer chez lui...

- En somme, toi aussi, tu as quelque chose d’ailleurs. Les Russes pur sang n’existent plus. On est russe de cœur ou on ne l’est pas.

- Sur ça, je suis de ton avis.

- C’est comme avec ton maral.

- Vova? Mais il n’est pas à moi! Quel rapport?

- C’est toi qui l’a nommé ainsi?

- Non, les gens de la ferme, ceux qui scient les cornes des cerfs...

- Vova, c’est bien le diminutif de Vladimir, non?

- Jusqu’au jugement dernier, paraît-il!

- Qui nomme compare, juge, limite, anéantit et se rassure. L’autre, rapidement rangé, hâtivement classé, aussi divin fût-il, n’est plus qu'un objet mort ou un être sans avenir.

Alia se gratte la tête puis elle me dit:...

13:06 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (42) |  Imprimer |  Facebook | | | |

23/07/2018

Un maral nommé Vova (15, à suivre)

Un maral nommé Vova, Hank Vogel.jpg- Quelle presse? Quels journaux? Ceux qui soutiennent le gouvernement actuel ou les indépendants, les vrais?... Sais-tu combien de soi-disant traîtres à la patrie rodent dans nos forêts?

- Des centaines, je suppose.

- Des dizaines de milliers.

- Autant que ça?

- Un agent des Services spéciaux m’a chuchoté à l’oreille, il n’y pas si longtemps, le chiffre de cent mille. Je n’ai pas osé le croire et pourtant c’est quelqu’un de très sérieux...

- Eh bien! C’est fou comme la jeunesse adore son pays!

- Pourquoi les jeunes devraient mourir pour des causes perdues?... Il n’ y a que les marchands d’armes et le vieilles pétasses qui n’ont pas d’enfants qui crient au scandale... Tout est plus facile lorsqu’on n’a rien à perdre.

- Je sais!

- Tu n’es pas d’ici, toi. N’est-ce pas?...

16:30 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (12) |  Imprimer |  Facebook | | | |

20/07/2018

Un maral nommé Vova (14, à suivre)

Un maral nommé Vova, Hank Vogel.jpgLe serpent qui est en elle se transforme illico presto en licorne, pareil à tout individu sensible à la minute de silence, et elle ajoute avec complaisance:

- Cessons de nous comporter comme ces ignobles soldats drogués au paracétamol qui, pour une minuscule égratignure au genou, exigent qu’on leur badigeonne la jambe toute entière au mercuribromfluorescéine de potassium ou à peu près cela.

Je n’en crois pas mes oreilles!

- M... q... qui... qui es-tu? je bégaye.

- Une rescapée de l’enfer, me répond-t-elle.

- C’est-à-dire?

- J’ai fui... j'ai quitté ma caserne où je passais mon temps à soigner les petits bobos.

- Tu es infirmière?

- Non, médecin, médecin-officier... J’étais!

- Et.... et...

- Oui, j’ai osé foutre le camp... d’où l’on ne parle que de cul, de guerre et de chasse... Mais ce sont surtout leurs histoires de chasse qui m’ont donné la nausée.

- A ce point-là?

- Je ne sais ce qui m’a pris de m’engager dans l’armée. J’ai sans doute trop écouté ma famille, mes amis...

- Tu es une désertrice, tu risques la prison...

- Non, j’ai déserté pour une bonne cause.

- Tous les déserteurs racontent ça.

- Pourquoi... tu en connais beaucoup?

- Aucun mais d’après la presse...

- Quelle presse? Quels journaux? Ceux qui soutiennent le gouvernement actuel ou les indépendants, les vrais?... Sais-tu combien de soi-disant traîtres à la patrie rodent dans nos forêts?...

11:53 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (15) |  Imprimer |  Facebook | | | |

18/07/2018

Un maral nommé Vova (13, à suivre)

Un maral nommé Vova, Hank Vogel.jpgElle rabaisse aussitôt son triste et sale chiton et me dit avec rage:

- Tu n’est qu’un pauvre parmi les pauvres.

- Non, un misérable parmi les misérables, je corrige. Intellectuellement, je patauge dans la misère. Et cette misère est peut-être due à mon éducation... Pourquoi devrais-je sauter sur tout ce qui bouge quand mes appétits sont au plus bas?...

- Dommage pour toi, l’intello! Tu as raté une occasion en or. Il paraît que je baise comme personne.

- Tu te contredis, ma belle!

- Jamais!

 - Alors explique-moi comment une vierge peut être une championne en amour...

- Devine!

- ...

- Il y a une limite à tout... Tu as compris ou il faut que je te fasse un dessin?

- Sais-tu au moins dessiner?

- Non... mais tu peux m’apprendre les bases.

- Tu joues à quoi?

- A quoi jouons-nous?...

17:19 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (14) |  Imprimer |  Facebook | | | |

16/07/2018

Un maral nommé Vova (12, à suivre)

Un maral nommé Vova, Hank Vogel.jpgJe tousse, je m’étouffe presque.

- C’est compréhensible, souligne-t-elle. Tu viens de la cité. Les bonnes manières t’ont ramolli la cervelle.

- Merde, Vova a disparu! je m’exclame pour changer de conversation.

- Tous les mêmes, ces bonhommes, murmure-t-elle... Soit ils violent soit ils mendient. L’échange cordial, en toute simplicité, ils ne connaissent pas ça...

- Mais où est-il l’animal?

- Ne te fatigue pas trop, j’ai compris ton manège... Je te déplais à ce point-là?

- Il ne s’agit pas de ça.

- De quoi alors? Tu as peur d’attraper une maladie vénérienne?

- Peut-être. Je ne sais pas...

- Je suis encore vierge, si ça te rassure. Aucun homme ne m’a encore pénétrée...

- C’est toi qui le dis.

Brusquement, elle soulève sa robe me dévoilant ainsi son entre-cuisse.

- Vérifie alors! m’ordonne-t-elle.

Je baisse la tête. Ma moralité est à deux doigts de voler en éclats.

- Sois zen, fiston! me soufflerait mon vieux s’il était présent et encore vivant. L’œil gauche ne trahit jamais l’œil droit et vis versa. C’est pourquoi le sage attend toujours silencieusement que la tempête passe. Sans la moindre critique, le moindre jugement. A moins que...

- A moins que quoi, Père?

- Que tes fondements sur l’amour se soient subitement effrités.

La sauvageonne me toise bizarrement.

- C’est un piège? je lui demande...

16:32 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer |  Facebook | | | |

14/07/2018

Un maral nommé Vova (11, à suivre)

Un maral nommé Vova, Hank Vogel.jpgMalgré ses vêtements en lambeaux et son langage peu soigné voire brutal, la belle indigène me fait étrangement penser à un ange.

- Cesse de me dévorer des yeux comme si j’étais une truffe! me somme-t-elle.

- Une truffe? je m’étonne.

- Les ours en raffolent, toi aussi?

- Il y en a par là?

- Quoi ça?

- Des truffes et des ours.

- A perte de vue.

- Je ne vous crois pas.

- La Sibérie a changé, elle n’est plus ce qu’elle était il y a cent ans.

- Malheureusement, il y a cent ans, je n’étais pas là...

- C’est faux! Tu mens!

- Comment ça?

- Tu étais dans les couilles de ton grand-père. Pas décidé du tout à affronter la vie...

- A ce tarif...

- D’après le professeur, c’est un problème de climat.

- Quel professeur?

- Secret d’état.

- Vous vous moquez de moi ou quoi?

Elle me sourit.

Puis, d’un air un peu déçu, elle me dit:

- Tu n’es pas fatigué de me tutoyer et de jouer au gendarme du monde? Si tu as envie de tirer un coup, propose-le moi gentiment au lieu de remuer la poussière de tes échecs...

15:23 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

11/07/2018

Un maral nommé Vova (10, à suivre)

Un maral nommé Vova, Hank Vogel.jpgLe raisonnement n’est qu'une forme d’ivresse. Les choses arrivent parce qu’elles doivent arriver, un point c’est tout! Et nul n’est sensé les prévenir ni les expliquer.

Le pôle sud rejoindra le pôle nord un jour peut-être, qui sait! Comme deux amants séparés par la guerre depuis trop longtemps. La terre sera alors toute plate et les ignorants auront enfin droit au chapitre.

Mais qu’est-ce que je raconte-là?

La solitude, la solitude! Toujours elle!

Les montagnes de l’Altaï sont belles à regarder. Mais elles me saoulent parfois. Non, souvent. Telle une pimbêche frigide qui rêve d’entrer dans les ordres et qui ruminent à longueur de journée des prières à dormir debout.

- La ferme! je murmure entre les dents.

Et je poursuis mon chemin. Vers nulle part car personne ne m’attend.

Miracle!

Au bout d’une demi-heure de marche à travers bois, je me trouve nez à nez avec un maral.

- Que fais-tu là dans ces parages? je lui demande instinctivement, le cœur secoué forcément. Tu n’as peur que les chasseurs du coin te fassent la peau?

- Vova n’a peur que du loup, manifeste une jeune femme, en sortant brusquement d’un buisson.

- Désolé de...

- Pas grave, je pissais uniquement.

- Vova, c’est lui?

- Non, sa sœur.

Malgré ses vêtements en lambeaux et son langage peu soigné voire brutal, la belle indigène me fait étrangement penser à un ange...

07:53 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (11) |  Imprimer |  Facebook | | | |

09/07/2018

Un maral nommé Vova (9, à suivre)

Un maral nommé Vova, Hank Vogel.jpg- Mais le monde est monde partout.

- C’est ce que l’on dit! Mais... mais...

- Mais?

- Non, rien. L’avenir t’apportera la réponse.

Que de fois j’ai entendu cette phrase! Surtout dans mon enfance. Où la moindre interrogation méritait une explication. Franche et précise. Et non pas avortée ou manipulée comme la plupart des évangiles.

L’homme est un falsificateur né. Il modifie les textes trop sacrés aux goûts du jour. Pour ne pas se frotter à la mortalité de ses croyances.

Il ouvre sa grande gueule pour des faits mineurs et ferme les yeux sur des faits majeurs. L’odieux!

Merde à lui et merde à mon esprit! L’humain n’est qu’une crotte lâchée par un dieu semeur de fiente.

- Ça suffit, jeune puceau! me crie une voix lointaine. La critique n’est point la clé de la raison.

Est-ce la fée de la toundra qui a couru à mon secours? je me demande, dix secondes plus tard. Ou l’horloger de mon âme qui a mis les pendules à l’heure?...

11:51 Écrit par Hank Vogel | Lien permanent | Commentaires (9) |  Imprimer |  Facebook | | | |